Test du casque Specialized S-Works Prevail 3

Specialized ne s’arrête jamais de chercher à innover, même dans des domaines que l’on pensait déjà figés. C’est le cas pour ses nouveaux casques haut de gamme, la troisième version des Evade et Prevail, où l’accent est clairement mis sur la ventilation et le confort. Et dans le cas du Prevail 3 testé ici, la sécurité est encore renforcée, puisque le modèle atteint cinq étoiles chez l’institut indépendant Virginia Tech, et qu’il est aujourd’hui le casque de route le mieux classé à ce niveau-là.

Par Guillaume Judas – Photos : ©3bikes.fr – DR

Le Prevail 3 offre de larges ouvertures pour une aération maximale.

Dans la quête de performance ultime, le choix du casque doit dépendre des conditions de pratique. Chez Specialized, l’Evade est le modèle de route aérodynamique, et le Prevail est le modèle pour affronter les conditions chaudes, que ce soit sur la route, en gravel ou même en VTT cross-country d’ailleurs. Esthétiquement, les deux modèles marquent bien leurs différences, avec un Evade plus fin et moins haut sur la tête, alors que le Prevail est plus massif, mais avec des ouvertures bien plus larges pour assurer une ventilation optimale. Les deux modèles bénéficient de nouvelles sangles plus fines et enfin réglables, de manière à pouvoir ajuster au mieux le placement du casque sur la tête sans gêner le port de lunettes, ou même le champ de vision en position agressive sur le vélo, avec la tête baissée. Indéniablement, l’Evade et le Prevail de troisième génération gagnent en confort, et dans la plupart des conditions de pratique, il vous sera difficile de faire la différence entre les deux, une fois le casque sur la tête. Et si vous n’êtes pas un pro et qu’un seul couvre-chef suffit à votre équipement, il est fort probable que vous choisissiez le Prevail, qui reste malgré tout un peu plus polyvalent.

La circulation de l’air est très sensible sur la tête.

Une surface de ventilation encore améliorée

Le Prevail est nettement plus haut sur la tête que l’Evade, et forme une coque plus imposante. Entre le haut de la tête et la partie extérieure du casque, on mesure un peu plus de 4 cm, contre à peine 3 pour l’Evade. Ceci s’explique en grande partie par l’absence de jonctions en mousse entre les principaux canaux de ventilation sur l’avant. Cette taille extérieure était déjà de mise sur le Prevail de deuxième génération, mais ici on peut voir clairement que la profondeur des canaux est étudiée pour favoriser de grandes entrées d’air. Selon Specialized, la surface de ventilation serait ainsi augmentée de 24,5 % par rapport au précédent Prevail Vent. L’Evade 3 s’améliore lui aussi dans le domaine, mais avec un design qui favorise plus une forte ventilation en prenant de la vitesse. Le Prevail 3 quant à lui capte de l’air, même dans les ascensions abordées à faible allure, et c’est sensible dès les premières sorties sous un bon 30°C.

Les canaux de ventilation sont assez profonds.

Ces canaux de ventilation élargis ont pu être conçus grâce à une armature en aramide tressée reliée dans les panneaux latéraux en carbone. Ceci de manière à offrir la ventilation souhaitée avec de larges ouverture sur le haut, tout en optimisant la structure du casque, et notamment son aspect protecteur. Cette technologie (nommée AirCage) fonctionne ainsi comme un pont suspendu selon Specialized, pour mieux dissiper un impact localisé.

La partie arrière est également conçue pour une bonne circulation de l’air.

Pour ses deux nouveaux casques, Specialized a aussi intégré une nouvelle technologie MIPS, nommée Air Node. Il s’agit d’un système destiné à dissiper les chocs en rotation dans le cas de certains impacts. Le système MIPS (Multi-directional Impact Protection) existe depuis plusieurs années et est utilisé par de nombreuses marques de casques, mais le concept a fortement évolué ces derniers mois. À l’origine, il s’agissait d’une sorte de cage interne placée entre la tête et la coque du casque, qui avait pour inconvénient de réduire la circulation de l’air. Avec le MIPS Air Node sur le Prevail 3 (et sur l’Evade 3), le système est directement intégré dans le rembourrage à l’intérieur du casque, ce qui offre une couche à faible coefficient de frottement pour exactement le même effet que la toute première cage MIPS, mais avec beaucoup plus de respirabilité, de confort, et un gain de poids sensible.

Le nouveau système MIPS est beaucoup plus léger et favorise la ventilation.

Quel est le bénéfice réel pour le pratiquant ? Au-delà du discours marketing, ces innovations permettent en tout cas au Prevail 3 d’atteindre la meilleure note pour un casque de route d’après les tests indépendants de Virginia Tech en termes de protection. Et bien sûr, nous nous contenterons de faire confiance au classement de Virginia Tech, n’ayant pas eu l’occasion, fort heureusement, de tester la résistance du casque sur la route.

Le Prevail 3 peut s’ajuster idéalement sur la tête, ce qui facilite le port des lunettes.

