Test des chaussures Specialized S-Works 7 Lace

Avec les S-Works 7 Lace, Specialized lance une nouvelle paire de chaussures haut de gamme qui allie classicisme et modernité, et qui complète l’offre déjà très étendue de la marque américaine. Comment ce nouveau modèle se situe-t-il par rapport aux autres chaussures S-Works ? Le serrage à lacet se justifie-t-il encore en termes de confort et de performances face aux solutions plus récentes ? Réponses sur la route.

Par Guillaume Judas – Photos : @3bikes.fr / DR

Les S-Works 7 Lace (à gauche) sont très proches des S-Works 7 (à droite), en termes de chaussant et de matériaux.

Les nouvelles S-Works 7 Lace complètent l’offre de chaussures haut de gamme route chez Specialized, après les S-Works 7, S-Works Exos, S-Works Vent et S-Works Ares. La marque réintroduit un serrage à lacets qui avait déjà été proposé sur la version précédente des S-Works il y a quelques années, et même en série limitée sur les Exos. C’est aussi une solution qui reste proposée par quelques marques concurrentes comme Giro ou DMT sur certains modèles. À l’heure où les fabricants proposent aussi diverses solutions comme des serrages par bande velcro ou par boucle micrométrique, le retour à une fermeture par lacet parait presque anachronique. C’est en tout cas assurément moins pratique, même si le système n’est pas dénué d’intérêt, notamment en termes de poids. En effet, si l’on compare les S-Works 7 Lace et les S-Works dont elles sont directement dérivées, avec la même semelle et les mêmes matériaux au niveau de l’empeigne, le gain est de 60 g sur la paire. Avouons que ce n’est pas négligeable !

Autre avantage du serrage à lacet, et non des moindres : la possibilité d’appliquer un serrage uniforme et parfaitement réparti sur l’ensemble du dessus du pied. Aussi évolués soient-ils, les autres types de fermeture appliquent toujours un peu plus de pression sous les passages des câbles des serrages micrométriques ou sous les bandes velcro. Avec des chaussures à lacet comme les S-Works 7 Lace, le serrage peut être ainsi très ferme, mais sans provoquer de stase veineuse (une sensation de fourmillements ou de douleur sur le dessus du pied en écrasant la circulation sanguine avec un point de pression).

Le laçage offre un serrage parfaitement réparti.

Un esthétisme très classique qui cache de grandes caractéristiques

Le système du serrage à lacet n’a jamais été totalement abandonné par Specialized, et notamment sur les chaussures de tout-terrain S-Works Recon Lace. Ces chaussures dédiées au Gravel reprennent les codes esthétiques de la pratique, avec des coloris sobres ou inspirés par la nature, et des caractéristiques apparemment simplifiées même si loin d’être minimalistes si l’on tient compte des matériaux employés. La marque américaine reprend la même recette avec les S-Works 7 Lace, qui s’appuient sur la qualité de fabrication des S-Works 7, en remplaçant seulement le système de serrage.

Les semelles carbone sont les plus rigides de la gamme de la marque américaine. Et parmi les plus rigides du marché.

Les semelles extérieures sont toujours en carbone Fact Powerline, avec un indice de rigidité de 15 sur 15, qui sont parmi les plus rigides du marché. Ces semelles conservent une très légère inclinaison vers l’extérieur (calage varus, de 1,5 mm) afin d’optimiser l’alignement entre la hanche, le genou et le pied. Elles offrent également un soutien de voûte plantaire moulé pour éviter l’affaissement du pied. Les écrous de cales en alliage de titane peuvent pivoter, de manière à décaler la cale de 5 mm vers l’arrière si nécessaire. Les semelles intérieures Body Geometry quant à elles, offrent un peu plus de densité que la moyenne sous le milieu du pied.

La semelle extérieure offre un excellent soutien de la voûte plantaire. L’empeigne est légère, respirante, et ne se déforme pas sous la traction.

L’empeigne est réalisée à partir de Dyneema, une fibre de polyéthylène légère, fine et ultra résistante, qui épouse les contours du pied, mais qui ne se déforme pas sous la traction.

À l’intérieur, on aperçoit le maillage de la fibre.

La coque de talon Padlock maintient fermement l’arrière du pied lors des relances ou des vives accélérations.

La coque du talon assure un excellent maintien du pied lors du pédalage.

Sur l’avant, le chaussant Form Fit est conçu pour laisser suffisamment de place aux orteils, sans perturber la tenue générale de la chaussure.

La partie avant est assez large. Le matériau perforé assure respirabilité et évacuation de l’humidité.

Les S-Works 7 Lace conservent également leur système de languette traditionnel, largement rembourrée avec une matière à la densité élevée qui ne se déforme pas dans le temps, comme nous avons pu le constater après plus de 20 000 km avec des S-Works 7. Des chaussures qui conservent leurs caractéristiques après des milliers de kilomètres par tous les temps, sans se déformer ou se relâcher, et qui offrent toujours le même maintien. Tout porte donc à croire qu’il en sera de même avec les S-Works 7 Lace.

La languette est très épaisse et particulièrement confortable.

Notons enfin que sur la languette, une petite bandelette élastique est prévue pour maintenir les boucles des lacets, et éviter qu’elles ne flottent au vent (ou qu’elles se prennent dans le pédalier). Un détail qui ne parait pas de trop, car les lacets nous paraissent par ailleurs excessivement longs.

Le logo S-Works reste très discret.

