Arthrose et sport : on fait quoi ? On continue ou on arrête ?

Parce que beaucoup de nos lecteurs sont concernés par l’arthrose, et que dans les esprits les séquelles des traumatismes passés dus à la répétition des chocs, aux chutes ou aux blessures, en font un facteur favorisant, on a voulu vérifier ce que nous devions faire et comment était-il possible de prolonger encore un peu le plaisir sans souffrances mécaniques et autres effets délétères ?

Par Jean-François Tatard – Photos : depositiphotos.com / DR

L’arthrose est une maladie qui touche beaucoup de monde en vieillissant, et pourtant l’étiologie n’est pas connue aussi précisément qu’on pourrait le croire. Pour faire simple, l’arthrose c’est l’usure du cartilage, impactant progressivement l’os, la synovie et la capsule de l’articulation. Cela s’accompagne d’une inflammation, responsable de la douleur, d’une réduction de l’amplitude articulaire, d’un œdème et, plus tard, d’une déformation de l’articulation. Et pour les malchanceux en souffrance, l’arthrose du genou notamment va impacter le périmètre d’action de l’individu parce qu’il sera arrêté par la douleur. Alors quoi faire ? Faut-il changer de passion ? Faut-il limiter le sport ?

30ml de liquide synovial ponctionné dans le genou gauche en 2021 en conséquence d’une arthrose sévère.

 On a tendance à croire, à tort, que l’arthrose est liée à l’usure et que l’activité physique va user davantage les articulations. Cette fausse idée pousse de nombreuses personnes à devenir inactives et à préférer le repos au mouvement. En vérité, c’est l’inactivité qui aggrave les symptômes et qui accélère la progression de l’arthrose. Ne pas bouger et rester longtemps assis peut entraîner une prise de poids et une diminution de la masse musculaire. Cela va augmenter la pression sur les articulations. L’exercice physique permet non seulement de soulager les douleurs articulaires, mais aussi de renforcer les muscles autour de l’articulation touchée, ce qui va réduire la pression sur l’articulation et améliorer sa stabilité. L’exercice augmente la mobilité des articulations et réduit les raideurs.

Amis cyclistes, coureurs à pied, triathlètes et plus généralement tous les sportifs qui nous lisent, rassurez-vous ! Il est un leurre de croire que la sédentarité préserve de la douleur. Au contraire, l’immobilité va accélérer le problème. La solution réside plus dans le fait de maintenir le mouvement articulaire. En effet, c’est le mouvement lui-même qui va entretenir la souplesse et la force.

« Il est tout à fait possible de courir avec de l’arthrose en respectant certains principes »

Le mouvement c’est la vie

C’est la fonction elle-même qui crée l’organe. Et c’est parce que le mouvement est la vie, qu’il sera bon de maintenir une activité physique adaptée pour entretenir les tendons, les muscles et les articulations, pour optimiser la mobilité.

Maintenir le confort dans les activités va conduire à soulager la douleur. Cette étape est d’ailleurs déterminante pour encourager la volonté et la persévérance. Pour cela, on doit ainsi associer des exercices de mobilité et des étirements pour travailler sur la souplesse et l’amplitude du mouvement en déliant les nœuds musculaires.

« Au-delà du résultat brut, le sport est aussi un merveilleux terrain d’expérimentation »

Ce travail est efficace dès lors qu’il est régulier. C’est donc toujours la même chose : la constance et la discipline sont les deux vertus à avoir au quotidien. Cette séance ne doit pas forcément être longue mais elle doit être régulière et surtout programmée sans option d’annulation. Rappelez-vous : l’exercice est le meilleur traitement pour soulager les douleurs articulaires et augmenter la mobilité des articulations.

Par contre, nous vous déconseillons ces exercices dans les phases aiguës ou lorsque la douleur est encore trop importante. Considérez qu’au-delà de 3/10 sur l’échelle de douleur, vous devez attendre.

Les facteurs irritants bio-mécanique

Soulager, c’est aussi faire l’étude minutieuse des postures répétitives, irritantes et capables d‘entretenir des tensions responsables de douleurs. Dans le cas du genou, il est intéressant de veiller à laisser l’articulation de la cheville libre mais aussi celle de la hanche et du bassin.

L’activité physique a deux autres propriétés intéressantes pour le patient souffrant d’arthrose : elle a une action antalgique qui a été démontrée aussi bien pour l’exercice aérobie que pour le renforcement musculaire. Et elle facilite la réduction de l’excès pondéral chez les patients en surcharge (surpoids ou obésité).

Pour conclure…

Au-delà des résultats bruts ou dans l’absolu de la recherche de performance, le sport est aussi un merveilleux terrain d’expérimentation et aussi d’exploration. L’arthrose n’est qu’une opportunité de plus pour aller vérifier les différentes facettes de la gestion de son propre corps et des phénomènes réactionnels. L’arthrose c’est permettre à celui qui en souffre d’avoir une vision plus large de son corps. Et dans le cas de cette pathologie, retrouver de la mobilité, c’est oser avancer dans sa découverte et s’ouvrir à d’autres dimensions.

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Coaching

Jean-François Tatard

- 43 ans - Athlète multidisciplinaire, coach en vente et consultant sportif. Collaborateur à des sites spécialisés depuis 10 ans. Son histoire sportive commence quasiment aussi vite qu’il apprend à marcher. Le vélo et la course à pied sont vite devenus ses sujets de prédilection. Il y obtient des résultats de niveau national dans chacune de ces deux disciplines.

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.