La Bourse vélo de Baillet en France a fait son retour

Considérée comme la plus importante Bourse vélo de France, la Bourse de Baillet en France a fait son retour en ce dimanche 21 novembre. Les attentes étaient grandes cette année après l’annulation en 2020 du fait de la crise sanitaire. 

Par Olivier Dulaurent – Photos : www.3bikes.fr

Dans un contexte de pénurie partielle et de délais à rallonge qui touchent jusqu’aux équipes professionnelles elles-mêmes, il était intéressant de savoir où allait se situer cet événement qui accueille chaque année environ 4000 personnes dans le gymnase de la commune, dédié entièrement au vélo pour l’occasion.

Des vélos à tous les prix, des groupes complets d’il y a quelques dizaines d’années, du neuf comme de l’occasion, des accessoires, des vélocistes comme des particuliers venus se débarrasser d’un stock devenu encombrant, des bouquinistes, des leviers de changement de vitesses au cintre en 9v à 5 €… il est possible de tout trouver sur cette bourse vélo.

Pour organiser le tout, Christophe Gavel chapeaute une équipe de 50 à 60 bénévoles qui assurent toute la journée sur place un service impeccable, bien avant le lever du jour. Ainsi, que ce soit avant l’ouverture au public le temps que les exposants s’installent avec une méthode parfaitement huilée, au niveau des services de restauration ou à l’accueil de la salle réservée à la vente des 400 vélos complets, il n’y a pas la moindre fausse note.

Christophe Gavel précise pourtant que « cette année, nous arrivions dans l’inconnu entre l’annulation de 2020 à cause de la pandémie et l’instauration du passe sanitaire car il est évident que tous les exposants comme les spectateurs se devaient d’avoir le précieux sésame. »

Selon l’organisation, ces contraintes ont pesé à la fois en termes de nombre d’exposants (les « traditionnels » exposants belges n’ont pas fait le déplacement) ainsi que pour les spectateurs n’étant pas autorisés à franchir l’entrée.

Pourtant, à 10h soit une heure après l’ouverture des portes au grand public, Christophe Gavel était partiellement soulagé et annonçait environ 600 entrées, soit une diminution de 20% environ par rapport à 2019.

Le sentiment général était que les allées étaient notablement plus vides, ceci étant accentué par leur largeur plus importantes, conséquence directe de la diminution du nombre d’exposants.

Comme à l’accoutumée, le magasin Vélo News à Méry sur Oise tenait le plus grand stand. En fouillant bien, il était possible d’y faire d’excellentes affaires comme cette veste Assos neuve dans une taille standard, à 50 € au lieu de 250 € !

De l’autre côté les Isariens de la Bicyclette à Senlis et Compiègne avaient déplacé leur équipe quasiment au complet dont l’ancien professionnel Sébastien Minard. Des affaires étaient possibles, notamment sur les vélos complets, les chaussures et les pneus, vendus à des prix de brocante. Une fois de plus, ce vélociste se montrait satisfait de l’opération, qui permet de vendre des produits qui lui seraient restés sur les bras. « Chaque année, cela nous libère pas mal de place dans le magasin » précisait l’autre Sébastien, Loigerot.

Pour les particuliers qui exposent, l’occasion est souvent double : vendre d’un côté et faire de bonnes affaires de l’autre. Ainsi, sur son stand, Frédéric Meerpoel, venu de la région Lilloise, a pu se délester de quelques paires de chaussures devenues trop petites ou trop anciennes, que ce soit pour lui même ou sa petite famille sachant que les 5 membres de l’équipage font ou ont fait du vélo. Et l’argent ainsi récupéré peut permettre d’investir quelques stands plus loin comme dans le cas présent avec l’achat d’un vélo de CLM de la marque Time, vendu par l’équipe professionnelle Auber93 à un tarif intéressant.

Un peu plus loin, un vendeur pro proposait son stock d’invendus. Des chaussettes aux casques, il y avait de quoi se faire une panoplie complète pour un prix très raisonnable.

Et la Bourse de Baillet en France ne serait pas ce qu’elle est devenue sans le vrai esprit de brocante, celui qui permet de trouver par exemple des vélos datant des années 70, des cassettes avec 5 pignons et des livres ou revues à la gloire des anciens champions.

Il ne reste plus qu’à espérer que l’événement soit reparti sur le bon braquet pour retrouver son ancien tempo.

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Mag

Olivier Dulaurent

  - 46 ans. – Pigiste presse écrite et Internet depuis 2004, auteur de Le Guide du Vélo Ecolo (Editions Leduc, novembre 2020), Moniteur Brevet d’Etat Cyclisme, encadrant de stages cyclistes depuis 2005 et coach cycliste - Pratiques sportives actuelles : cyclisme route et VTT (occasionnelle : course à pied) - Strava : Olivier Dulaurent

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.