Mental : faut-il être un instinctif ou un adepte de l’hyper-rationalisme ?

Aujourd’hui le cycliste est étudié, mesuré et analysé dans les moindres détails. Avec des capteurs de plus en plus sophistiqués, qui nous offrent des indications de plus en plus fiables et précises, nous avons basculé depuis déjà plusieurs années dans l’ère de la préparation physique high-tech. Mais alors, qu’avons-nous fait de notre instinct ? Les neurosciences le confirment : ni magie ni don, l’intuition est une forme d’intelligence présente en chacun de nous. Elle se cultive, se travaille et s’aiguise au quotidien. Elle s’utilise comme une boussole intérieure qui vaut le coup de savoir être décryptée. Essayons dans ce dossier de réentendre cette petite voix intérieure qui nous conseille et nous donne la meilleure option. Un allié à ne pas négliger qui nous offre dans le meilleur des cas une certitude fulgurante et qui va nous faciliter la vie…

Par Jean-François Tatard – Photos : Billy Ceusters

=> VOIR AUSSI : Les limites de l’interprétation des chiffres pour la performance

L’origine de l’instinct demeure mystérieuse, mais les neurosciences d’aujourd’hui reconnaissent volontiers qu’il ne s’agit plus d’un sixième sens magique, ni d’un don réservé à quelques élus. La bonne nouvelle c’est que l’intuition est une faculté à la portée de tous. Selon Einstein, elle est la marque de fabrique de toutes les œuvres de génie. Pour la plupart d’entre nous, il s’agirait plus d’avoir une capacité à imaginer des réponses et des solutions hors logique prédictive. Alors vérifions comment cela marche. Cette capacité intuitive consiste à percevoir des éléments contextuels et à les agencer de manière adaptative pour trouver une solution nouvelle dans un programme préétabli ou dans une situation répétitive. En réalité, dans notre cerveau, nous avons une partie rationnelle qui gère nos apprentissages et une autre plus émotionnelle qui gère nos relations aux choses et aux gens et nous permet de nous adapter. En clair, imaginez que votre Garmin n’a plus de batterie et que vous êtes perdu avec votre VTT en pleine forêt. Soit vous demandez votre chemin à un promeneur. Soit vous suivez votre feeling, c’est-à-dire vos sensations ou vos impressions, qui finalement forment une sorte de certitude flottante.

=> VOIR AUSSI : La projection mentale

Et pourtant, ce conglomérat intuitif n’est pas dépourvu de rationalité. Pour une bonne partie, il s’agit d’informations sensorielles que notre cerveau va capter mais qui ne parviennent pas à notre conscience. C’est pourquoi beaucoup de neuroscientifiques nomment l’intuition : l’adaptation inconsciente. Et ainsi notre cerveau arrive directement à des conclusions et nous fait prendre des décisions sans que nous ayons conscience des perceptions subliminales qui nous y ont conduits. En quelque sorte, notre intuition est connectée à notre banque de données sensorielles. Celle-ci est en mouvement permanent, et pourtant elle s’adapte en temps réel. D’ailleurs, les plus intuitifs d’entre nous sont donc ceux qui ont le mieux développé leurs qualités sensorielles.

Rester dans le peloton ou se lancer dans une folle aventure en solitaire ? C’est l’instinct qui doit vous guider, mais en tenant compte de nombreux paramètres.

L’instinct comme meilleure source d’équilibre

Vous l’aurez remarqué, certains cyclistes en concurrence avec d’autres compétiteurs ont leur sens de l’intuition encore plus développé que les autres. Mais alors comment cela fonctionne-t-il ? Comment arrivent-ils à cette affirmation qui entre en résonance avec leurs actions ? En réalité si l’on cesse d’être branché sur soi, si l’on entre véritablement en empathie avec l’autre, alors on peut sentir ou pressentir des choses. On peut capter ainsi des événements qui ne sont pas la projection de nos appréhensions et de nos peurs, ou de nos envies et nos désirs.

=> VOIR AUSSI : Une technique pour améliorer la force mentale

Chacun a la capacité d’être intuitif. On peut tous avoir accès à des données diverses pour évaluer un contexte ou une personne, être averti d’un danger ou trouver une solution nouvelle, mais le véritable plus de l’intelligence intuitive, c’est de contribuer à nos propres succès et donc à notre propre bonheur. Cela vient d’une capacité à intégrer l’ensemble des données de notre environnement et de notre présent. Et cela va permettre d’améliorer notre devenir, et donc de découvrir, grâce à cette porte ouverte sur notre cerveau, les codes d’accès personnalisés de ce qui fait que nous allons réussir nos actions.

Trop de chiffres, c’est contreproductif

Celui qui parvient le mieux à être branché sur ses sens, réceptifs, à ses émotions et à sa petite musique intérieure va pouvoir ressentir ce qui est vraiment bon ou mauvais à faire. Lorsque nous savons quelque chose avec notre intuition, nous le savons avec notre cœur. Cela devient une certitude qui résonne dans l’ensemble de notre corps. Et dans nos vies modernes où les options sont de plus en plus nombreuses et où cela créé de plus en plus de confusion dans nos choix, l’intuition peut être une boussole précieuse. Comme une invitation à l’autonomie et donc l’opportunité de modeler son quotidien au plus près de ses besoins, de ses envies et de ses compétences. Et c’est justement le manque de confiance en soi, l’hyper-rationalisme et la négativité qui nous mettent des bâtons dans les roues. Une fois que vous l’avez identifié, il faut les briser. Et ne pas avoir peur d’accueillir ses intuitions.

=> VOIR AUSSI : Une vie de sportif sans Garmin

Pour conclure, l’instinct est une faculté qui nous fait gagner du temps, nous rapproche de nos véritables aspirations et objectifs et nous connecte à nos vraies ressources intérieures. Il faut donc apprendre à lâcher le GPS et tous ces outils qui nous offrent des indicateurs. Osons nous faire confiance. Par essence, l’intuition est toujours juste. Et finalement, lorsque l’on se trompe, c’est parce que l’on n’est pas en présence d’une intuition, mais plutôt de l’expression d’un désir, de l’imagination, d’une volonté ou d’une peur. Nous devons garder un espace d’ouverture pour que notre intuition puisse se manifester car dans tous les cas : penser et réfléchir ne sont pas le plus souvent les qualités qui nous permettront de faire les meilleurs choix. Cet article avait ainsi pour objectif de vous rappeler tout le bénéfice que nous avons à nous câbler à nos sensations, à nos impressions et à nos émotions. Prenez le temps… Votre guide intérieur plus efficace qu’un compteur Garmin finira par se faire entendre !

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Coaching

Jean-François Tatard

- 41 ans - Athlète multidisciplinaire, coach en vente et consultant sportif. Collaborateur à des sites spécialisés depuis 10 ans. Son histoire sportive commence quasiment aussi vite qu’il apprend à marcher. Le vélo et la course à pied sont vite devenus ses sujets de prédilection. Il y obtient des résultats de niveau national dans chacune de ces deux disciplines.

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.