Les chaussures sont disponibles en trois coloris : deux options traditionnelles en noir ou blanc et un motif marbré plus original nommé Vivid Coral/Cast Umber. Le logo S-Works sur les flancs reste assez discret, ce qui fait beaucoup pour le côté “classe” et sobre des chaussures. Concernant l’empeigne toute blanche de notre modèle d’essai, il y a peu d’inquiétude à avoir concernant sa tenue dans le temps. Le Dyneema s’entretient très bien avec un coup d’éponge, et évidemment seuls les lacets vont ici finir par perdre de leur superbe. C’est un élément facilement remplaçable par la suite, même s’il est à noter qu’il s’agit ici de modèles non extensibles.

Sublime finition sur les embouts des lacets.

Le prix, enfin, est assez élevé, comme d’habitude pour des chaussures de cyclisme haut de gamme, à 350 €. Mais elles sont toutefois moins chères que les S-Works Exos (375 €), les S-Works 7 (410 €), les S-Works 7 Vent (430 €), ou les S-Works Ares (440 €).

Un serrage efficace et confortable

Précisons-le d’emblée, le serrage par lacet n’est pas l’idéal pour tous les pratiquants. Nous pensons d’abord aux compétiteurs, qui peuvent avoir besoin de resserrer ou desserrer à la volée leurs chaussures en fonction des circonstances. Nous avons encore en mémoire les images de Julian Alaphilippe resserrant ses chaussures à l’approche d’un sprint final (comme par exemple à Liège-Bastogne-Liège 2021, ou juste avant son démarrage décisif dans la première étape du Tour de France 2021). Cependant, il faut préciser qu’un serrage à lacet peut être tout aussi efficace qu’un serrage avec des molettes Boa s’il est bien ajusté au départ, avec une tension bien répartie. Les S-Works 7 Lace bénéficient de 12 oeillets (6 de chaque côté) pour le passage des lacets, ce qui permet d’enserrer confortablement le pied, alors qu’un système de réglage par Boa (avec la superposition de couches pour créer l’enveloppe) peut dans certains cas générer des points de pression.

Avec des lacets, il faut forcément prévoir un peu plus de temps pour enfiler les chaussures avant de partir rouler, et pour ajuster le serrage. Sur les deux premières sorties, j’ai dû m’arrêter à chaque fois pour réajuster la tension sur le pied droit, qui est légèrement plus fin que le gauche. Mais par la suite et l’expérience aidant, j’ai pu trouver le bon serrage d’emblée, bien aidé il est vrai par les petites marques de salissure laissées par les oeillets sur les lacets.

L’ouverture à l’avant de la semelle suffit pour apporter une bonne aération.

Le test a été réalisé sur 900 km, avec trois sorties sur Zwift, et le reste en extérieur équipé de couvre-chaussures, en raison de la température extérieure. L’humidité due à la transpiration ou aux averses n’a pas sembler perturber le serrage, ni même détendre les chaussures. Je n’ai pas pu tester les chaussures en conditions extrêmes de chaleur, mais je suis plutôt optimiste quant à leur confort dans cette situation. La semelle extérieure dispose bien d’un large trou d’aération à l’avant (que je prends soin d’obstruer les jours de grand froid !), mais surtout, la répartition idéale du serrage sur le dessus du pied ne limite pas la circulation sanguine, ce qui est la cause principale de la sensation de feu au pied en plein été. Les caractéristiques respirantes de l’empeigne au niveau des flancs de la chaussure sont aussi remarquables à ce niveau-là.

Le rebord de la chaussure est assez ferme, mais c’est aussi ce qui assure un bon maintien dans le temps.

Le taillant des S-Works 7 Lace est très polyvalent, avec une partie avant assez large et très confortable pour les orteils, et un cou-de-pied qui s’adapte aux pieds larges comme aux pieds fins. La coque du talon maintient très bien, même lors des exercices de sprints avec départ arrêté. Sur le côté, juste en dessous de la malléole externe, le rebord de la chaussure est ferme et peut même apparaitre blessant sur les deux ou trois première sorties, comme avec les S-Works 7 ou les S-Works Recon. Mais cette sensation disparait une fois que les chaussures se sont “faites”.

En termes de performances, les S-Works 7 Lace sont très proches des S-Works 7. Les semelles extérieures sont très rigides, et le pied est parfaitement tenu lors des efforts les plus intenses. Le maintien est un peu différent des S-Works Ares, qui enserrent fermement le talon mais laissent plus de liberté sur les côtés au niveau de toute la partie avant. Le chaussant des S-Works 7 Lace est plus traditionnel, avec un pied mieux maintenu latéralement, alors que la connexion au talon dépend avant tout de la manière dont on serre les lacets.

Globalement, les nouvelles chaussures Specialized S-Works 7 Lace sont impressionnantes d’efficacité, sous couvert d’une apparence traditionnelle qui cache de grandes caractéristiques. Légères, performantes, très confortables, elles semblent également aussi durables que leurs grandes soeurs avec un serrage Boa, aussi bien en termes d’esthétique que de fonctionnalités. Alors bien sûr, le serrage par lacet n’est pas des plus pratiques a priori, ni le plus moderne. Mais il apporte tellement d’autres choses, comme un ajustement vraiment sur mesure et un look quasi intemporel, que ce soit pour les balades entre amis ou pour les séances vraiment intenses.

Les Specialized S-WORKS 7 LACE en bref…

Note : *****

Les + : rigidité, confort, look 
Les – : lacets un peu longs

Semelle extérieure : carbone FACT Powerline™ – Semelle de confort : Body GeometryLacets non extensibles – Empeigne : Dynemaa – Talon : technologie PadLock™ – Écrous de cales : en alliage, pivotant – Talonnette remplaçable avec visserie intégrée à la semelle – Chaussant : Form Fit – Poids : 372 g la paire en 39 – Tailles : du 36 au 49 (demi-pointures du 38 au 46) – Prix : 350 €

Contact : specialized.com

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

Guillaume Judas

  - 52 ans - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.