4000 km avec les pneus tubeless Specialized S-Works Turbo 2BR T2/T5

Specialized propose trois modèles de pneus tubeless avec la dénomination haut de gamme S-Works dans sa gamme : le Mondo 2Bliss Ready pour l’endurance, le S-Works Turbo RapidAir 2BR pour la performance, et donc le S-Works Turbo 2BR T2/T5 pour la polyvalence. Ce dernier est également le plus vendu de la collection, ce qui parait largement justifié comme nous venons de le constater après un test longue durée sur 4000 km.

Par Guillaume Judas – Photos : ©3bikes.fr

Dans le domaine du pneumatique, Specialized fait partie des marques qui laissent le choix. À son catalogue, on trouve trois pneus tubeless et cinq pneus pour chambre à air dans la catégorie route. Les trois tubeless offrent une construction et un tarif haut de gamme. Le S-Works Turbo RapidAir est un modèle de course, léger et offrant du rendement et de l’adhérence. Mais il n’est pas conçu pour accumuler beaucoup de kilomètres. Il est proposé au prix élevé de 90 € (l’unité). C’est 20 € de plus que le S-Works Mondo, une version bien plus résistante du tubeless selon Specialized, bien plus lourde aussi et adoptée par les pros sur Paris-Roubaix. Le S-Works Turbo 2BR enfin est le modèle intermédiaire, le passe-partout que l’on avait vu chez les pros sur certaines classiques du printemps dès 2022. Il s’agit du modèle testé ici.

Specialized propose trois pneus tubeless avec le niveau de gamme S-Works, mais chacun avec des cibles différentes.

Proposé avec des flancs noirs en trois sections (700×26, 700×28, 700×30) ou avec des flancs marrons (en 28 et en 30), il est vendu au prix de 75 € l’unité. Le modèle reprend la même structure que le pneu pour chambre à air S-Works Turbo, avec une carcasse en 120 TPI ainsi qu’une chape bi-composant en Grifton T2 sur la bande de roulement pour le rendement et la durabilité, et en Grifton T5 sur les épaulements pour l’adhérence, notamment sur sol mouillé. Il bénéficie également d’une protection Blackbelt, placée sous la bande de roulement. Enfin, le pneu est compatible avec les jantes avec et sans crochet. C’est d’ailleurs avec ce dernier type de roues que j’ai pu tester les S-Works Turbo 2BR, montés sur des Zipp 353 NSW, gonflés constamment à une pression entre 4 et 5 bar (maximum car le système ne supporte pas de pression supérieure) pour une section de 700×28. La section réelle de ce pneu est d’ailleurs de 31 mm sur cette jante large de 25 mm de largeur interne.

La section réelle du pneu en 700×28 sur une jante de 25 mm de largeur interne est de 31 mm. Après 4000 km, la bande de roulement est toujours ronde.

Le poids du pneu est de 285 g, ce qui est plutôt une bonne performance par rapport à d’autres pneus tubeless de cette section, ou par rapport à un pneu à chambre à air, souvent autour de 260 g en 700×28. Bien sûr ici il faut rajouter le poids du liquide préventif, soit une quarantaine de grammes, mais c’est toujours mieux qu’une chambre à air basique de 100 g. Le prix du S-Works Turbo 2BR s’affiche à 75 €, soit 150 € pour la paire de pneus, auxquels il faut ajouter le prix du préventif (15 € les 60 ml), indispensable pour le montage afin d’assurer l’étanchéité – surtout ici avec des jantes sans crochet – et pour limiter les risques d’arrêt en cas de petite crevaison.

Les deux composants T2 et T5 offre rendement, endurance et adhérence.

Endurance inattendue 

Pour ceux qui se poseraient encore la question de l’effet de la limitation de la pression de gonflage avec les jantes sans crochet, le S-Works Turbo 2BR offre d’emblée un bon rendement. Certes, nous ne sommes pas tout à fait au niveau de fluidité ressenti avec un Turbo RapidAir ou du dynamisme d’un pneu Turbo Cotton, mais on se rapproche très fortement du pneu Turbo S-Works avec une bonne chambre à air.

La bande de roulement n’est pas excessivement marquée après 4000 km.

Avec une pression d’un peu moins de 5 bar, le confort est préservé sur les bitumes rugueux et les flancs ne s’affaissent pas en danseuse. Il faut dire cependant que les flancs du pneu sont ici parfaitement en prolongement avec ceux des jantes et que le montage est cohérent. Il m’est arrivé cependant d’avoir roulé avec une pression inférieure à 4 bar, parce que le pneu perdait un peu de pression après quelques jours. En danseuse et sur les changements d’appui, j’ai trouvé que le vélo était moins tranchant dans ses réactions et moins précis dans le choix des trajectoires. Il y a donc évidemment une limite à ne pas dépasser, même avec un pneumatique de 31 mm de section réelle.

Comme avec le pneu Turbo S-Works, les deux composants T2 et T5 procurent des sensations totalement différentes sur le terrain. Sur la bande de roulement, le T2 est plus dur pour améliorer le rendement et limiter l’usure. Il peut dans certains cas se montrer surprenant lors des freinages sur route humide par exemple. Même chose en passant sur des bandes blanches ou en grimpant une côte raide en danseuse. Parfois, ça glisse un peu, ce qui n’est pas réellement rassurant. Pourtant, le T5 sur les épaulements du pneu est beaucoup plus tendre, plus mordant, et il offre ainsi beaucoup plus d’adhérence, même sur le mouillé. Autrement dit, avec le Turbo 2BR, il ne faut pas hésiter à prendre de l’angle pour ressentir la tenue de route du pneu. Plus facile à dire qu’à faire, mais quand on prend le coup, ça fonctionne très bien.

L’adhérence est élevée sur les côtés du pneu. Pour le ressentir, il ne faut pas hésiter à prendre de l’angle.

Enfin, c’est surtout en termes d’endurance que le S-Works Turbo 2BR m’a surpris. Je n’ai d’abord eu à subir aucune crevaison en 4000 km. Oui, aucune ! La bande de roulement est marquée par quelques coupures, mais sans excès. Elle est toujours assez ronde, et je peux toujours voir les indicateurs d’usure sur le pneu arrière. Sur les épaulements, les petits pavés destinés à évacuer l’humidité semblent comme neufs. Je pense que les 6000 km sont facilement atteignables avec ce pneu. Une vrai bonne surprise pour un modèle finalement assez performant. Donc à moins de rechercher spécifiquement de plus grosses sections ou de vouloir rouler sur des terrains plus rugueux comme des pavés ou du Gravel léger, le S-Works Turbo 2BR n’est pas réellement supplanté par le S-Works Mondo dans le domaine de l’endurance. C’est plutôt une bonne nouvelle. Car ce pneumatique, dont le prix est certes assez élevé, propose des prestations recherchées par la très grande majorité des pratiquants sportifs. Ceux qui s’entrainent et qui roulent, et qui ne souhaitent pas faire de la maintenance trop souvent.

Les pneus tubeless SPECIALIZED S-WORKS TURBO 2BR en bref…

Les + : polyvalence, endurance, adhérence, poids
Les – : prix en hausse par rapport à la version précédente

Carcasse : 120 TPI – Tringle : souple – Gomme : GRIPTON® T2/T5 – Protection anticrevaison : BlackBelt – Compatibilité : jante pour pneu – Dimensions : 700×26/28/30 – Poids : 285 g en 700×28 – Prix : 70 €Contact : specialized.com

=> Tous nos articles Tests

Guillaume Judas

  - 53 ans - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.