Une vie de sportif sans Garmin

Cette semaine GARMIN a vécu l’incident qui fait frémir tous les services IT des entreprises du monde entier. En effet, un pirate a pris en otage tout le service de la plateforme préférée des sportifs connectés. Et au-delà de cette crise majeure, l’incident aura mis en lumière la dépendance que nous pouvons avoir à notre environnement sportif (ultra) connecté jusqu’à se poser la question s’il est désormais possible de vivre sans.

Par Jean-François Tatard – Photos : Frédéric Poirier, Pixabay.com, Flickr.com

C’est en discutant avec certains sportifs ce week-end que je me suis rendu compte du lien qui existe entre les athlètes qui utilisent ces montres ou compteurs connectés et cet outil technologique qui fait désormais partie de notre environnement sportif au même titre qu’une paire de chaussures pour un runner ou un vélo pour un cycliste. Avec l’indisponibilité des services en ligne de Garmin, certains ont reporté leurs séances d’entrainement à plus tard.

Que s’est-il passé ?

Nous sommes plusieurs millions concernés par cette situation hors normes. Tous les utilisateurs de la plateforme Garmin Connect sont la cible d’une attaque d’un ransomware. Un logiciel pirate qui a pris en otage l’entreprise américaine et ses clients. Depuis mercredi 22 juillet, nous ne pouvons plus charger ou consulter les données de nos GPS et les rumeurs vont bon train. On parle même de demande de rançon.

Montres et compteurs connectés appartiennent désormais à notre vie de sportif.

Pourquoi Garmin ?

Cela aurait très bien pu tomber sur n’importe quelle autre entreprise. L’assurance MMA a d’ailleurs vécu une crise similaire cette semaine aussi. Personne n’est à l’abri ! Mais ce qui est sûr c’est que plus l’exposition est grande, plus il y a de risque. Les données des utilisateurs représentent une valeur inestimable pour les entreprises. Rendez-vous compte que nous sommes plusieurs centaines de millions à utiliser la plateforme. D’ailleurs, une fois qu’on consomme les services, comment pouvons-nous nous en passer désormais ? Garmin nous a rendus ultra captifs et dépendants. Et le risque de tout cela, c’est que dès que les services de l’entreprise en question sont indisponibles, presque plus rien ne fonctionne.

Le data sourcing

Les montres connectées analysent une multitude d’informations de plus en plus intimes. Vitesse, heure, lieu, fréquence, puissance, coeur, pas, activités, sommeil, etc : tout est passé à la moulinette ! Le tracking permet de connaître avec une exactitude parfaite les habitudes des utilisateurs. Et s’ils le veulent les ingénieurs du R&D de Garmin peuvent savoir exactement quel est le rythme de votre vie et ce qui correspond le mieux à votre profil. Et le bénéfice pour Garmin est de mettre en phase des solutions toujours mieux adaptés aux besoins des clients. Quand certaines entreprises s’obligent à faire des études de marché avant de mettre un nouveau produit en lancement, pour Garmin, ces données permettent de concevoir des produits et des services ultra ciblés et d’être encore plus certain que les clients achètent. Les besoins sont anticipés grâce à un data sourcing d’une précision extrême. C’est ce qu’on appelle aussi le social engineering.

Garmin dispose de nombreuses données sensibles quant à nos habitudes de pratique.

Le coupable ?

Les rumeurs vont bon train elles aussi. Les premières spéculations allaient sur la piste d’un concurrent qui cherchait à nuire au monopole du leader du marché. Mais selon des informations plus fiables, sous le nom de Evil Corp, il pourrait plus s’agir d’un groupe de pirates (informatiques) russes. Et d’ailleurs Garmin ne serait pas la première victime de ce genre de piratage massif. Ces pirates agissent sur n’importe quelle grosse société disposant d’une grande base de données. Les dommages semblent à chaque fois très importants. Nous n’avions jamais vécu une interruption si longue. Depuis mercredi nous n’avons plus rien et il n’est pas prévu de date d’amélioration. Une éternité pour un bikenerd ou un runnerd.

