Color Monkey, l’artiste qui personnalise votre vélo

En moins de cinq ans, Color Monkey s’est taillé une réputation qui a largement dépassé les frontières belges et européennes. Même les plus grandes marques font confiance à la société flamande pour peindre des modèles personnalisés, en continuant d’assurer la garantie après un passage dans ses ateliers. Histoire d’une ascension fulgurante au pays du vélo.

Par Guillaume Judas – Photos : @3bikes.fr / @colormonkeypaints / DR

Grammont, dans les Ardennes flamandes, est un des hauts lieux du cyclisme.

Grammont, à quelques hectomètres du pied du fameux Muur et ses pentes pavés avec ses passages à près de 20 % qui ont fait la réputation des grandes classiques belges et surtout du Tour des Flandres : c’est ici qu’on trouve la devanture d’un des plus grands magasins de vélos du Bénélux. Prononcez plutôt Geraardsbergen, car la commune se situe juste après la « frontière » entre la Wallonie et la région flamande, et le choc linguistique peut être brutal. S-Bike s’étend sur 1000 m2, et emploie 15 personnes à plein temps. Avant le Covid, le magasin entreposait systématiquement 400 vélos en stock. « Mais c’est un peu moins en ce moment, il y a des problèmes d’approvisionnement », commence Sven Van Weyenberg, le maître des lieux, dans un Français hésitant. S-Bike est un Specialized Concept Store, et couvre les besoins de toutes les catégories de pratiquants. Pour monter à l’étage, une rampe avec la reproduction de petits pavés et la même inclinaison que le Muur donne le ton. Nous sommes ici dans un univers de passionnés qui vivent vélo, et qui sont en plus fiers de leurs racines. 

La devanture de l’enseigne S-Bike, et qui abrite également les locaux de Color Monkey, est impressionnante.

Mais ce n’est pas seulement pour son activité de vente ou de réparation que la réputation de l’enseigne a franchi les frontières de la Belgique. Ici, on vient de toute l’Europe. Ou on communique par Facetime avec Sven Van Weyenberg depuis les quatre coins du monde. Car les lieux abritent également une autre activité. Sven est un artiste. Lui et son équipe (cinq personnes dédiées) repeignent les cadres, les fourches, et se font un devoir de personnaliser les vélos.

Color Monkey a seulement été lancé en 2017.

Color Monkey est née de cette passion, mais aussi des attentes d’une certaine clientèle. « Il y a très peu de marques qui proposent ce type de personnalisation, et de toute façon c’est rarement aussi poussé, reprend Sven. Nous proposons de repeindre des cadres qui ont déjà roulé, mais il arrive aussi que lors de l’achat d’un vélo neuf, des clients souhaitent d’emblée une peinture personnalisée. Pour ceux qui se déplacent, nous passons le temps nécessaire avec eux pour affiner le projet, nous mettre d’accord sur les millions de combinaisons possibles avec toutes les variations de couleurs qui existent, tout en ajoutant ou non des détails graphiques à l’intérieur de la peinture. J’ai pour principe de ne jamais faire deux fois la même peinture sur un vélo. C’est cela la personnalisation. »

Si vous voulez du rouge, il va falloir choisir parmi ces nombreuses nuances. De quoi avoir un vélo vraiment unique !

Color Monkey reçoit parfois des demandes très originales des Emirats Arabes, du Canada, d’Asie ou du sud de l’Europe. « Dans ce cas nous parlons du projet par visioconférence, puis nous envoyons au client des exemplaires de peinture sur un support en plastique, afin d’être certains du résultat final. » 

Les mélanges de peintures et de textures permettent d’obtenir des rendus très originaux.

Sur le Wall of Fame monté derrière la machine à café et des petites tables pour se restaurer, on voit la signature de nombreuses personnalités, pour la plupart d’anciens pros venus pour conserver un vélo unique après leur carrière. Récemment, deux des plus grands champions français des vingt dernières années ont fait le déplacement.

