Essai du groupe Sram Rival XPLR eTap AXS

Pour la pratique du gravel et du vélo d’aventure en général, Sram propose depuis cet été toute une gamme de composants dédiés, nommée XPLR (prononcez “Explore”), avec des transmissions, des roues, une tige de selle télescopique et une fourche suspendue. Les transmissions s’appuient sur les groupes route déjà connus Red, Force et Rival, et sont toutes électroniques sans fil et en mono plateau et 12 vitesses, avec une plage de développement très étendue. Voici ce que nous pensons de la version la plus abordable, avec le groupe Sram Rival XPLR eTap AXS.

Par Guillaume Judas – Photos : Alex Broadway

Avec l’arrivée du XPLR chez Sram, les trois marques principales de transmissions proposent désormais des groupes spécifiques pour le gravel ou le vélo d’aventure, avec une plage de développements très étendue, et donc forcément des pédaliers, des cassettes et des dérailleurs spécifiques. Il n’est ainsi plus obligatoire de passer par des transmissions VTT pour rouler avec les plus petits braquets, comme c’était le cas les saisons précédentes chez Sram avec le XX1 Eagle AXS par exemple, monté sur certains vélos de gravel, et qui démontrait d’ailleurs au passage la parfaite compatibilité entre les composants route et VTT de la marque en 12 vitesses. À l’instar de Campagnolo avec le groupe Ekar (en 13 vitesses), Sram ne propose avec la gamme XPLR (en 12 vitesses) que du mono plateau, alors que Shimano avec les groupes GRX (en 11 vitesses) laisse encore le choix. Mais contrairement à Campagnolo avec l’unique Ekar, Sram décline le XPLR en trois niveaux de gamme : Red, Force et Rival, tous avec une transmission électronique sans fil.

Le dérailleur et la cassette sont spécifiques à la gamme XPLR.

Le Sram Rival XPLR eTap AXS est donc un groupe d’accès aussi bien aux familles XPLR que eTap AXS, et il présente déjà un certain nombre de fonctionnalités haut de gamme, malgré un tarif relativement “abordable”. Il reprend le système de freinage et les leviers de changements de vitesse de la version route déjà testée précédemment. Le shifting s’effectue toujours par défaut avec la palette droite pour descendre un pignon sur la cassette, et avec la palette gauche pour en monter un. Avec l’application AXS en lien avec cette technologie, il est possible de personnaliser les commandes, et éventuellement de les inverser. Mais il est aussi possible d’utiliser les deux palettes en même temps pour manipuler la tige de selle téléscopique XPLR lorsque le vélo en est équipé, puisque le groupe est en mono plateau, et qu’il n’y a donc plus de passages d’une couronne à l’autre.

Par rapport à la version route, le pédalier du Rival XPLR eTap AXS est une version Wide, avec une ligne de chaîne légèrement décalée vers l’extérieur de 2,5 mm, ceci pour favoriser la compatibilité avec un gros pneu sur la roue arrière. Le pédalier en aluminium (alors que les Red et Force sont en carbone) est disponible en six longueurs de manivelles, de 165 à 177,5 mm. C’est très intéressant pour les cyclistes sur route qui veulent s’équiper d’un deuxième vélo avec exactement les mêmes composants de position. Les plateaux disponibles vont du 38 au 46 dents, de 2 en 2. Le plateau X-Sync avec des formes de dents spécifiques permet de maintenir la chaîne en place et d’éviter les sauts. Notons que sur ce groupe, il est possible de s’équiper en option d’une manivelle gauche qui fait office de capteur de puissance, pour 260 €. Un vrai plus compte tenu du prix du groupe.

Les plateaux disponibles vont de 38 à 46 dents. L’absence de dérailleur avant facilite les passages dans la boue.

Pour l’unique combinaison de cassette de la gamme XPLR (proposée en Rival et en Force), on est sur du 12 vitesses avec les dentures suivantes : 10-11-13-15-17-19-21-24-28-32-38-44. Notons que cette cassette n’est compatible qu’avec la chaîne route 12 vitesses, et pas avec celle de VTT. Le dérailleur arrière dispose d’une chape longue en aluminium, comme la version route. Comme les deux autres dérailleurs de la gamme XPLR, il n’est compatible qu’avec un mono plateau, en raison d’un galet supérieur décalé. Il fonctionne en revanche avec la cassette route Wide en 10-36. C’est bon à savoir pour les plus sportifs d’entre nous. Et comme la version route du Rival, le système de stabilisation de la chape est à ressort, plutôt qu’hydraulique sur les dérailleurs Red et Force. Les changements de vitesse sont donc légèrement plus lents, mais cela doit se jouer au dixième de seconde. La batterie du dérailleur est totalement identique à celle de la version route.

Poids et prix du groupe Sram Rival XPLR eTap AXS

Pédalier : 706 g / 135 €
Boîtier de pédalier : 76 g / 40 €
Cassette : 412 g / 160 €
Dérailleur arrière : 327 g / 265 €
Leviers combinés + freins + disques + durites : 1061 g / 520 €
Chaîne : 266 g / 31 €
Poids total : 2848 g / 1264 € 

Le groupe Sram Rival XPLR eTap AXS sur le terrain

Le groupe Rival s’apprécie d’emblée grâce à l’ergonomie des manettes, légèrement plus fines, et de notre point de vue mieux finies, que celles des groupes Red et Force, sans la partie contondante au niveau de l’articulation des leviers de frein, susceptibles de cisailler les doigts. Ici, c’est propre et confortable. La texture des cocottes de frein et des palettes de changements de vitesse apporte beaucoup de confiance en tout-terrain, lorsque les mains sont humides ou boueuses, pour la maitrise du freinage et un bon contrôle du pilotage. Une sensation renforcée par la possibilité de régler la garde des leviers, pour personnaliser la prise en main.

L’ergonomie des manettes est très soignée.

Les freins sont aussi fiables et performants que les deux autres groupes de la gamme AXS. Cela se vérifie dans des conditions humides, même si inévitablement des bruits stridents se font parfois entendre sous la pluie. Sur le sec, les freins restent silencieux, et très rares sont les bruits de frottements des disques contre les plaquettes, même après de gros freinages. 

Les freins à disque Sram sont très efficaces, quelles que soient les conditions.

Sur le sec, la transmission se montre parfaitement silencieuse, en grande partie grâce à l’absence d’un dérailleur avant et d’éventuels micro frottements de la chaîne sur le guide-chaîne. Mais le plateau X-Sync a sûrement aussi sa part de responsabilité dans l’affaire, grâce à la rétention de la chaîne. Les passages de vitesse sont francs et précis, et là aussi silencieux, sans doute grâce aux pignons de la cassette en acier, qui évitent les résonances. Lorsque la saleté et la boue s’invitent sur la chaîne, la transmission est bien sûr un peu plus bruyante, mais cela reste contenu. D’autant que dans ces conditions, le mono plateau et l’absence de dérailleur avant limitent les risques d’accumulation de boue. 

Les passages de vitesse sont francs et précis, et là aussi silencieux, sans doute grâce aux pignons de la cassette en acier, qui évitent les résonances.

L’étagement de la cassette se montre confortable sur la partie du milieu, entre les pignons de 15 et 21 dents, ainsi que sur le haut, où nous avons eu il vrai peu l’occasion de rouler sur les deux derniers rapports de 38 et 44 dents. Cependant, pour une utilisation sportive sur des chemins roulants, les pignons de 10, 11, 13 et 15 s’enchaînent parfois difficilement, avec des trous assez conséquents entre les différents développements. Pour y remédier, il faudrait opter soit pour un plateau plus gros pour éviter de flirter avec les deux premiers pignons, soit opter pour la cassette Wide 10-36, avec ses quatre premiers pignons de 10, 11, 12 et 13. Reste la polyvalence de la cassette 10-44, qui permet tout de même d’affronter de forts dénivelés, avec par exemple un 40/10 équivalent à un 48/12 ou à un 52/13, et un 40/44 équivalent à un 34/38. De quoi grimper de forte pentes, même après de longues heures de selle.

Le grand pignon de 44 dents permet de grimper partout, ou presque.

Le Sram Rival XPLR eTap AXS s’impose donc objectivement comme l’une des meilleures propositions actuelles pour la pratique du gravel, avec une très grande plage de développements, une transmission électronique sans fil facile à installer, la simplicité du mono plateau, l’efficacité de son freinage et l’ergonomie de ses leviers, pour un poids raisonnable d’un peu plus de 2800 g, soit 400 g de plus que le haut de gamme Red. De quoi monter un vélo de gravel d’à peine plus de 8 kg, selon le cadre associé. Quant à son prix, il est également le plus abordable du marché pour une transmission électronique. Du tout bon.

Le groupe Sram Rival XPLR eTap AXS en bref…

Note : *****

Les + : rapport qualité-prix, fonctionnalités, finition, polyvalence
Les – : étagement de la cassette sur les premiers rapports

Contact : sram.com

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

Guillaume Judas

  - 51 ans - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.