Test du nouveau cuissard Castelli Premio Black

Le Premio Black est le nouveau cuissard haut de gamme de Castelli, un modèle léger et aéré conçu pour l’endurance, et beaucoup plus technique que ne le laisse paraître sa livrée noire toute en sobriété, comme nous avons pu le constater lors de notre test.

Par Guillaume Judas – Photos : @3bikes.fr/Castelli/DR

Le Premio Black est le nouveau cuissard haut de gamme de Castelli, destiné à l’endurance.

Livré avec un packaging haut de gamme, le Castelli Premio Black peut sembler décevant au premier abord, du moins si l’on compare son look full black à son prix de vente, qui le situe parmi les cuissards les plus onéreux du marché, à près de 230 €. Pourtant, il suffit de l’enfiler pour comprendre toute la technicité derrière le produit, et encore plus de l’essayer pour en faire l’un de nos modèles favoris pour les sorties longues ou même sous des conditions difficiles comme lors des séances répétées de home-trainer, là où le fessier peut aussi être mis à rude épreuve. Avec un poids vérifié de 146 g en taille S, le Premio Black est en plus un cuissard très léger, dont le tissu retient très peu l’humidité.

Le packaging est à la hauteur d’un produit de ce tarif.
D’apparence simple, le Premio Black est pourtant très technique.
Le tissu employé, avec différentes épaisseurs, permet de limiter le nombre de coutures.

Le confort s’évalue d’abord à la qualité de la peau de chamois Progetto X2 Air Seamless (sans coutures), la même que l’on retrouve sur tous les cuissards de haut de gamme chez Castelli. Une doublure pas excessivement épaisse comme chez certains concurrents, mais qui comporte deux densités de mousse et des inserts en gel sous les ischions et le périnée, et une surface douce et étirable destinée à éviter au maximum les frottements sur la peau. La Progetto X2 Air Seamless suit parfaitement les mouvements du corps, pour un confort sportif mais durable tout au long d’une sortie.

Sans être très épaisse, la peau de chamois est très confortable, quelle que soit la durée de l’effort.

Le Premio Black est ensuite fabriqué avec seulement trois panneaux et très peu de coutures, ce qui limite là encore largement les frottements. Un seul tissu est utilisé, pour un aspect “tissé progressif”, qui a l’avantage de s’adapter à différentes parties du corps, avec des épaisseurs différenciées. Il est ainsi plus fin aux niveau des cuisses, à l’instar du cuissard Castelli Superleggera et se révèle particulièrement aéré à ce niveau-là, en plus de retenir très peu l’humidité. Étirable dans les quatre directions, il ne procure pas de plis et apporte un certain soutien. Au bas de la cuisse, on trouve un bord brut avec des fils caoutchoutés, pour un excellent maintien et sans procurer de phénomène de garrot sur les muscles.

=> VOIR AUSSI : test de la tenue Castelli Superleggera

Les bretelles plates sont très confortables.

On retrouve un soutien un peu plus accentué au niveau du bassin, ce qui a l’avantage de maintenir la peau de chamois parfaitement en place en plein effort, ou lorsqu’on change régulièrement de position sur la selle, avec un tissu plus épais sur les fessiers.

Le tissu sur les cuisse se montre très respirant, et il ne retient pas l’humidité.
En bas des cuisses, les bords droits avec de petits fils caoutchoutés suffisent pour assurer un bon maintien.

Sur le haut du corps, la partie ventrale est bien dégagée, et les bretelles plates sont légèrement décalées vers les hanches, pour permettre de favoriser au maximum la respiration et éviter les frottements sur les mamelons de la poitrine. Leur aspect souple permet un bon maintien, mais sans amener d’inconfort en position plus droite, comme c’est parfois le cas avec des cuissards purement typés compétition. Sur le dos, le tissu perforé évacue la chaleur, et les bords collés facilitent le confort avec des superpositions de couches.

En termes de finition, on pourrait regretter une sobriété excessive, mais c’est aussi l’objectif de Castelli avec ce cuissard. Seuls de discrets logos sont présents à l’arrière de la cuisse, gravés au laser sur le tissu, ce qui permet de ne pas altérer les caractéristiques du produit, notamment au niveau de la mise en place des panneaux et des différentes épaisseurs de matière, ce qui ne serait pas forcément le cas avec des logos collés ou même un procédé de sublimation, pas forcément adapté ici.

Un logo discret derrière la cuisse est gravé au laser.

Confort et maintien

Le Premio Black est assez long sur les cuisses, comme c’est de coutume avec les modèles modernes. Le tissu est gainant, et offre un excellent maintien musculaire, mais sans que l’on se sente boudiné. En action, on ne ressent aucune gêne au niveau des jambes, même lors des efforts violents, comme c’est parfois le cas avec des élastiques ou une bande en silicone.

En position debout, le cuissard ne semble pas contraignant au niveau des épaules et des bretelles, mais celles-ci restent également bien en place en position basse, sur le vélo. On apprécie énormément la partie dégagée sur le ventre, notamment en plein effort sur le home-trainer, avec une grande sensation de liberté en respirant.

Sur la partie caché, un autre logo en relief montre le niveau de finition.

Malgré des séances de plus de deux heures sur Zwift, en transpirant et sans aucun moment de roue libre, la peau de chamois reste en place et ne procure aucun échauffement. À la fin de l’entrainement, les cuisses sont pratiquement sèches, et on perçoit seulement un peu plus d’humidité autour des hanches et sur les bretelles. 

Sur route, le Premio Black apporte un peu de fraîcheur au niveau des cuisses, et là encore la peau de chamois ne procure pratiquement pas d’échauffements malgré les heures de selle et la transpiration. L’assise est relativement ferme par rapport à d’autres cuissards destinés à l’endurance, et s’adresse plutôt selon nous à une pratique engagée et sportive. Le cuissard n’est pas aussi “amortissant” que certains de ses concurrents, mais sa conception, son maintien, la quasi absence de couture et le matériau employé retardent au maximum l’apparition d’irritations. Notons également qu’après une douzaine de lavages, le Premio Black n’a rien perdu de sa superbe, ni même de son taillant. Finalement, seule l’étiquette (longue comme sur la plupart des produits) a fini par gêner dans certaines conditions extrêmes de chaleur et de mouvements répétés. Un défaut qu’on lui pardonne bien volontiers, réglé rapidement avec un simple coup de ciseau.

Le CASTELLI PREMIO BLACK en bref…

Note : *****

Les + : finition, confort, légèreté, maintien, respirabilité, coupe
Les – : un peu trop sobre, prix élevé

Tissu tissé stretch progressif – Trois panneaux – Bretelles minimalistes, ventre dégagé – Peau de chamois Progetto X2 Air Seamless – Logos découpés au laser avec RossoCorsa au milieu du dos et logos ombre de scorpion noir en bas sur l’intérieur des cuisses – 2 couleurs (noir et bleu navy) – 6 tailles (S à 3XL) – Poids : 146 g en taille S – Prix : 229,95 €

Contact : castelli.comdagg.fr

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

Author: Guillaume Judas- 50 ans. - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.