Premier essai du capteur de puissance SRM PM9

SRM, Schoberer Rad Messtechnik, du nom de son inventeur Ulrich Schoberer en 1986, a été une marque pionnière en matière de capteur de puissance. Il faut le dire, un marque un peu dépassée ces dernières années par une concurrence de plus en plus forte et pointue, mais elle reste un choix ultime pour les passionnés et ceux qui sont à la recherche du watt ultime. Le dernier PM9 semble se montrer à la hauteur de réputation de l’entreprise allemande d’après nos premiers essais.

Par David Polveroni – Photos : DR

Le pédalier capteur de puissance SRM PM9 existe avec différentes options.

La précision de SRM n’est plus à démontrer, mais certaines choses venaient à manquer. Peu d’évolution sur les modèles de la marque ces dernières années, on ne touche pas des choses qui marchent. De plus, il faut le souligner, SRM est une petite entreprise qui n’a pas la puissance des grands manufacturiers. Chaque unité, compteur et pédalier, est passée entre les mains d’un employé qui contrôle avec précision ce que vous aurez sous les pieds… SRM est donc une marque spécialisé en matière de capteur de puissance et son compteur, le PC8, est aussi une référence. 

Le poids du SRM PM9 est un peu élevé.

Les capteurs de puissance SRM se distinguent des autres capteurs du marché par la possibilité d’une personnalisation totale. Avec le modèle Origin, vous avez une multitude de combinaisons possibles permettant à chacun d’avoir le capteur de puissance qu’il faut en fonction de sa pratique, de ses standards de cadre, et aussi de son budget… Car il faut bien l’avouer, SRM reste un produit onéreux par rapport à la concurrence. 

Il y a trois choix de manivelles :

  • Les aluminiums basiques à 440 g les manivelles seules et disponibles de 165 à 180 mm
  • Les composites, une nouveauté, que nous avons eue à l’essai à 340 g et disponibles pour l’instant en 170/172,5 et 175 mais comme les aluminiums, elles seront proposées dans plus de longueurs.
  • Les Look, avec la possibilité d’avoir grâce au systeme trilobe les trois longueurs de manivelles 170/172,5 et 175 en une, pour un poids de 250 g.
  • Les THM Clavicula, qui permettent de grappiller encore une trentaine de grammes pour faire un pédalier complet autour des 600 g suivant la combinaison de plateaux adoptée.

Au niveaux des axes, il y a pour la route deux axes possibles :

  • Un 30 mm en alu, le plus léger, qui sera compatible avec les cadres du type BBRIGHT, BB30, Specialized, ou même en BB86 avec les boitier adaptés (41/30).
  • Un 24 mm au standard Shimano en acier, qui alourdi d’une quarantaine de grammes le pédalier.

Chaque étoile peut être prévue, ou modifiée en la renvoyant, pour accueillir des plateaux d’origine Shimano pour s’accorder avec. 

Sinon, le standard reste le même que chez Shimano, à savoir du quatre branches en 110 mm. Parmi la multitude de plateaux proposés, nous avons eu en test les plateaux SRM, qui sont faits par Miche. Cela fonctionne parfaitement, c’est juste un tout petit peu plus lent que du full Shimano Dura-Ace mais c’est vraiment pour le détail.

En le comparant à des pédales Assioma Duo, on remarque les mêmes données.

Le nouveau capteur de puissance PM9

Les grosses nouveautés de cette version sont : 

  • La mesure de l’équilibre droite / gauche.
  • La mesure de la fluidité de pédalage.
  • Une comptabilité Bluetooth sur les plateformes connectées. Cela peut servir.

Mais surtout, car les deux premiers points sont selon moi peu utiles :

  • La possibilité d’utiliser des plateaux ovales.
  • Plus besoin d’avoir un aimant pour la cadence.
  • Un capteur de Température afin de compenser suivant les variations.

Cette nouvelle étoile doit être couplée avec la nouvelle application SRM PM9, qui permet de faire les mises à jour du firmware, d’avoir en direct quelques données (peu utile avec un compteur) et de paramétrer certaines choses, comme rester avec un capteur magnétique pour la cadence. Au niveau des manivelles, nous avons les nouvelles composites. Autant le dire tout de suite, nous sommes déçus du poids, car cela fait un pédalier lourd compte tenu du prix qu’il faut débourser : 830 g avec Axe acier acier 24 mm / Plateaux SRM 53/39 / Visserie / Manivelles composites 170mm, pour 1865 €

L’application SRM est facile d’accès.

Après quelques comparaison avec les Assioma Shimano Duo

Nous avons retrouvés les mêmes watts, les faibles différences qu’il y a pu avoir étaient négligeables pour un entrainement poussé. C’est précis … Nous ferons une mise à jour de l’article après avoir fait subir au pédalier des contraintes au niveau de l’étanchéité. J’ai eu des SRM par le passé qui prenaient l’eau, donc à voir comment celui ci évolue dans le temps et si le soucis est résolu. 

À vous de configurer votre pédalier : https://onlineshop.srm.de

Nous allons poursuivre le test su SRM PM9.

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

David POLVERONI

  - 32 ans - Ambassadeur Factor et Castelli. Arpenteur de cols - Passionné de cyclisme - Plus de 30 victoires en Cyclosportives - Pigiste depuis 2018 - Pratique sportives actuelles : pur routier, gravel et dans le futur du VTTAE Strava : David Polveroni

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.