Un système de serrage très confortable

Les deux nouveaux casques Prevail et Evade de troisième génération bénéficient aussi d’une nette progression de leur système de serrage respectif. Les sangles autour des oreilles sont affinées et ne font plus qu’un petit centimètre de largeur, contre 15 mm auparavant. Ceci a pour avantage de réduire la prise au vent et les flottements, avec le bruit qui peut aller avec. Sur le Prevail 3, le point d’ancrage des sangles sur la coque du casque semble aussi plus proche des tempes que sur la génération précédente, ce qui limite là aussi le ballottement, et facilite le port des lunettes. Et surtout, les séparateurs de sangles sont enfin réglables, ce qui n’était pas le cas avant sur les casques Specialized. Le système n’est pas évident à utiliser et réclame de la patience, mais il permet d’ajuster l’angle du casque sur la tête, notamment pour être plus facilement compatible avec certaines lunettes, au niveau des branches ou de la monture plus ou moins haute selon certains modèles, ou pour libérer le champ de vision en position de recherche de vitesse. Une fois ajusté, le système ne bouge plus.

Les sangles sont affinées et enfin réglables.

L’adaptation du casque est optimisée par un serrage occipital réglable en hauteur, et un système de microajustement avec une molette facilement manipulable en roulant. Sur le serrage, on trouve un emplacement pour le système ANGi (en option), qui est un capteur de chute relié à une application et qui permet de prévenir vos proches en cas d’accident, en leur envoyant vos coordonnées GPS.

Le point d’ancrage des sangles est plus proche des temps que sur le Prevail 2.

En termes de taille, le Prevail 3 nous semble un poil plus étroit que son prédécesseur (en taille S). Pour notre part, il est à peine nécessaire d’ajuster le serrage occipital pour trouver le maintien idéal. Cela  signifie toutefois qu’il vaut mieux l’essayer avant de choisir une taille en tenant compte uniquement de celle de l’ancien modèle.

Un casque qui s’oublie totalement une fois sur la tête

Le poids du Prevail 3 n’atteint pas des records, puisqu’à 251 g (vérifiés) en taille S, il est juste dans la bonne moyenne des casques de route, et qu’il accuse même un surpoids d’une trentaine de grammes par rapport au Prevail 2 Vent.

Le Prevail 3 (à gauche) est un peu moins léger que le Prevail 2 Vent (à droite). mais il est mieux fini, et les ouvertures sont bien plus larges.

Néanmoins, la taille ajustée sans qu’il soit nécessaire de trop serrer, le confort des nouvelles sangles, et surtout l’exceptionnelle ventilation ressentie sur le haut de la tête dès les plus basses vitesses, lui permettent de se faire totalement oublier. Ainsi, on ne s’occupe pas de ses dimensions un peu élevées sur la tête, et on ressent rapidement un confort absolu. Cette ventilation est également notable au niveau du champ de vision, car la sueur a tendance à beaucoup moins s’écouler sur le visage qu’habituellement, et à ne pas tomber sur les verres des lunettes. Enfin, ces larges ouvertures, aussi bien sur le dessus qu’à l’arrière, permettent aux insectes qui auraient la mauvaises idée de se glisser sous le casque d’en sortir très facilement sans prendre le temps de vous piquer.

La finition du Prevail 3 est très réussie.

En ce qui concerne les détails, on apprécie la finition haut de gamme de la coque en polycarbonate, qui devrait améliorer de façon notable la durée de vie du casque, avec beaucoup moins de parties en polyester exposées aux petits chocs lors du transport du casque. Les ports de maintien des branches de lunettes sont également très bien pensés, lorsqu’il est nécessaire de les placer sur le dessus du casque, dans le cas d’une longue ascension de col par exemple.

Les lunettes peuvent être facilement placées dans les ports prévus à cet effet.

Lancé en plusieurs coloris, le Prevail 3 comme ici en noir n’est pas le plus gai. Mais certains aiment ce côté “furtif”. Reste qu’il est disponible, au moins sur catalogue, avec des couleurs plus sympas, qu’il est possible d’assortir aux tenues. Le casque Specialized S-Works Prevail 3 n’est ainsi pas seulement une évolution de du Prevail 2. C’est vraiment un nouveau modèle qui met l’accent sur une ventilation sans précédent et un confort absolu. L’aspect sécuritaire n’est pas oublié et atteint même la note maximale dans le domaine. Seul le tarif pourra en faire tiquer certains, à 330 €.

Le SPECIALIZED S-WORKS PREVAIL 3 en bref…

Note : *****

Les + : ventilation, confort, protection, finition
Les – : prix

Technologie AirCage – Coque en polycarbonate – Système MIPS AIR NODE – Séparateurs de sangles Tri-Fix réglables – Réglage occipital – Système Mindset compatible ANGi – Poids : 251 g en taille S – Tailles : S, M, L – Prix : 330 €

Contact : specialized.com

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matériel

Guillaume Judas

  - 51 ans - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.