Test du capteur de fréquence cardiaque Polar H10

Parmi les différents capteurs de fréquence cardiaque disponibles sur le marché, tous ne présentent pas les mêmes fonctionnalités ni la même précision. Compatible avec tous les appareils et toutes les activités (dont la natation), confortable et surtout très précise, la ceinture Polar H10 se distingue de la concurrence comme nous avons pu le vérifier après une centaine d’heures de test.

Par Guillaume Judas – Photos : @3bikes.fr / Polar / DR

Le capteur de fréquence cardiaque H10 est selon Polar la ceinture la plus précise jamais conçue.

Polar a été précurseur dans la mesure de la fréquence cardiaque pendant l’effort dès le milieu des années 80, avec le premier Sport Tester (une montre connectée à une ceinture pour capter la fréquence cardiaque) qui a lancé une véritable révolution dans l’entrainement. À partir de cette époque, il est ainsi devenu possible de contrôler sa fréquence cardiaque pendant l’exercice, de manière à optimiser le temps passé dans certaines zones d’intensité, pour des progrès plus rapides et plus ciblés. Une surveillance de la fréquence cardiaque également très utile pour gérer l’apport énergétique, limiter les dérives liées à la déshydratation, anticiper une maladie ou un problème de cœur, ou encore respecter les consignes des médecins en fonction de l’âge ou des antécédents médicaux.

C’était un premier pas vers l’entrainement dit scientifique, bien avant l’apparition des capteurs de puissance. En déclinant sa technologie vers des produits plus abordables les années suivantes, la marque finlandaise est restée leader dans son domaine au moins jusqu’à la fin des années 2000. Il a fallu l’apparition de nouveaux acteurs sur le marché, le lancement des compteurs/GPS multifonctions et diverses applications de suivi de l’entrainement (comme Strava) pour que Polar perde un peu de sa superbe aux yeux des sportifs et des cyclistes connectés. Car Polar est longtemps resté à la traîne en termes de compatibilités, avec l’impossibilité de transférer les données d’entrainement vers le système d’exploitation Mac Os pendant un temps par exemple, ou encore l’absence du protocole de communication ANT+ qui permet à des appareils d’origines diverses d’être reliés entre eux.

De nombreux sportifs sont désormais habitués au port d’une ceinture pectorale pour mesurer la fréquence cardiaque.

Mais tout ceci est désormais de l’histoire ancienne avec les nouvelles générations de capteurs de fréquence cardiaque, dont la ceinture H10 est le modèle le plus haut de gamme. Dotée d’une double communication Bluetooth et d’une communication ANT+, elle est compatible avec tous les compteurs/GPS du marché (Polar, Garmin, Wahoo, Bryton…) ou toutes les montres connectées, mais aussi avec tous les types de smartphone et évidemment les applications d’entrainement et/ou pour le home-trainer comme Zwift par exemple. La H10 peut également être connectée à deux appareils en même temps. Grâce à la transmission 5 kHz, elle peut aussi être utilisée dans l’eau, une caractéristique très intéressante pour les nageurs et triathlètes. Enfin, quand elle est associée à l’application Polar Beat, la ceinture est capable d’enregistrer d’elle-même une séance d’entrainement, sans qu’il soit nécessaire d’emporter avec soi le moindre appareil. Il suffit pour cela de lancer l’enregistrement au moment de partir, de laisser le téléphone à la maison, et de valider la séance au retour pour que toutes les données de fréquence cardiaque soient transférées vers l’application.

La Polar H10 se distingue dans les détails.

À noter que ce capteur de fréquence cardiaque très performant est décliné en version H9, avec les mêmes fonctionnalités excepté l’enregistrement d’une séance sans appareil, et avec une ceinture un peu moins efficace en termes de maintien.

