Test des roues Zipp 353 NSW Tubeless Disc

Les roues Zipp 353 NSW Tubeless Disc sont très légères, mais elles font aussi preuve d’une grande maniabilité et d’un excellent confort, grâce au profil ondulé des jantes et à leur conception sans crochet. Des roues presque parfaites tant elles se montrent performantes et polyvalentes, même si elles ne sont pas bon marché et que le côté pratique de la conception sans crochet reste encore à démontrer.

Par Guillaume Judas – Photos : ©3bikes.fr/zipp.com

Le profil de la jante varie de 42 à 46 mm.

Tout comme les 454 et les 858 chez Zipp, les 353 NSW se distinguent par le profil ondulé de la jante qui varie ici de 42,7 à 46,5 mm. Plutôt que de conserver une hauteur constante de 45 mm, on remarque que la jante est plus haute au niveau de liaison avec chacun des 24 rayons en acier inoxydable Sapim CX-Ray. Juste après chaque tête de rayon (accessible, pour le côté pratique au moment d’une maintenance éventuelle), le large profil en U plonge avant de se redresser lentement. D’après la marque américaine, ses ingénieurs se seraient inspirés des nageoires des baleines à bosse pour définir ce profil, puisque ces cétacés sont rapides et agiles dans l’eau, malgré leur taille et leur poids. Le but ici est que les roues se comportent comme des modèles de 45 mm avec le vent de face ou de dos, et comme des roues plus basses au fur et à mesure que l’angle d’exposition au vent change, pour accroître la maniabilité du vélo et anticiper ses réactions sous les rafales ou lors des changements de trajectoire. Ce profil ondulé a aussi l’avantage de permettre de gagner un peu de poids sur les jantes, sans altérer l’aérodynamisme. Enfin, les roues Zipp de la gamme NSW bénéficient également des fameuses alvéoles chères à la marque d’Indianapolis sur la surface des jantes, afin de plaquer l’air contre la roue et paradoxalement offrir moins de résistance contre le vent.

Les alvéoles sur la surface de la jante sont placées de manière à favoriser l’aérodynamisme.

Conception sans crochet

Mais le gain de poids principal des 353 NSW n’est pas seulement obtenu grâce à ce profil. Les 353 NSW font partie de cette nouvelle famille de roues avec des jantes sans crochet, qui s’affranchissent ainsi d’une certaine forme de complexité au moment de la fabrication, ce qui permet de gagner du poids en périphérie et ce qui optimise la liaison entre les flancs de la jante et ceux du pneu, pour un meilleur aérodynamisme. Sur la balance, les Zipp 353 NSW s’affichent à 1310 g, avec les fonds de jante et les valves tubeless.

La conception sans crochet permet de gagner du poids sur la jante.

En raison de cette conception et de la largeur interne de 25 mm (contre 23 mm pour les Zipp 404, qui bénéficient aussi de cette même fabrication sans crochet), la compatibilité des roues est limitée à une liste bien définie de pneumatiques, avec une section minimum de 28 mm (et jusqu’à 50 mm). Il existe également une limite de pression à ne pas dépasser, avec ce type de montage qui ne compte que sur le gonflage du pneu tubeless pour être plaqué contre la jante et s’y tenir. C’est 5 bar maximum, non pas pour préserver la solidité des flancs de la jante (qui pourraient supporter bien plus), mais bien pour éviter de déjanter sous la pression. Les pressions de gonflage recommandées sont d’autant plus basses que la section du pneu est importante, ce qui apporte du confort.

L’association avec des pneus Pirelli (théoriquement) compatibles de 700×28 montre en réalité une largeur mesurée de 31 mm, mais elle garantit une parfaite continuité entre les flancs des jantes et des pneus, et peu ou pas de sensations de déformation des pneus en danseuse ou lors des changements de trajectoire, susceptibles de perturber l’équilibre et le contrôle du vélo.

Avec les pneus de 28, il y a une parfaite continuité entre les flancs de la jante et ceux du pneu, pour un aérodynamisme idéal.

Du côté des moyeux, les Zipp Cognition V2 sont légers et fluides, et le moyeu arrière dispose de 54 points d’engagement pour assurer un maximum de réactivité à la roue. L’utilisation d’un matériau synthétique à l’intérieur du corps de roue libre améliore la fluidité du mécanisme et permet de limiter l’entretien. À l’usage, c’est souple et rassurant en termes de fiabilité, bien loin des moyeux Zipp d’il y a une quinzaine d’années qui réclamaient de fréquentes attentions pour fonctionner correctement.

Les moyeux sont fiables et performants.

Enfin, le tarif des Zipp 353 NSW pique un peu (beaucoup), avec un prix officiel de 3798 € pour la paire.

Confort et fluidité

Les 353 NSW sont de loin les roues les plus confortables que j’aie pu tester, et pas loin d’être celles qui offrent le meilleur rendement, en tout cas pour un usage polyvalent. Ce dernier dépend aussi des pneumatiques, mais il faut tout de même préciser que le tableau offert par le système tubeless sans crochet n’est pas si idyllique de cela, j’en reparlerai plus loin. Au niveau du poids, même si les roues sont très légères compte tenu de leur profil, il faut aussi tenir compte de la masse des pneus et de celle du liquide préventif, nécessaire au montage du système. Autrement dit, les 370 g par roue (320 g pour le Pirelli P Zero Race TLR en 700×28 + le préventif) annihilent quelque peu l’avantage pris sur les roues. Avec des roues plus classiques montées avec des pneus en 25 et des chambres à air légères, on peut descendre aisément à 250/270 g par roue, soit une différence de 200 g pour la paire. En gros, avec les Zipp 353 NSW en tubeless, on arrive au même poids qu’avec des roues Shimano Dura-Ace à pneu pour le montage complet.

