Test de la veste de pluie Q36.5 R.Shell Protection X

La marque Q36.5 propose un éventail de produits prêts à répondre à toutes les demandes et toutes les conditions météorologiques. La veste imperméable en fait évidemment partie. Pendant longtemps, si elles ont dû sacrifier les critères d’encombrement, de poids et de respirabilité, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Le modèle d’essai, appelé R.Shell Protection X le confirme avec ses qualités d’imperméabilité et ses 148 g sur la balance.

Texte : Olivier Dulaurent – Photos : Q36.5, 3bikes.fr

La marque Q36.5 a fait l’objet d’une présentation détaillée lors de notre précédent article, à relire ICI.

La veste Q36.5 R.Shell Protection X propose ainsi d’aller bien au delà de la protection contre la pluie. Grâce à ses caractéristiques, son utilisation est réellement prévue pour toute l’année : de la descente de col ou la bonne averse en plein milieu de l’été, jusqu’aux frimas de l’hiver par dessus une veste thermique par exemple. Dans tous les cas, elle sera appréciée pour le surcroit de chaleur procuré (entre deux périodes intenses par exemple) ou pour faire face à la pluie.

 

La veste R.Shell dans son élément, les Dolomites

La veste utilise ici un tissu propre à la marque, à 3 couches et appelé UF 75Shell. La couche extérieure est un polyamide tissé haute densité extrêmement compact, tandis que la deuxième couche est une membrane en polyamide hydrophobe avec une respirabilité très élevée (RET 4) et un indice d’étanchéité de 15000 mm.

La coupe est proche du corps mais sans excès, de quoi éviter “l’effet parachute”, tout en permettant l’usage au dessus d’un maillot ajusté ou d’une veste plus ample

Comme pour la veste Hybrid Que X récemment testée, une attention particulière est portée sur le col. La zone qui l’entoure est scellée hermétiquement afin d’éviter toute entrée d’eau à cet endroit particulièrement exposé et habituellement « soumis » à une couture le liant au reste de la veste.

Le col est hermétiquement scellé

Ainsi, toutes les coutures qui compromettent l’imperméabilité ont été déplacées vers les zones les moins exposées de la veste et effilées pour une protection étanche, tandis que les poignets sont élastiques pour assurer un ajustement plus serré autour des poignets, autre source d’entrée d’eau. Par ailleurs, la veste bénéficie de deux fentes permettant un accès facile aux poches du maillot ou de la veste situé en dessous, sans pour autant compromettre l’imperméabilité. 

L’accès aux poches arrière (du vêtement sous la veste) est facile

L’accent a aussi été mis sur la réduction du poids et de la veste. Avec 148 g vérifiés en taille S, l’objectif est largement atteint et l’effet compactable permet de glisser la veste dans une poche arrière sans effort.

L’examen attentif de la veste R.Shell Protection X est certes moins spectaculaire la Hybrid Que X qui bénéfice de nombreux empiècements différents et de pas moins de 3 matériaux. Mais là encore, l’attention portée aux détails se remarque immédiatement : les poignets élastiques sont appréciables et permettent d’enfiler ou d’enlever la veste sans enlever ses gants (longs). La coupe est là encore parfaite, bien que moins serrée qu’un maillot ajusté. A juste titre d’ailleurs puisque le produit est prévu pour être utilisé « par-dessus », donc par définition au-dessus de vêtements moins serrés. Cependant, même sur un maillot court la veste ne flotte que très peu au vent tandis que le côté élastique de la bande située à l’arrière permet une large polyvalence.

En position cycliste, la prise au vent est minimale pour cette gamme de produit

Cette polyvalence se poursuit même du fait de la respirabilité du produit. Le temps est loin des Gore Tex qui faisaient office de cocotte minute, dès que l’intensité de la sortie dépassait un certain niveau, et ce d’autant plus que le temps devenait sec. Ici, la respirabilité est très bonne et associée au fait que la veste est à la fois très légère et compacte, elle n’est pas « oubliée » dans l’armoire au moment de partir à l’entrainement. En cas d’averse imprévue, de descente un peu longue effectuée à l’ombre ou tout simplement pour se réchauffer entre deux passages plus intenses, il s’agit d’un outil idéal. Sauf en plein été et météo assurée, elle doit accompagner toutes les sorties du cycliste, au cas où. Elle trouve aussi son utilité lorsque la température de fin de sortie diminue et que le cycliste utilise à bon escient son retour au calme. Ce surcroit de protection est alors particulièrement appréciable.

La veste R.Shell Protection X enfilée ici juste avant une descente de col, par une température de 4°C environ
Par temps sec dans une descente de col, la veste R.Shell Protection X apporte un surcroit de chaleur et d’isolation face au vent, bienvenu

Mais c’est évidemment sur le terrain de la protection vis à vis de la pluie que la R.Shell Protection X était aussi attendue. Et le constat est très flatteur : en cas d’averse ou même de forte pluie, le vêtement situé sous la veste demeure au sec. Il n’y a qu’en cas de pluie durant une longue période que l’eau finit par s’infiltrer, davantage par la capillarité d’ailleurs que par manque d’imperméabilité. Les gouttes finissent par passer dans le petit espace entre le cou et la veste elle même ou encore en remontant du fait des gants – souvent en néoprène dans ces conditions – gorgés d’eau. Quoi qu’il en soit, il s’agit bien d’un produit imperméable et non étanche à 100%. Mais le but est largement atteint car, sauf à devoir s’arrêter sur le bord de la route pour réparer par exemple une crevaison, le corps supporte largement le traitement associé à ces mauvaises conditions. Evidemment, selon la température, la sous couche doit être choisie avec soin et si le mercure passe en dessous de 5°C, un sous vêtement thermique épais associé à un maillot ou une veste tout aussi épais, sera apprécié.

La protection contre la pluie est excellente

Un petit bémol est à signaler sur la visibilité de la veste : même si des parties vert fluorescent sont présentes, leur surface aurait gagné à être plus généreuse. Cela ne remet pour autant pas l’excellent bilan de la veste, dont les qualités de durabilité semblent également au rendez-vous, les quelques lavages n’ayant pas donné de signes d’usure ou de pertes des propriétés imperméables.

La longévité attendue permet aussi de faire passer la pilule des 290€ réclamés. Un montant très élevé mais qui sera amorti sur plusieurs années et qui peut potentiellement sauver la mise à des moments peu agréables à vivre sur le vélo.

La veste R.Shell Protection X en bref…

Note : *****

Les + : Made in Italy, qualité, finitions, esthétique, coupe, compactibilité, poids, imperméabilité, respirabilité, polyvalence et utilisation toute l’année
Les – : visibilité en cas de temps sombre, prix élevé

Matériau UF 75Shell – Indice de respirabilité RET 4 – Indice d’imperméabilité 15000 mm – Deux fentes pour accéder aux proches arrière – Deux couleurs – Tailles : du XXS au XXL

Prix :  290 € 

Contact et infos : Q36.5

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

 

 

Olivier Dulaurent

  - 46 ans. – Pigiste presse écrite et Internet depuis 2004, auteur de Le Guide du Vélo Ecolo (Editions Leduc, novembre 2020), Moniteur Brevet d’Etat Cyclisme, encadrant de stages cyclistes depuis 2005 et coach cycliste - Pratiques sportives actuelles : cyclisme route et VTT (occasionnelle : course à pied) - Strava : Olivier Dulaurent

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.