Nouveau Specialized Crux : le cyclocross et la route au service du gravel

Se basant sur son expérience en Gravel (cadre Diverge) et en cyclocross (cadre Crux) mais également suite aux avancées de son cadre de route disque Aethos, Specialized lance une nouvelle version de son Crux, qui représente la synthèse et les acquis des 2 univers.

Images : Specialized

La marque américaine présente son nouveau vélo de Gravel de la façon suivante : « La chose à savoir avec le Crux, c’est qu’il a toujours été l’une des meilleures montures quand il s’agissait de ce que nous appelons maintenant du Gravel. À l’origine, le Crux a été développé comme une machine de compétition dédiée à la pratique du Cyclocross, mais après un titre de champion du monde et de nombreuses autres victoires sur des courses d’endurance, on peut dire sans se tromper que c’est le secret le moins bien gardé du monde du Gravel. Plus nous le roulions, plus nous savions que nous étions en train de forger une connexion plus profonde avec toutes les surfaces. Après avoir réalisé que les avancées faites avec l’Aethos pouvaient être appliquées ici, c’est à ce moment-là que les choses ont commencé à devenir intéressantes… »

Ainsi, à la manière de la gamme route qui offre 2 propositions (SL7 pour la performance tout terrain ou Aethos pour le poids et les ascensions), la gamme gravel offre la possibilité de jouer sur la performance pure (Diverge) ou le poids (le Crux qui nous intéresse ici).

En version S-Works qui utilise la fibre 12r, le poids annoncé est à 725 g, soit moins que de nombreux cadres route light. 

Prêt pour passer du sable à la boue, le cadre Crux offre un dégagement de pneu identique à celui du Diverge, c’est-à-dire permettant l’utilisation de 700 x 47c. A noter que le montage d’un double plateau en mécanique est impossible pour des raisons de place disponible au niveau du dérailleur avant.

Pour le reste, au niveau de l’esprit, le Crux s’inscrit dans la lignée de l’Aethos avec un gain de poids partout où cela a été possible : pattes de dérailleur et de fourche, axes traversants, tige de selle en 27,2 mm de diamètre. Le boitier de pédalier fileté est conservé.

Preuve que la recherche de poids minimaliste a été au cœur de l’énergie, tous les supports de bagages et garde-boues ont été enlevées. Cependant, les 3 fixations de porte bidon dont celle du tube diagonal ont été conservées.

Le choix entre le Crux et le Diverge se fera sur des critères de préférence et d’usage. Le Diverge va séduire les adeptes de longues sorties sur plusieurs jours notamment en raison de la possibilité de porte bagages. Sa géométrie et sa technologie le rendent également plus confortable. Quant aux adeptes de sorties plus courtes et rythmées, ils se tourneront plus volontiers vers le Crux, pour son poids et agilité notamment.

 

Olivier Dulaurent  - 46 ans. – Pigiste presse écrite et Internet depuis 2004, auteur de Le Guide du Vélo Ecolo (Editions Leduc, novembre 2020), Moniteur Brevet d’Etat Cyclisme, encadrant de stages cyclistes depuis 2005 et coach cycliste - Pratiques sportives actuelles : cyclisme route et VTT (occasionnelle : course à pied) - Strava : Olivier Dulaurent

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.