Rotger Stickers : de l’idée à la réalisation

J’ai une idée !” Cette courte phrase qui peut en dire long, elle traverse notre esprit comme un éclair et finit par retomber comme un soufflet au fromage, car on n’a pas confiance en elle, parce qu’on se dit qu’elle existe déjà. Mais le plus important ce n’est pas d’avoir une idée, c’est d’y croire, d’y croire très fort, plus que les autres et ensuite de la rendre vivante comme lorsqu’Apple avait eu l’idée géniale d’imaginer en 2005 un nouveau design de téléphone intelligent, facile à utiliser et qui allait offrir au monde entier de nouvelles fonctionnalités révolutionnant l’utilisation de cet objet du quotidien. L’iPhone était né. Et pour ça il y a un mot. Ce mot c’est : la conceptualisation… Partons ainsi à la découverte d’un concepteur qui fait beaucoup de bruit depuis ces derniers mois dans le petit monde du vélo, nous parlons de la jeune entreprise Rotger Stickers, qui propose des autocollants personnalisés pour égayer votre machine ou tout ce qu’il y a en dehors.

Par Jean-François Tatard – Photos : DR

Dis papa comment on fait les idées ?” “Alors tu vois cette bouteille de lait… ?” Plus sérieusement, pour faire naitre une idée, il faut une rencontre amoureuse forte entre une envie (gamète femelle) et un besoin (gamète mâle). Ils vont apprendre à se connaitre, s’installer ensemble autour d’une vision fédératrice et d’un partage mutuel jusqu’au jour où ! Comprendre leurs différences pour pouvoir les combler. Un besoin et une envie peuvent vivre toute leur vie ensemble sans pour autant donner naissance à une idée. L’idée nait d’une osmose parfaite entre un besoin et une envie.

Depuis de longues années, Fred Rotger imagine personnaliser le vélo de chacun, et les accessoires.

Quand je suis parti à la rencontre de Frédéric Rotger, je connaissais surtout le cycliste. Fred est une figure emblématique du cyclisme francilien. Il est bien implanté dans son sport depuis plus de vingt ans. Tout le monde ou presque le connait. Personnage haut en grimaces, Fred a écrit ses lettres de noblesse sur les routes de France et de Navarre en remportant de nombreuses victoires comme un pur baroudeur. Parfois puncheur. Parfois grimpeur. Parfois rouleur. Mais rarement sprinteur. On ne peut pas dire qu’il dispose de toute la filouterie nécessaire pour gagner en ratagas, mais par contre, son nom sur la liste des engagés, c’est la garantie d’un beau spectacle.

Sur route ou en cyclo-cross, le coureur du Val d’Oise gagne des courses chaque année.

Mais ce que j’étais venu découvrir dans cet entretien, c’est Fred, le créateur. Le concepteur designer qui fait beaucoup de bruit en ce moment avec ses stickers personnalisés. Avec une seule idée en tête : servir ceux qui lui font confiance pour mettre en évidence une singularité bien individuelle dans un sticker, les aider à engager leur préférence et avec eux un lien privilégié voire émotionnel avec ce qui fait que chacun de nous est différent… Comprendre l’autre. Se mettre à sa place. Percevoir ce qu’il ressent. Un profond respect des perceptions. Des sentiments. Des croyances. Des désirs. Des émotions. Tout en étant capable de dissocier soi de l’autre, et de réguler ses propres réponses émotionnelles… Pour produire un autocollant très personnalisé que le « client » disposera sur son cadre de vélo, sur son casque, sur ses roues ou encore sur son compteur GPS. Des qualités de plus en plus rares, à l’heure de l’ultra individualisme. Pour au final, une conception très créative qui tient pourtant en moins de 3 cm².

Fred Rotger est généreux dans l’effort, comme dans la vie.