Une précision et une fiabilité au-dessus du lot

Mais ce n’est pas sur ce sujet que nous attendions la Polar H10 au tournant. Compte tenu de son prix plus élevé que la concurrence (environ 90 €) et d’une compatibilité que l’on retrouve déjà sur des ceintures vendues de 35 à 70 € (Geonaute, Wahoo, Garmin…), c’est plutôt la précision des valeurs qui nous parait ici la plus importante, que ce soit sur celles communiquées en ANT+ sur un compteur Garmin, ou en Bluetooth sur l’ordinateur vers Zwift.

La partie dédiée aux mesures des impulsions électriques du coeur est très étendue.

La Polar H10 utilise un électrocardiogramme, ou ECG, pour mesurer la fréquence cardiaque. Polar est capable de mesurer le RR, soit l’intervalle précis entre les battements, une fonctionnalité qui offre non seulement plus de précision, mais qui permet aussi de pouvoir mesurer l’état de fatigue grâce à un test orthostatique (avec un appareil Polar compatible). Ce système d’ECG fonctionne en décodant les impulsions électriques du cœur, à l’inverse des appareils qui utilisent plutôt une technologie optique, comme les montres au poignet, qui mesurent le flux sanguin. Dans ce domaine, Polar dispose assurément de plus d’expérience que la concurrence, comme nous l’avons constaté sur le terrain, après avoir roulé avec plusieurs ceintures.

Sur la première image, on voit un extrait de sortie sur route, avec une courbe de fréquence cardiaque régulière et enregistrée avec la ceinture Polar H10. La fréquence cardiaque augmente ou diminue en léger décalage avec les variations de puissance.

Image 1.

Sur la deuxième image, une séance de fractionnés sur Zwift, avec ce même décalage et une dérive tout à fait logique.

Image 2.

Sur les troisième et quatrième images, il s’agit du même parcours, sur la montée de l’Epic Kom sur Zwift. Sur l’image 3, le test est réalisé avec la ceinture H10, et la courbe suit là encore la production de puissance. Sur l’image 4, le test est réalisé avec une ceinture Geonaute, et on voit de tout petits pics de fréquence cardiaque qui perturbent la lecture de la courbe, et qui peuvent même se révéler inquiétants.

Image 3.
Image 4.

Sur l’image 5, là aussi avec la Geonaute le rendu global n’est pas mauvais, mais on constate quelques légères imprécisions, qui ne semblent pas logiques. La fréquence cardiaque maximale enregistrée est de toute façon toujours supérieure à la réalité, à cause de ces petits pics.

Image 5.

On retrouve ce même type de problème avec une ceinture Wahoo (image 6), lors d’un effort très stable en montée. On voit plusieurs petits pics, dont un enregistrement à 175 pulsations, alors que la moyenne est à 159.

Image 6.

L’image 7 montre une sortie sur route, avec une ceinture Wahoo, avec des valeurs totalement surréalistes. La ceinture a été changée en SAV.

Image 7.

Sur l’image 8, l’enregistrement d’une course sur Zwift d’un athlète (ancien coureur professionnel de très haut niveau – 5e du classement général de la Vuelta) qui roule avec une ceinture Wahoo. L’enregistrement ne permet pas une lecture précise des données.

Image 8.

Ici un extrait d’une sortie sur route avec une ceinture Garmin, qui affiche des valeurs soit très basses, soit très hautes par rapport à la réalité de l’effort. Avec un plateau au-dessus de 170 pulsations… en descente.

Image 9.

Et pour finir, l’enregistrement d’une séance de course à pied à allure régulière, avec une montre Garmin et un capteur optique, qui n’apporte aucune fiabilité quant aux valeurs données.

Image 10.

Évidemment, cette précision peut paraître secondaire pour de nombreux pratiquants, dès lors que beaucoup roulent même sans la fréquence cardiaque et uniquement aux sensations. Cependant, lorsqu’on fait la démarche d’utiliser un capteur de fréquence cardiaque, que ce soit pour la qualité de l’entrainement ou pour surveiller sa santé, il nous apparait important de le faire dans de bonnes conditions et avec un appareil sur lequel on peut compter. La ceinture Polar H10 nous semble donc la plus fiable et la plus précise actuellement sur le marché.

