Test de la caméra arrière Tooo Cycling DVR 80

Tooo Cycling est une jeune société franco-taïwanaise qui propose un appareil composé d’une dashcam (caméra de sécurité) et d’un feu placé sur la partie arrière du vélo, avec pour objectif d’être vu sur la route, et surtout de filmer l’environnement derrière votre dos lorsque vous roulez. Nous avons testé la DVR80, qui offre une longue autonomie et une finition de très bonne qualité, pour un tarif raisonnable de 179 €.

Par Guillaume Judas – Photos : ©3bikes.fr

La toute jeune société Tooo Cycling lance avec la DVR80 son premier produit, fruit d’une longue réflexion entre deux amis passionnés de vélo, mais installés en France et en Asie. Tout commence en 2014, lorsque Andrei Mochkovitch est percuté par l’arrière par un véhicule alors qu’il circule à vélo en banlieue parisienne. Il perd momentanément connaissance, et retrouve son vélo complètement détruit lorsqu’il reprend ses esprits. Le chauffard s’est volatilisé et il n’a aucun moyen d’obtenir des preuves de l’accident. Traumatisé par l’événement autant que par l’impunité du conducteur qui a pris la fuite, il cherche avec un ami taïwanais pendant un long moment un moyen de proposer une petite caméra de sécurité pour les cyclistes, un système qui n’existe pas encore vraiment dans le domaine. Le projet voit enfin le jour ces derniers mois avec un accessoire susceptible de devenir rapidement indispensable pour bon nombre de pratiquants.

La DVR80 est un appareil dédié à la sécurité à vélo.

Il s’agit d’un appareil composé d’un éclairage arrière et d’une caméra intégrée qui enregistre tout ce qui se passe derrière le cycliste. L’objectif est de fonctionner comme une dashcam pour voiture en cas d’accident, afin de comprendre ce qui s’est passé et d’établir éventuellement des responsabilités. En effet, selon une étude européenne, 40 % des collisions entre cyclistes et automobilistes proviennent par l’arrière du deux-roues, et dans un cas sur trois, le conducteur du véhicule motorisé prend la fuite. Mais cette caméra peut aussi avoir un autre intérêt, en cas d’entrainement en groupe pour le travail des relais et la cohésion d’une équipe, ou tout simplement pour conserver de belles images de virées à la campagne.

Une finition de belle qualité

La DRV80 pèse 89 g, auxquels il faut ajouter les 10 g du support de tige de selle, avec les élastiques. Deux supports sont livrés avec la caméra (pour deux vélos), avec même un adaptateur pour les tiges de selle aérodynamiques. Ce système fonctionne très bien, et une fois installé sur la tige de selle, rien ne bouge en roulant.

Le support de tige de selle est bien positionné sur la tige de selle.
Une fois installé, le système ne bouge absolument pas en roulant.

L’appareil en lui-même est bien fini. Sur la partie basse, on trouve une entrée pour la recharge avec une fiche USB-C protégée par un petit couvercle caoutchouté. Sur le côté, le même type de capuchon dissimule l’emplacement de la carte micro-SD pour l’enregistrement des images, qui n’est pas fournie avec la DVR80. Un peu dommage, car il faut compter entre 5 et 20 € supplémentaires pour s’équiper d’une carte, en fonction de sa capacité. Mais une carte micro-SD présente pour intérêt principal qu’en cas de collision et de destruction de la caméra, les images restent récupérables, ce qui n’est pas forcément le cas avec une mémoire interne. L’installation et le retrait de la carte demandent un peu de minutie, mais c’est loin d’être un problème rédhibitoire.

Le port de charge est protégé par un capuchon en caoutchouc, pour l’étanchéité.
Même chose pour l’emplacement de la carte micro-SD.

Juste en dessous de l’objectif de la caméra, on trouve un unique bouton de fonction. Un appui prolongé, confirmé par une vibration, met le système en route, avec le feu arrière clignotant et l’enregistrement des images. Un autre appui bref coupe la lumière mais laisse la caméra tourner. Un autre appui bref permet d’afficher une lumière fixe, toujours avec la caméra, et enfin un dernier appui affiche une lumière clignotante, mais sans la caméra. Une diode bleu sur le côté permet de confirmer l’état de la caméra, clignotante si l’enregistrement est en cours, et fixe si elle est à l’arrêt. Un coup à prendre pour le fonctionnement, pour éviter de partir rouler avec une caméra qui n’enregistre pas.

Un seul bouton permet d’accéder aux différentes fonctions de la DVR80.
La Led bleu clignotante indique que la caméra enregistre.