Caque cadre est soigneusement poncé, avant d’être décoré à la demande du client.

En période hivernale, les délais peuvent s’allonger jusqu’à trois mois. « En ce moment, nous recevons 15 à 20 cadres par semaine, reprend Sven. Notre travail, ce n’est que de la main d’oeuvre. Il faut d’abord soigneusement retirer le verni et la peinture déjà appliquée sur le cadre. Tout se fait à la main. C’est un travail de précision pour ne pas abimer le carbone. » Un travail tellement bien fait que Color Monkey est l’un des quatre peintres au monde validés par Specialized pour conserver la garantie du cadre. « Lorsque je repeins un cadre, j’envoie le numéro de série à la marque. Nous voyons beaucoup de contrefaçons passer. On sait les reconnaître rapidement. Et évidemment, nous refusons de les prendre. » Ici, pas question de repeindre un Tarmac Pro en S-Works, ou un BTwin en Colnago. Toutes les marques sont soigneusement respectées, et l’identité du vélo préservée. Les tarifs débutent à 495 € pour un cadre uni avec les logos d’une autre couleur. Mais peuvent dépasser les 1500 € en fonction de la complexité de la peinture.

Pour certaines occasions spéciales, certaines équipes font appel aux services de Color Monkey.

Un travail à la hauteur de ses ambitions

Personnage au gabarit moyen et à l’allure râblée, Sven Van Weyenberg ne fait pas son âge. Il est pourtant né en 1974, comme Specialized. Un signe. Vététiste et traileur, il a aussi participé plusieurs fois au Tour des Flandres cyclo, en toute modestie. Son inspiration vient d’ailleurs. « J’étais l’ainé d’une famille de six enfants, précise-t-il. J’étais un hyper actif. Mon père me surnommait « le singe » (Monkey en Anglais) parce que je passais mon temps à grimper aux arbres. Ma mère a essayé de me calmer, et pour compenser, je me suis mis à dessiner. C’est devenu comme ma seconde nature. » Pour gagner sa vie, il entre aux chemins de fer belges. Il voit plus loin. En 2006, il crée en parallèle sa petite société S-Bike, avec l’appui de sa femme. Il commence dans un atelier de 10 m2, travaille le soir, la nuit, fait des réparations et de l’entretien. Il est efficace et sa réputation dépasse bientôt son cercle de copains vététistes. Il économise sous après sous et grandit rapidement. Il s’installe à Idegem, un quartier de Geraardsbergen. Parmi d’autres marques, il vend des Specialized. En 2015, la marque le sélectionne pour lui permettre d’ouvrir un Concept Store. Mais il lui faut une surface plus grande, celle où S-Bike est aujourd’hui installée, sur la route de Gand, au nord de la ville. Au-dessus de la surface de vente, Sven Van Weyenberg installe un atelier de réparation pour les cadres carbone, et très vite de peinture. Color Monkey voit le jour en 2017, en proposant un service de personnalisation. Le succès est immédiat. 

Le rêve de Sven Van Weyenberg : “J’aimerais être considéré comme le meilleur peintre du monde, c’est mon ambition pour les années à venir.”

Sven Van Weyenberg a reçu la confiance de nombreuses personnalités.

Bien que la période soit difficile pour les approvisionnements, le magasin est bien achalandé, et les commandes pour les peintures affluent. Les affaires tournent, mais Sven voit encore plus loin. « Ma satisfaction, c’est d’abord celle des clients, conclut-il. Je n’ai pas besoin de faire beaucoup de publicité. Lorsqu’un joli vélo circule dans un groupe de cyclistes, il y a forcément des questions qui se posent. Je fais confiance au bouche-à-oreille. Je suis passionné et je veux toujours faire mieux. J’aimerais être considéré comme le meilleur peintre du monde, c’est mon ambition pour les années à venir. »

La préparation du cadre est une des phases clés avant le travail de peinture proprement dit.
Color Monkey dispose d’un outillage très professionnel.

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Mag

 

Guillaume Judas

  - 51 ans - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.