Test des lunettes Koo Demos

Présentées lors du Tour de France 2020 et portées par les coureurs de l’équipe Trek-Segafredo, les Koo Demos offrent toutes les caractéristiques recherchées sur des lunettes de sport : un champ de vision très large, une excellente couverture, un poids léger et une excellente tenue sur le visage. Les nouveaux verres photochromiques apportent également un confort supplémentaire.

Par Guillaume Judas – Photos : @3bikes.fr / Vincent Lyky

Avec un écran large, les lunettes Koo Demos protègent les yeux et assurent un excellent champ de vision.

Marque encore relativement jeune dans l’univers du vélo et du sport en général, Koo a été lancée il y a quelques années par Kask, la désormais célèbre entreprise italienne de casques. Et comme pour Kask, les lunettes Koo sont fabriquées en Italie, à l’exception des verres, puisque la marque a choisi de travailler avec Zeiss, une célèbre entreprise allemande spécialisée dans les domaines de l’optique et de l’optoélectronique.

Au sein de la gamme Koo, on trouve quatre modèles de lunettes dédiées au cyclisme (Supernova, Spectro, Open Cube et Demos), avec différents types de verres en polycarbonate, de catégories 1 à 3, en plus des nouveaux verres photochromiques que nous avons aussi eu l’occasion de tester pour les Spectro et les Demos.

Test des lunettes Koo Open Cube

Pour les Demos, les tarifs s’étendent de 149 € avec les verres de catégorie 1, à 190 € avec les verres photochromiques. Au niveau des montures, les Koo Demos sont proposées avec six couleurs différentes et dix options au total en comptant les combinaisons de montures et verres.

Les quatre verres proposés et facilement interchangeables par la suite (vendus entre 40 et 90 €) offrent une transmission de lumière de :

  • 58 % pour la catégorie 1
  • 23 % pour la catégorie 2
  • 11 % pour la catégorie 3
  • de 12 à 69 % pour les verres photochromiques
Les verres photochromiques s’adaptent très rapidement aux changements de luminosité.

D’un poids de 30 g, les Demos sont livrées avec des repose-nez réglables dans deux positions, ce qui permet de les adapter correctement au visage. Quatre ports d’aération sur les verres permettent d’éviter toute formation de buée. L’articulation des branches est assez ferme, ce qui assure un excellent maintien, d’autant plus qu’une partie adhérente caoutchoutée est placée à l’extrémité sur la partie interne, pour limiter les risques de glissement des lunettes.

Les repose-nez réglables permettent d’adapter les lunettes au visage.
Les longues branches avec une doublure caoutchoutée assurent un maintien ferme.
Les quatre aérations évitent la formation de buée.

Des lunettes confortables

Sur la route en plein soleil, les verres de catégorie 3 (les plus foncés) apportent un excellent confort visuel et protègent très bien de la lumière. En revanche, en passant en sous-bois ou dans des zones d’ombre, le contraste peut sembler trop élevé. Des verres de catégorie 2 sont sûrement plus indiqués, notamment pour une pratique en tout-terrain avec un filtre moins important.

Avec un sous-casque, le maintien des Koo Demos est moins évident.

Les verres photochromiques règlent le problème et s’adaptent à une vitesse impressionnante aux changements de luminosité. Rouler dans le brouillard ne pose aucun problème de visibilité, avec une transmission de lumière qui reste assez naturelle, et lorsqu’une éclaircie se présente, l’écran s’adapte en quelques secondes pour éviter de se sentir ébloui par le soleil.

Sur le visage, les Koo Demos se font rapidement oublier et ne bougent pas même avec des mouvements brusques. Le champ de vision n’est pas du tout altéré par les montures, et il n’y a jamais de buée, par exemple lors des sorties sous la pluie. Les trous d’aération ne provoquent pas non plus de filet d’air gênant sur les yeux, comme nous pouvons le constater sur des sorties avec des températures négatives.

Les Koo Demos se rangent aisément dans les orifices d’aération d’un casque.

Les branches sont un peu longues et passent limite avec un Kask. Pour un bon maintien, il est nécessaire de les glisser sous l’armature du réglage occipital. Ça tient sans bouger, mais les choses se compliquent avec un sous-casque, puisque la surépaisseur rend plus compliqué le maintien des lunettes. À noter que les branches s’insèrent parfaitement aux orifices d’un casque, ce qui permet de retirer les lunettes sans les perdre, là encore grâce à la zone caoutchoutée.

Les branches sont particulièrement longues.

Au final, les Koo Demos sont des lunettes modernes et parfaitement protectrices, avec des canaux d’aération bien étudiées pour ne pas ressentir de courant d’air frais désagréable sur les yeux. Elle offrent un maintien idéal dès lors qu’on ne porte rien sous le casque. Quant aux verres photochromiques, ils présentent un excellent compromis pour rouler sous un large éventail de conditions. Le prix est assez élevé, mais il s’agit de modèles haut de gamme, qui n’ont strictement rien à envier à la concurrence.

Les Koo Demos sont proposées avec six couleurs de montures différentes. La finition est de très belle facture.

Les KOO Demos en bref…

Note : *****

Les + : poids, confort, champ de vision, verres photochromiques 
Les – : branches un peu longues

Monture à verre unique – Quatre ports d’aération – Verre en polycarbonate Zeiss – Quatre types de verres – Repose-nez réglable – Six couleurs – Poids : 30 g – Prix : de 149 à 190 € 

Contact : kooworld.cc

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

Guillaume Judas

  - 52 ans - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.