Les bienfaits de la sieste

Nous pouvons le tourner dans tous les sens, même si bon nombre de bienfaits sont avouables, rouler ou courir fatigue l’organisme. Pendant l’effort, il accumule des perturbations biologiques plus ou moins importantes qui nécessitent un temps de restructuration. Et pendant cette période, le tiercé gagnant est : l’alimentation, l’hydratation et le sommeil. Ainsi, pour aujourd’hui c’est le dernier de ces trois éléments qui va nous intéresser : le sommeil ! Et pas n’importe lequel… celui de la sieste ! 

Par Jean-François Tatard – Photos : Jean-François Tatard / @Depositphotos.com

Quels sont les bienfaits de la sieste ? Est-elle réservée aux bébés ? Faut-il la réhabiliter chez nous, les adultes, même pour ceux qui sont pourtant forts et vaillants ? Je raccourcis volontairement pour en venir à la réponse mais oui, ce moment de sommeil en milieu de journée vous aide à récupérer et à capitaliser sur vos activités. Mais alors combien de temps est-elle nécessaire ? Et comment faire une microsieste ?

Qu’est-ce que la sieste ?

La sieste répond à un besoin physiologique de dormir qui se situe entre 13 et 15 heures. Ou en tout cas, tout juste après le déjeuner. Pourtant, dans les pays occidentaux, elle fait souvent sourire et est même parfois l’objet de moqueries par ceux qui ne s’y adonnent jamais. En revanche dans les pays asiatiques, ce moment privilégié est déjà beaucoup plus ritualisé.

Une sieste après le déjeuner aide à rester en forme.

Un respect de soi

Lorsqu’on s’intéresse au cas des ouvriers japonais, la sieste est considérée là-bas comme une marque de respect pour soi. Dans un pays où le wellness tient sa place et que la performance est associée à un état de forme, dormir après le repas du midi permet d’optimiser l’efficacité et la productivité. Tout le monde est culturellement d’accord sur les bienfaits de la sieste et de ses effets bénéfiques sur l’organisme.

Combien de temps ? 

Pour qu’elle soit la plus efficace, la sieste doit être brève. 10 à 20 minutes est la durée la plus efficace, surtout si vous parvenez à la répéter au moins un jour sur deux en moyenne. Mais alors comment se constitue-t-elle ?

Il ne s’agit pas d’écrire un article sur les cycles du sommeil. Néanmoins, s’il s’agit uniquement de la sieste, celle-ci est constituée d’un sommeil lent et d’un sommeil léger. Ainsi, le sommeil de la sieste permet un retour beaucoup plus facile à ses activités de la journée que celui après le sommeil de la nuit.

Les effets de la sieste

Les effets bénéfiques de la sieste sur la santé sont multiples. Ce moment négligé est pourtant une mine d’or. Celui-ci permet :

  • De se protéger des problèmes cardiovasculaires et d’en assurer une meilleure régulation.
  • De faire baisser la tension artérielle.
  • D’optimiser la mémoire.
  • D’améliorer de façon immédiate la concentration.
  • De faire remonter significativement les jauges énergétiques et de recharger les accus.
  • D’être moins irritable et plus sympa avec son entourage.
  • D’optimiser la performance par effet de surcompensation.
  • De mieux gérer le stress et de prendre plus de hauteur sur des situations anxiogènes.
  • De dénouer des problèmes de réflexion.
Une microsieste peut s’effectuer presque n’importe où.

Les trois siestes possibles

  1. La sieste de cinq minutes ! Oui, elle existe ! Et c’est celle à privilégier lorsque vous travaillez. Elle est facile à mettre en place et elle ne prend pas beaucoup de temps. Entre deux stations de train. Dans la voiture sur le reste du temps de la pause dej, isolé en salle de pause positionné entre deux chaises ou allongé à même le sol. Elle a un pouvoir très souvent sous-estimé. Si vous parvenez à vous l’offrir de façon récurrente, vous améliorerez de façon notoire vos performances.
  2. Quand on a déjà un peu plus de temps, la sieste de 20 à 30 minutes permet de récupérer sa vigilance sans perturber la nuit de sommeil derrière. Elle est particulièrement appréciable et permet de repartir en pleine forme. C’est celle qu’on met en place en week-end ou en vacances. Dans son canapé, dans son lit ou son hamac.
  3. La sieste de plus d’une heure, elle, est à réserver beaucoup plus exceptionnellement. On la réserve uniquement en cas de dette significative de sommeil. Si vous n’en avez pas besoin physiologiquement, et que quand vous vous réveillez après vous être endormi juste après le repas du midi : il fait nuit, il n’est même pas la peine d’espérer vous rendormir à l’heure où il faudra vous coucher le soir. Et ça aura l’effet inverse que celui qui est recherché. Cela aura un impact délétère. Et vous perturberez votre récupération. Ainsi que les nuits suivantes.

 

Comment faire une microsieste ?

Faire une microsieste n’est pas donné à tout le monde mais ça s’apprend. Pour commencer, si vous n’êtes pas habitué à une mini-sieste, mettez votre réveil. Ensuite, essayer de trouver une bonne position, sans point de tension. Le mieux c’est quand même de trouver une position le plus allongé possible. D’ailleurs quand les beaux jours viendront, pourquoi ne pas squatter la pelouse ?

Quand on multiplie les activités, des moments de repos bien choisis permettent d’optimiser ses performances.

Pour conclure

Il est démontré scientifiquement que même pour notre espèce, le sommeil est par nature biphasique. Cela signifie que le sommeil peut aussi bien être un sommeil nocturne qu’un sommeil de jour. Et que ceux qui vous traitent de paresseux aillent s’enfoncer dans leur fatigue ! La sieste est donc tout à fait naturelle et correspond à un creux de vigilance et à la baisse cyclique de la température corporelle. Elle tient sa place dans la journée de façon complètement normale. Elle répond à un besoin naturel. Et finalement, on a tous intérêt à faire une sieste si le besoin de dormir se fait ressentir. Avant d’investir dans des vitamines (sans efficacité la plupart du temps), intéressez-vous en priorité à comment placer 10 minutes de sieste au boulot. Vous n’en serez que plus performant et apprécierez encore davantage d’être en excellente forme !

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Coaching

Guillaume Judas

  - 51 ans - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.