Miguel Martinez : de pères en fils

Dans le vaste monde du cyclisme, où les exploits et les récits épiques s’entremêlent, il existe des légendes qui transcendent le simple statut de coureur pour devenir des icônes, des symboles inégalés de passion et d’engagement envers le sport. Miguel Martinez incarne à la perfection cette essence même de la légende. Son nom, tel un écho puissant à travers les décennies, résonne avec une force singulière, porteur de succès, de détermination et de valeurs intègres. 3bikes a pu retrouver Miguel quelque part dans la beauté pittoresque de l’Italie. Dans un moment unique, nous avons partagé avec lui les souvenirs palpitants d’une carrière marquée par des exploits inoubliables. Mais au-delà de Miguel, deux autres figures émergent, fusionnant le passé avec le présent : son fils Lenny et son père Mariano. Miguel a ouvert les portes de son histoire, nous invitant à nous installer confortablement pour plonger dans les méandres captivants de son récit.

Par Jean-François Tatard – Photos : DR

Ce récit commence au cœur de l’année olympique, où les émotions s’entremêlent dans le tourbillon des souvenirs dorés. Pour Miguel Martinez, la course à Sydney en 2000 n’était pas simplement une compétition, mais un véritable théâtre où se jouait une symphonie d’efforts et d’aspirations. « Avant la course, mon esprit était entièrement concentré sur l’objectif ultime : monter sur le podium, voire décrocher l’or« , nous confie Miguel. Malgré la vie grouillante du village olympique, son âme demeurait ancrée dans une préparation mentale intense, prête à affronter le défi ultime.

Miguel Martinez a connu très jeune les succès internationaux, en cyclo-cross puis en VTT.

Chaque coup de pédale pendant la course transformait une simple pensée en un pas de plus vers la victoire. « Chaque mouvement était calculé, chaque adversaire observé avec attention, chaque détail du terrain évalué, tout en préservant ma propre essence dans le tumulte de la compétition », se souvient-il. La médaille d’or remportée à Sydney a été bien plus qu’une simple récompense ; elle a marqué un tournant décisif dans la vie de Miguel, ouvrant la voie à de nouveaux défis, notamment sur la route avec l’équipe Mapei, ce qui lui a donné l’occasion de disputer le Tour de France.

Miguel Martinez a disputé un Tour de France avec la glorieuse équipe Mapei, en 2002.

Mais parmi les nombreux sommets et les triomphes, certains moments se gravent de façon indélébile dans la mémoire. « La première fois où j’ai été champion du monde en junior, c’était l’une de ces expériences magiques où l’on prend conscience de son potentiel et de ses rêves de grandeur« , partage-t-il. La gestion de la pression et des attentes était une danse subtile entre maîtrise de soi et engagement total. Le cyclo-cross, avec son mélange unique d’adrénaline et de maîtrise technique, a façonné l’approche du VTT de Miguel. Chaque épreuve était une opportunité d’apprendre et de grandir, avec pour seul mot d’ordre de donner le meilleur de soi-même. Et puis, il y a la famille Martinez, une dynastie du vélo où chaque membre puise dans les succès et les enseignements des autres pour se soutenir mutuellement. Les hauts et les bas de la carrière de Miguel ont été des leçons de vie, façonnant sa philosophie et son engagement envers le sport.

Une histoire de famille

Car l’histoire de Miguel Martinez passe aussi par celle de son père, maillot à pois (1980) et double vainqueur d’étape sur le Tour de France (en 1978 et 1980), qui lui a inculqué une sorte d’ascétisme totalement dédié à la vie de champion. Dans la famille, son frère Yannick, toujours coureur amateur, a lui aussi couru chez les pros (de 2009 à 2018).

Lenny (à gauche), Miguel et Mariano : une dynastie de champions.

En ce qui concerne son fils Lenny (professionnel depuis 2023 et déjà dans les 50 premiers du classement UCI à moins de 21 ans), on parle parfois d’un diamant à polir. Incarnant la nouvelle génération de cyclistes, il porte sur ses épaules le poids de l’héritage familial tout en embrassant les avancées modernes du sport. Sa relation avec Miguel est une histoire d’amour et de cyclisme, où chaque coup de pédale est imprégné de l’expérience et de la sagesse de son père.

Ensemble, Miguel et Lenny forment une équipe puissante, unissant l’expérience et la sagesse de l’ancien avec la jeunesse et la vitalité du moderne. Leur relation transcende le simple lien familial pour devenir une collaboration dynamique, où les leçons du passé éclairent le chemin vers l’avenir. Ils continuent de gravir les échelons du succès, inspirant la génération suivante de coureurs cyclistes avec leur exemple de détermination, d’intégrité et de passion pour le sport.

À 48 ans, Miguel Martinez participe encore à quelques compétitions.

Et avant de conclure, un détail amusant : nous avons posé involontairement 17 questions à Miguel, son chiffre porte-bonheur. « Le dernier tour des JO en 17min 17secondes et 17/100e et l’arrivée à 17h d’où le nom de la marque MIG17 (comme le nom de cet avion de guerre aussi d’ailleurs) ». Dans ses propos, il esquisse un tableau vibrant de sa vie actuelle, teintée de nostalgie, de défis et de nouvelles aspirations. Installé en Italie, il évoque un environnement propice à son épanouissement personnel, où il trouve soutien, amitié et de nouveaux horizons. Malgré les défis qui se dressent devant lui, il aborde l’avenir avec optimisme, conscient que chaque défi est une opportunité de croissance personnelle. Cette introspection révèle un homme en transition, prêt à écrire un nouveau chapitre de sa vie avec détermination et ouverture d’esprit.

Voilà le récit que nous avons espéré captivant de Miguel Martinez. Une épopée flamboyante, transcendant le simple cadre du cyclisme pour devenir une symphonie.

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Portraits

Jean-François Tatard

- 43 ans - Athlète multidisciplinaire, coach en vente et consultant sportif. Collaborateur à des sites spécialisés depuis 10 ans. Son histoire sportive commence quasiment aussi vite qu’il apprend à marcher. Le vélo et la course à pied sont vite devenus ses sujets de prédilection. Il y obtient des résultats de niveau national dans chacune de ces deux disciplines.

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.