Et si on assistait à la mort de Garmin ?

Le scénario est assez improbable même si on peut penser qu’il est possible que nous perdions quand même toutes nos anciennes données dans le pire des cas. Disons qu’il faudrait que Garmin ne dispose pas de sauvegarde ce qui semble impossible ou que cette plateforme miroir est elle-même touchée par les pirates. Selon Olivier Darve, expert en informatique pour une société pharmaceutique, l’hypothèse est impossible. Par ailleurs, ce qui risque de se passer c’est qu’une fois la normale rétablie nous nous précipitions sur notre appli pour synchroniser nos montres et compteurs. Il va y avoir embouteillage. Bref, il est possible que la marque le fasse par étapes. Donc, dans le meilleur des cas, il va encore falloir attendre. Et pour répondre à la question, Garmin s’en relèvera, mais probablement pas indemne. En effet, il est très probable que Garmin revienne à la normale sans pertes de données, mais l’histoire va entacher l’image de la marque et d’ailleurs celle des systèmes GPS aussi plus généralement.

Pour conclure

Je vous l’accorde, je ne m’en tiens qu’à des théories ou des hypothèses, néanmoins, cette situation aura révélé à quel point nous sommes vulnérables et dépendants de cette ultra connexion. Au même moment où la crise de la Covid nous aura fait découvrir nos limites, cet épisode vécu par Garmin doit nous conduire lui aussi a habiter autrement le monde. Cette crise peut nous enseigner beaucoup sur nous-mêmes et sur notre rapport au sport. Il nous rappelle, en premier lieu, la profonde vulnérabilité humaine dans un monde qui a tout fait pour l’oublier. Nos modes de vie et toute notre nouvelle façon d’aborder le vélo ou la course à pied sont fondés sur une forme de mesure qui frôle la démesure. Celle-ci n’est pas seulement le fait d’avoir un corps et d’être mortel, mais elle désigne la prise en compte de la matérialité de notre existence et de notre dépendance à l’égard de ces outils finalement futiles.

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Mag

Jean-François Tatard

Jean-François Tatard

Jeff TATARD - 38 ans. - consultant sport - athlète multidisciplinaire (running, cyclisme, route, VTT, Run & Bike) Facebook : Jeff Tatard Insta : Jefftatard

Vous aimerez peut-être :

11 commentaires sur “Une vie de sportif sans Garmin

  1. Bonjour, Garmin s’en sortira car malheureusement ils ne sont pas les seuls. C’est le monde d’aujourd’hui ses attaques mais aussi un monde connecté. Par contre est ce que le marché des montres va t’il en être impacté? Le sportif lambda va t’il éviter de franchir le pas et continuer avec le portable.

  2. Bonjour,

    Beaucoup d’utilisateurs Garmin utilisent également Strava qui permet de dupliquer les activités enregistrés. Au delà de son rôle « réseau social sportif », Strava peut jouer ce rôle de miroir de protection. Durant cette période de « panne », ils peuvent également connecter leur montre en usb pour aller chercher les fichiers .fit et les charger sur Strava pour consulter leur activités.

  3. et pourquoi pas une app stand alone. elle se synchronisera quand je lui demanderai.
    nos portables sont amplement capable de gérer et stocker les données d’un utilisateur moyen pour DES semaines.
    Ben non… là plus rien. et pourtant ça serait si simple.

  4. L’article est bien creux et bien à charge.
    Des lignes pour finalement ne rien dire inintéressant où il existe pourtant de la matière…

  5. Au moins ce piratage a le mérite d apprendre à certains comment fonctionne leurs montres. Un upload d un fichier « .fit » sur strava et c est gagné.. Vous inquiétez pas la grognasse de base adepte du selfie quotidien a de suite regarder un tuto YouTube pour garder sa dose d ego et de kudo.. la base dans le monde d aujourd hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :