Photos : une journée dans les coulisses de TotalEnergies sur le Criterium du Dauphiné

Avec deux victoires d’étapes (Alexis Vuillermoz sur la 2e, Valentin Ferron sur la 6e), l’équipe française TotalEnergies a parfaitement réussi sa semaine sur le Criterium du Dauphiné 2022. De bon augure à moins de trois semaines du départ du Tour de France, et juste avant le retour au premier plan de Peter Sagan (victoire d’étape sur le Tour de Suisse). Nous avons suivi l’équipe pendant une journée complète sur le Dauphiné, afin de vous faire découvrir l’envers du décor.

Photos : @billy_lebelge

=> VOIR AUSSI : Dans les coulisses de TotalEnergies au moment du changement de partenaires

Avant le départ de l’hôtel, les mécaniciens installent les vélos de rechange des coureurs sur la galerie des voitures des directeurs sportifs.
Les vélos ne sont pas montés par hasard, et un plan du positionnement des vélos est prévu pour les occupants du véhicule.
Nicolas Sourice, le responsable du Service Course donne un dernier coup de chiffon sur la voiture. C’est aussi quelque chose d’important pour l’image de l’équipe.
Dans le bus, le directeur sportif Dominique Arnould donne les dernières consignes.
Les vélos des coureurs attendent à la sortie du bus.
Les assistants préparent les bidons, avec des produits énergétiques selon les demandes des coureurs.
Dans la glacière, certains bidons sont marqués, pour correspondre aux demandes spécifiques des coureurs.
Dans le bus, derniers préparatifs avant de sortir.
Fabien Grellier profite d’un dernier moment de détente avant d’aller à la rencontre du public.
Les sacs des coureurs sont marqués à leur nom et sont prévus pour les attendre à l’arrivée.
les coureurs se dirigent ensuite vers le podium signature.
À cette occasion, l’équipe est présentée au public.
Sandy Dujardin est heureux avant de commencer cette deuxième étape du Dauphiné 2022. Le néo-pro évolue à cette occasion à domicile.
Sur la route, des supporters ont déjà prévu son passage.
Avant le départ de cette deuxième étape, Alexis Vuillermoz parait serein. Le Jurassien n’a pourtant pas remporté de course depuis la Drôme Classic en 2019, et s’est fracturé le bassin il y a moins d’un an.
Il se glisse pourtant dans l’échappée du jour et y joue un rôle très actif.
Sur le bord de la route, Blaise Chauvière attend Alexis Vuillermoz pour le ravitailler.
Contre toute attente, l’échappée conserve son avantage sur le peloton dans les derniers kilomètres. Au terme d’un très long sprint, Alexis Vuillermoz s’impose devant Anders Skaarseth et Olivier Le Gac, à Brives-Charensac.
C’est la délivrance pour l’un des meilleurs puncheurs du peloton français.
Juste après l’arrivée, le Jurassien s’écroule. Il a besoin de récupérer mais il peine aussi à réaliser son exploit.
Il est bien sûr félicité par ses coéquipers.
Sur le podium, l’ancien vainqueur d’étape sur le Tour de France est radieux.
À cette occasion, il endosse également le maillot jaune.
L’homme du jour doit répondre aux sollicitations des journalistes, mais la pression reste moins importante sur le Dauphiné que sur le Tour.
Quelques trophées sont à ramener avec le vélo du vainqueur, ici dans son jus juste après l’arrivée.
De retour à l’hôtel, les vélos sont bichonnés par les mécaniciens, avec ici Olivier Boyer qui s’occupe du vélo de Sandy Dujardin.
Après un bon nettoyage en règle, les vélos sont rincés, puis essuyés.
Les mécanos sont prêts à toute éventualité, même s’ils n’ont pas systématiquement des montages/démontages à refaire sur chaque étape.
Les vélos de contre-la-montre ne sont jamais très loin, surtout sur une course d’une semaine comme le Dauphiné, où le chrono peut se révéler prépondérant pour le classement général.
Chez TotalEnergies, le petit lion qui symbolise le maillot jaune a une saveur particulière. Les occasions de prendre le leadership sur une course World Tour ne sont pas si fréquentes.
Le lendemain matin, Alexis Vuillermoz s’apprête à passer une journée en jaune. On le voit ici mettre son dossard, avec à ses côtés Edvald Boasson Hagen.
L’équipe TotalEnergies prend ses responsabilités au cours de cette troisième étape, et roule derrière les échappées pour protéger le maillot jaune d’Alexis Vuillermoz.
Malheureusement, le Jurassien craque dans l’ascension finale, et il doit céder son maillot.
Le lendemain, sur le contre-la-montre, il perd encore du temps, mais même s’il n’est pas spécialiste, il affirme sur les réseaux sociaux prendre beaucoup de plaisir avec sa machine de chrono.

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Mag

Guillaume Judas

  - 51 ans - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.