Test des chaussures Uyn Naked Full-Carbon

La marque italienne Uyn jette un pavé dans la mare sur le marché concurrentiel de la chaussure vélo avec sa gamme Naked (« nu » en anglais), déclinée sous forme de deux modèles haut de gamme : Naked Carbon (249 €) et Naked Full-Carbon (399 €, modèle à l’essai).

Par Olivier Dulaurent – Photos : @3bikes.fr

Prestations de haut niveau pour les Uyn Naked Full-Carbon.

Le concept « Naked » se veut innovant à partir d’une chaussure dont le cahier des charges vise le haut de gamme et les prestations de haut niveau : poids réduit et rendement élevé comme pour les concurrentes. Pour autant, les recherches se sont concentrées sur la respirabilité élevée avec un chaussant sans couture et très aéré, le but étant d’avoir l’impression de rouler littéralement pieds nus. La marque a fait appel aux techniciens d’AREAS (Academy for Research and Engineering in Apparel and Sport), un centre de recherche et développement pour les aider dans la conception du produit. 

Suite à des tests croisés en laboratoire et sur route, et avec l’expérience tirée de l’élaboration de vêtements respirants, ce modèle de chaussures à l’esthétique ne ressemblant à aucune autre est arrivé sur le marché. Sur le plan de l’apparence, le moins que l’on puisse dire est que le contrat est rempli car lors de l’essai, les Naked Full Carbon ont suscité des commentaires élogieux de la part des compagnons de route.

Esthétiquement, les Uyn Naked Full-Carbon sont plutôt réussies.

Au niveau des caractéristiques du produit, la tige est constituée d’une seule pièce de tricot 3D double épaisseur, conçue pour s’enrouler autour du pied comme une seconde peau, sans languette ni coutures, évitant ainsi tous les frottements et augmentant le confortLa structure entièrement perforée du chaussant avec un mesh a pour but de fournir la meilleure respirabilité possible du pied. Pour la couche extérieure, Uyn a développé un fil dont chaque filament dispose d’un revêtement qui le rend très résistant à l’abrasion. 

Quant à l’intérieur de la chaussure, il est fabriqué à partir d’un fil (appelé Natex), 100 % d’origine végétale. Le Natex est censé être 25 % plus léger que le nylon traditionnel et sèche 50 % plus rapidement, ce qui contribue donc à réduire le poids de la chaussure et à garder le pied au frais et au sec en toutes conditions. La semelle anatomique est également fabriquée à partir d’une fibre entièrement naturelle – le chanvre, qui favorise la ventilation et la dispersion de l’humidité.

Le chausson peut se révéler un peu difficile à enfiler au début.

Sur le plan du rendement, les recherches ont eu pour but de réunir deux qualités antagonistes : l’élasticité et la stabilité. Pour ce faire, la marque a travaillé sur la tige et sur une couche intermédiaire de la semelle extérieure puis a ajouté un cadre semi-rigide entre les couches de tissu. 

Au niveau du dessus de la chaussure, l’ajustement est assuré par un système de fermeture Micro Tune de type Boa, qui se compose d’une seule molette au lieu de deux habituellement, notamment pour des raisons de poids. L’objectif final était, qu’une fois portée, la chaussure ne fasse plus qu’un avec le pied en éliminant tout point de pression et en limitant la dispersion de la puissance.

Sur la route

La paire de chaussures a été utilisée sur plus de 1500 km, avec des températures allant de 2 à 23°C. Même si une bonne partie du test s’est déroulée dans la région de la Costa Brava permettant de mettre les chaussures face à une belle douceur de fin d’automne, à n’en pas douter les chaussures UYN auraient continué à donner leur pleine mesure avec un mercure encore plus haut. C’est d’ailleurs sur cet aspect que leur concept trouve ton son intérêt. La première chose à noter sur les chaussures UYN est qu’elles taillent grand. Dans mon cas, pour une vraie pointure (mesurée au pied à coulisse dédié) de 45,5, la taille qui correspond est le 44. De façon statique, le 45 a aussi été testé mais il est clairement trop grand. La pesée donne 288 g vérifiés par chaussure, ce qui se situe plutôt dans la bonne moyenne.

Les Uyn Naked Full-Carbon taillent un peu grand.

Une fois effectué le choix de la bonne pointure, venons-en à l’essayage à proprement dit : ici pas de languette au niveau du coup de pied qui « s’ouvre » pour faciliter l’entrée du pied. Il faut user d’un peu de force et tirer sur la petite languette située à l’arrière de la chaussure. Les plus craintifs sur la solidité globale pourront même se servir d’un véritable chausse-pied, notamment sur les premières sorties. Mais les suivantes permettent de prendre ses repères et l’accessibilité paraît aussi s’améliorer liée à un probable léger assouplissement du matériau… et un peu d’habitude de l’utilisateur.