Autonomie record

La DVR80 est prévue pour résister à l’eau, au moins lors des utilisations courantes que l’on fait d’un vélo. L’éclairage de 80 Lumens offre une visibilité de plus d’un kilomètre en plein jour, ce qui est déjà un gros plus en termes de sécurité. L’autonomie du système est de haut niveau, avec un fonctionnement vérifié de plus de 8h en mode caméra et éclairage, et de près de 9h30 avec seulement la caméra, une fois l’appareil pleinement chargé. Ceux qui ont déjà l’habitude de rouler avec un éclairage arrière ou un appareil de sécurité de type Garmin Varia apprécieront.

L’autonomie de l’appareil et ses capacités d’enregistrement permettent d’accumuler de nombreux kilomètres en vélo, en se sentant en sécurité.

La résolution de la caméra en haute définition est de 1080 p en 30 ou 60 images par seconde. Avec une carte micro-SD de 32 go, on peut accumuler 600 minutes d’enregistrement (soit 10 h de route), et jusqu’à 2400 minutes avec une carte de 128 go, soit 40 h de route. Et comme pour toutes les dashcam, les images les plus récentes viennent écraser les plus anciennes sur la carte. Il n’est donc pas nécessaire de la décharger régulièrement. Les images sont ensuite stockées sous forme de fichiers de 1 à 10 minutes, qu’il est ainsi assez aisé à retrouver en fonction de l’heure de l’enregistrement. Néanmoins, avant la première utilisation, il faut modifier la date et l’heure par défaut, en entrant dans les propriétés de la DVR80, avec l’appareil branché sur ordinateur. Ce n’est pas bien sorcier et ce paramétrage simple a l’avantage de ne pas faire appel à une application, un site, ou une quelconque connexion bluetooth ou wifi comme pour la plupart des appareils modernes. D’ailleurs, en modifiant les réglages, il est même possible d’afficher ou de retirer le logo Tooo Cycling.

Images en haute définition

La qualité des images est plutôt très élevée, surtout dans les conditions de faible luminosité. Nous ne sommes pas au niveau des meilleurs caméras de sport du marché, et les férus de vidéos et de montages resteront peut-être sur leur faim, mais l’objectif est ici de pouvoir identifier clairement ce qui se passe derrière en roulant, et notamment de pouvoir lire les plaques d’immatriculation. La dernière version du capteur Sony IMX323 CMOS permet une bonne stabilisation d’images, qui est associée ici au nombre d’images par seconde, de manière à faire presque disparaître tous les flous de mouvement. La DVR80 offre également un très bel éclairage de nuit avec un capteur de lumière très sensible, comme le montrent ces images réalisées par un Youtubeur.

La qualité du son avec le petit micro placé sur le dessus de l’appareil est en revanche très médiocre, que ce soit en roulant, ou même à l’arrêt. Il n’y a pas de filtre anti-vent, et même en utilisant un logiciel spécifique il est assez difficile de faire ressortir des conversations autres que se déroulant directement juste aux abords de la DVR80.

La caméra permet d’identifier clairement une plaque d’immatriculation d’un véhicule en dépassement (coupée ici volontairement pour respecter la réglementation).

Reste que la Tooo Cycling DVR80 est une nouveauté qui risque de faire date en matière de sécurité sur la route, et notamment pour ceux qui roulent en zone urbaine, qui pratiquent le vélotaf, ou qui doivent traverser fréquemment des zones à forte densité de circulation. En pleine campagne, un appareil comme le Garmin Varia avec son radar arrière qui affiche sur un compteur compatible l’approche des véhicules est aussi une solution à prendre en compte, mais en pleine ville la DVR80 prend selon nous un net avantage, en cas de relation conflictuelle avec un automobiliste. Des automobilistes susceptibles aussi d’être plus prudents au moment d’un dépassement quand ils sauront avoir une chance d’être filmé.

La TOOO CYCLING DVR80 en bref…

Note : *****

Les + : concept, autonomie, qualité des images, prix
Les – : son, nécessite l’emploi d’une carte micro-SD (en option)

Objectif grand angle HD 105° – FULL HD 1920x1080P @30fps ou @60fps – Mode Video Loop (jusqu’à 2400 minutes d’enregistrement) – Capteur : SONY Sensor® IMX 323 – Autonomie : jusqu’à 9h30 – Éclairage arrière : 80 Lumens – Support universel – Garantie : 2 ans – SAV : en France – Étanchéité : IPX5 – Poids : 89 g (support : 10 g) – Prix : 179 €

Contact : tooocycling.store/fr

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matériel

Guillaume Judas

  - 52 ans - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.