La naissance d’une idée… “Grande émotion” lorsque Fred m’explique le début de cette histoire de stickers ! Son envie et son besoin lui annoncent qu’ils attendent un heureux évènement. Son petit nom : idée. Son poids : 70 nano grammes environ. C’est le choc, sa vie peut changer, il ne sait pas comment faire, comment l’éduquer comment la faire grandir, comment lui donner de l’importance dans sa vie si bien rangée. Alors il demande conseil … Mais les conseils lui sont donnés par rapport aux idées déjà élevées, à une vision de l’éducation de leurs idées et pas forcément la sienne. Mais Fred ne se décourage pas. Pour lui c’est déjà un embryon à protéger et à faire grandir.

En partant d’une idée, il a fallu à Fred Rotger franchir plusieurs étapes avant de proposer ses réalisations au grand public.

Et si on devait faire des tests de créativité à la psychologie du génie pour Fred, et qu’on tentait de percer le mystère de sa capacité à créer, il aurait fallu remonter à ses premières années de vie d’adulte. En effet, cela date de son apprentissage en cuisine. D’ailleurs, c’est probablement son amour pour la bicyclette qui lui a empêché d’être un chef cuistot étoilé et de privilégier la cuisine plus industrielle pour pouvoir y associer dans le programme de la journée une activité aussi chronophage que le cyclisme de haut niveau. En discutant avec lui j’ai découvert une existence très ancienne de cette pensée divergente. Et c’est seulement, maintenant, 25 ans plus tard, que s’exprime (enfin !) cette fabuleuse aptitude à créer et à imaginer une palette aussi variée de solutions.

Comment pensent les Léonard de Vinci, Mozart, Picasso, Einstein, etc ? Et tous ceux qui ont révolutionné leur domaine, dans les arts, les sciences, les techniques ? Albert Einstein ce n’est pas ce savant échevelé, qui s’est formé en marge de l’institution scientifique, et qui tire la langue aux autorités ? Il y a du Einstein dans Rotger… ou le mythe du créateur solitaire !

La conceptualisation de ce fameux sticker (enfin nous y voilà), l’art de matérialiser une idée, pour qu’elle prenne forme, pour lui donner une image, une représentation physique. C’est finalement le moment le plus délicat pour la vie d’une idée… Est-ce que mon idée est capable d’affronter le plus grand monde ? À ce niveau plusieurs options se présentent à Fred : la garder pour soi, la faire grandir, la donner à quelqu’un d’autre ? S’il en est arrivé là, c’est que son idée vaut le coup d’être vécue et concrétisée (sans se ruiner bien sûr).

Le concept est à la fois fascinant et torturant” me dit-il. L’idée va être remise en cause sans cesse, “mais vous devez aller au bout sans vous retourner sinon vous ressentirez un manque toute votre vie“. C’est la douloureuse expérience qu’il a retenu de ce passage de vie qui aurait pu l’amener aux fourneaux des plus grands restaurants de la capitale.

Compteurs, casques, roues, chaussures, cadres… peuvent être personnalisés avec des stickers colorés et accessibles financièrement.

Un exemple à suivre

Je vous conseille de bien choisir les idées que vous voulez voir naître. Ne vous jetez pas à corps perdu dans chaque quête du concept. Il aura fallu 25 ans à Fred pour faire révéler cette créativité. Et n’oubliez pas : il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises idées, il n’y a que des bons ou des mauvais résultats. Et si cet article vous a plu et que vous vous voulez vous aussi personnaliser vos roues de vélo ou votre GPS, n’hésitez pas vous pas à contacter ce concepteur génial et attachant.

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Mag

Jean-François Tatard

  40 ans. Athlète multidisciplinaire, coach en vente et consultant sportif. Collaborateur à des sites spécialisés depuis 10 ans. Son histoire sportive commence quasiment aussi vite qu’il apprend à marcher. Le vélo et la course à pied sont vite devenus ses sujets de prédilection. Il y obtient des résultats de niveau national dans chacune de ces deux disciplines.

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.