La semelle extérieure est rigide, comme la plupart des produits dans cette gamme de prix.

Au niveau des impressions de confort avant de partir rouler, il apparaît qu’elles sont « homogènes » : le talon reste confortable et serré juste ce qu’il faut, l’avant du pied bénéficie d’un chaussant agréable. Le Boa situé sur le coup de pied permet un serrage adapté mais n’offre pas une réversibilité très pratique : il est toujours possible de desserrer par crans à l’aide de la molette mais la manipulation est assez « dure » par rapport à d’autres Boas permettant de moduler de manière plus souple.

Le concept de chaussure-chaussette n’est donc pas seulement marketing : il fonctionne vraiment.

En partant rouler, une sensation saute à la figure et poursuivra toute l’expérience durant l’essai : le pied est véritablement ventilé. Le concept de chaussure-chaussette n’est donc pas seulement marketing : il fonctionne vraiment. La différence avec une chaussure traditionnelle est à la fois flagrante et particulièrement agréable. Deux sorties de retour en arrière avec une paire de chaussures plus classique fait immédiatement regretter cette sensation si agréable avec les UYN. Sur le tour de pédale, le talon est très bien verrouillé sans toutefois aller jusqu’à certaines concurrentes dont le blocage lié à l’étroitesse et la rigidité du matériau peut conduire à un certain inconfort.

Caractéristique personnelle lié à la spécificité du pied, la semelle intérieure n’est pas suffisamment « renforcée » : le passage à une semelle plus proéminente a permis de gagner à la fois en confort et en maintien global. Ce dernier aurait été encore meilleur si la marque avait choisi de placer un deuxième Boa sur le cou de pied et ce, bien que le seul Boa présent puisse serrer l’avant du pied grâce au câble encerclant la chaussure. À l’exception des cyclistes dont l’avant du pied est plus fort et/ou large, cette absence peut manquer quand il s’agit de demander le maximum à la chaussure au niveau du rendement, comme avant un effort intense ou plus simplement pour les cyclistes qui ont besoin d’avoir un chaussant très maintenu à ce niveau.

La semelle intérieure manque un peu de soutien au niveau de la voûte plantaire.

La semelle extérieure n’appelle pas de réel commentaire dans la mesure où, dans cette gamme de prix l’utilisateur a toujours accès à une rigidité très importante. Il pourra cependant observer que l’épaisseur de la semelle est réduite et la forme très peu cambrée, bien dans l’air du temps à ce niveau de gamme. Ainsi, le transfert de la puissance se fait d’une manière excellente, sans que le pied ne s’affaisse ou vrille. Cette excellente transmission de l’effort ne se fait pas au détriment du confort, même sur les sorties de 5 h et plus. 

Les chaussures UYN n’étaient pas loin du sans faute : esthétiquement réussies, légères et très agréables au pied avec une ventilation qui marque un immense avantage par rapport aux concurrentes, rigides mais au chaussant confortable, il s’en est fallu d’un Boa près sur l’avant pour que la copie soit parfaite… abstraction faite du prix. Car à 399 €, l’utilisateur a le droit de se montrer exigeant. Ce léger bémol concernant le serrage sur l’avant est à nuancer car un cycliste au pied de largeur normale à forte ne sera pas gêné, tout comme celui qui préfère un avant du pied plus lâche.

Les Uyn Naked Full-Carbon sont des chaussures de haut de gamme, à la hauteur de nombreuses concurrentes.

Ainsi, les chaussures UYN peuvent devenir une référence pour celui qui cherche à se démarquer, tant au niveau de l’esthétique que des prestations – à la fois de haut niveau et parfaitement originales de par la construction même du produit.

Les Uyn Naked Full Carbon en bref…

Note : *****

Les + : esthétique, confort, respirabilité, rigidité, cambrure faible, poids, bon maintien dans le confort (talon, coup de pied)
Les – : prix, un seul Boa (maintien sur l’avant du pied pouvant se montrer limite selon les morphologies)

Semelle : carbone 7 couchesMatériaux tige : Fils Hi-Force (extérieur) et Natex (intérieur)Coloris : Noir, Gris/NoirCompatibilité perçage : 3 pointsSystème de maintien du pied : un serrage rotatif Micro-TunePointures disponibles : 37 au 47Poids de la paire : 576 g vérifiés en taille 44Prix : 399 €

Contact : uynsports.com

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

Olivier Dulaurent

  - 46 ans. – Pigiste presse écrite et Internet depuis 2004, auteur de Le Guide du Vélo Ecolo (Editions Leduc, novembre 2020), Moniteur Brevet d’Etat Cyclisme, encadrant de stages cyclistes depuis 2005 et coach cycliste - Pratiques sportives actuelles : cyclisme route et VTT (occasionnelle : course à pied) - Strava : Olivier Dulaurent

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.