Le poids du système complet n’est pas si léger.

Heureusement, il ne faut pas réduire les 353 NSW à leur faible masse. La première chose qui frappe, c’est le confort, et mieux même : l’impression de rouler constamment sur un tapis feutré. Là encore, la qualité des pneus, leur souplesse, leur adhérence, leur rendement et la pression de gonflage limitée à 4,6/4,8 bar pour l’essentiel du test influent beaucoup sur ces sensations, mais c’est bien grâce à la largeur des jantes que l’association semble si cohérente. Notons qu’il faut s’affranchir au début d’une très légère impression de pompage lors des relances ou des démarrages, avec des pneumatiques qui semblent moins en connexion directe avec la route. Mais les performances sont bien là, aussi bien sur de petites distances, quand il s’agit de constater la facilité avec laquelle certaines côtes raides sont effacées, que sur la longueur avec une fatigue moins sensible après 4h de vélo et plus, grâce au confort général apporté par les roues.

La combinaison avec les pneus Pirelli apport rendement et confort.

Passé le très léger flottement ressenti avec la souplesse des pneumatique et leur faible pression de gonflage, les Zipp 353 NSW sont largement assez rigides pour supporter les accélérations les plus énergiques, ou les sprints lancés vent de dos avec le braquet maximal.

Les moyeux Zipp Cognition V2 sont à la hauteur de ces roues haut de gamme.

Avec cette pression de gonflage, la largeur et l’assise du pneu sur la jante, l’adhérence se montre là aussi redoutable, que ce soit sur le sec ou sous des conditions humides. Grâce à l’ensemble du système, les roues se montrent rassurantes à piloter, ce qui apporte indubitablement du confort supplémentaire. Ceci est confirmé par leur comportement avec le vent de côté, qui n’est certes pas aussi neutre qu’avec des jantes basses, mais qui se montre prévisible, sans altérer la maniabilité d’ensemble du vélo. Et contrairement à bon nombre de roues légères, les Zipp 353 NSW sont efficaces sur le plat au-dessus de 40 km/h. On ne ressent pas le besoin de les relancer sans cesse lorsque la vitesse de croisière est acquise, et elles se comportent comme des roues de 50 mm. Bref : confort, légèreté, aérodynamisme, contrôle et stabilité, les 353 NSW disposent de quasiment toutes les qualités pour en faire des roues exceptionnelles.

Un système encore exclusif

À l’usage, les Zipp 353 NSW sont parmi ce qui se fait de mieux actuellement, en dehors de besoins très spécifiques, comme uniquement de la montagne (il y a des roues encore plus légères) ou uniquement du plat à vitesse élevée (il y a des roues plus aérodynamiques). Mais les avantages et les inconvénients du système hookless (sans crochet) doivent tout de même être pris en compte, sachant qu’il impose une liste bien définie de pneumatiques pour la compatibilité, des dimensions élevées, une pression de gonflage limitée, une possible fragilité de la jante lors des chocs frontaux (sur des nids de poule par exemple) à cause de la finesse des parois et de l’absence de crochet qui pourrait renforcer la jante, et de la complexité générale du système tubeless pour un utilisateur lambda. J’ai pu tester les 353 avec des pneus non compatibles et la sanction ne s’est pas faite attendre : déjantage direct (mais heureusement sans chute).

=> VOIR AUSSI : Acheter les roues Zipp 353 NSW en promo

Neuf fois sur dix, le tubeless c’est super. Et le rendement des pneus tubeless est globalement très élevé, avec une résistance au roulement bien inférieure à celle du pneu et du boyau. En cas de petite crevaison, le liquide préventif rebouche le trou en quelques secondes, avec peu de perte de pression et vous pouvez continuer votre route. Par contre, vous en mettez un peu partout, et vous vous retrouvez avec des résidus de latex sur le vélo, sur les vêtements, parfois jusque dans la transmission. Et comme vous ne pouvez jamais être certain de ne pas subir une plus grosse crevaison, il vous faut quand même emmener une chambre à air et du matériel de réparation. Avec une chambre à air, un peu tubeless devient lourd et perd beaucoup de rendement. Enfin, inutile d’espérer effectuer des montages ou des réparations du système vous même si vous ne disposez pas d’un compresseur pour claquer le pneu sur la jante.

Ce sont des choses à savoir au moment d’acquérir les Zipp 353 NSW, des roues presque parfaites, qui apportent plaisir et performances, mais qui obligent à revoir de nombreuses habitudes et qui s’imposent finalement comme très exclusives.

Les ZIPP 353 NSW TUBELESS DISC en bref…

Note : *****

Les + : polyvalence, rendement, confort, poids, maniabilité, stabilité
Les – : compatibilité des pneus limitée, prix très élevé, côté pratique 

Taille : 700c – Matériau de la jante : carbone – Compatibilité de pneu : à pneu Tubeless – Compatibilité des freins : à disque – Poids pour la paire de roues : 1307 g – Jante – largeur interne : 25 mm – Profil de la jante : 42/46 mm – Finition de la jante : fibres unidirectionnelles, fossettes aérodynamiques – Matériau des écrous de rayon : aluminium – Type de rayons : Sapim CX-Ray – Nombre de rayons : 24 – Type de corps de cassette : SRAM XDR, SRAM / Shimano Route – Type d’axes (roues) : axe traversant 12×100 (avant), axe traversant 12×142 (arrière) – Moyeux : Zipp Cognition V2 – Prix : 3798 €

Contact : Zipp.com

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matériel

Guillaume Judas

  - 53 ans - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.