Confort et maintien au top

Là encore, toute l’expérience de Polar se retrouve dans la conception de la ceinture, qui se porte sans gêne et qui reste parfaitement en place. Disponible en deux tailles, la ceinture est bien sûr ajustable en longueur. Attention toutefois au choix de la bonne longueur, car avec un tour de poitrine de 90 cm, il nous a fallu régler la ceinture au maximum de sa longueur en taille XS-S.

De petits picots en silicone assurent une excellente tenue de la ceinture.

La partie non extensible de la ceinture (avec les capteurs), mesure 40 cm. La partie plus souple dispose de petits picots en silicone qui assurent un super maintien sans qu’il soit nécessaire de trop serrer. C’est ainsi la première ceinture que nous utilisons sans avoir besoin de la réajuster sur la poitrine une fois l’habillage terminé. Et en roulant, on l’oublie totalement, même si l’unité principale qui se clipse sur deux boutons au milieu des pectoraux est un peu plus épaisse que la moyenne. Le système de fermeture de la ceinture est franc et net. Nous émettons juste quelques réserves eu égard à sa finesse, et nous nous interrogeons sur sa fiabilité à long terme.

Le clip de fermeture est efficace et simple à utiliser.
Reste à voir si sa finesse lui permettra de tenir dans le temps.

Parfaitement placée sur la poitrine, la Polar H10 ne glisse pas pendant l’effort (comme c’est parfois le cas avec une Geonaute ou une Wahoo), et ne se sent absolument pas. En une centaine d’heures d’utilisation, elle n’a provoqué aucune marque ni irritation sur la peau, comme c’est le cas pour nous avec une ceinture Garmin HRM Dual.

La ceinture Polar H10 en différentes versions

En termes d’autonomie enfin, la ceinture Polar H10 est donnée pour 400 heures avec une transmission Bluetooth, soit une durée de vie de la pile (CR 2025 alors que les produits concurrents utilisent une CR 2032) équivalente à la concurrence, excepté la Garmin, un peu plus économe. 

Si en matière de compatibilité et de fonctionnalités, Polar ne fait que rattraper son retard, et même si certains modèles concurrents vendus à un tarif équivalent font mieux en mesurant la cadence de course, l’oscillation verticale ou la longueur de la foulée par exemple (comme la Garmin HRM-Run), le capteur de fréquence cardiaque Polar H10 assure l’essentiel. Que ce soit donc au niveau du suivi de l’entrainement, des statistiques précises ou encore de la surveillance de la santé, Polar reprend le leadership dans le domaine de la mesure de la fréquence cardiaque avec ce capteur H10 très haut de gamme, mais qui vaut largement son prix de vente. 

Le capteur de fréquence cardiaque Polar H10 en bref…

Note : *****

Les + : précision, compatibilité, confort
Les – : prix

Méthode de mesure de la FC : ECG – Autonomie : 400 h – Etanchéité : 30 m – Ceinture : Polar Pro Strap – Compatibilité : ANT+, Bluetooth, transmission 5 kHz (Gymlink), tous les appareils et applications tierces – Poids : 60 g – Tailles : XS/S et M/XXL – Prix : 89,90 €

Contact : Polar.com

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

Guillaume Judas

Guillaume Judas

- 50 ans. - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être :

7 commentaires sur “Test du capteur de fréquence cardiaque Polar H10

  1. Bonjour , surtout ne pas oublier d’enlever le capteur de la ceinture sinon la pile ne fait pas long feu

    1. Bonjour,
      Normalement non. La différence se situe au niveau du maintien de la ceinture et des capacités d’enregistrement d’une séance sans appareil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :