Présentation du Tour de la Vanoise, une épreuve Ultra de 320 ou 400 km le 3 juillet

Si les adeptes du Tour du Mont Blanc ne pourront pas être satisfaits cette saison, certains pourront se tourner vers une nouvelle épreuve : le Tour de la Vanoise, mais pas seulement ! En effet, pour ceux qui avaient prévu la Marmotte, reportée en septembre, plusieurs parcours seront proposés ce Samedi 3 juillet en Vanoise à Val Thorens et Bessans. Pour cette épreuve ultra, nous avons décidé de la présenter et de la découper en trois parties. Pour arriver à terme sur ce genre d’épreuve, il faut savoir se donner des étapes psychologiques… 

Par David Polveroni – Photos : Pierre Jacques, OT Aussois / Captures d’écran Strava / DR

Parcours 320 km.
Parcours 400 km.

Première partie : Val Thorens – Maurienne 

Au départ de Val Thorens, il y aura donc le parcours phare, de 320 km et 8800 m de dénivelé annoncés, et le 400 km avec 11 500 m de dénivelé, excusez du peu !

Départ à 5h30, la longue descente jusque Moutier, puis la Léchere avant d’attaquer la première difficulté : le Col de La Madeleine. Long, presque 25 km, avec un replat a mi-ascension, il vient titiller les 2000 m d’altitude. C’est un grand classique du Tour de France. Les pentes sont parfois fortes, notamment au pied ou on flirte avec les 10 % jusque Bonneval. La dernière partie après Cellier est aussi compliquée avec la longueur et parfois le vent, on est bien exposé ici.

La descente par Saint-Francois-Longchamp est rapide. On enchaine donc assez vite avec le Chaussy. Un beau col d’une dizaine de kilomètres, ici aussi avec de nombreuses ruptures de pentes. J’ai le souvenir de belles rampes en épingle sur le début, et une fin pentue après une courte descente. Au col du Chaussy, à 1533 m d’altitude, on peut déjà parler d’une première partie d’accomplie. 

Redescente sur Hermillon, passage a proximité de Saint-Jean-de-Maurienne et l’on remonte la vallée du même nom pour aller chercher l’un des géants des Alpes : le Col de l’Iseran.

Seconde Partie : le toit de l’épreuve – l’Iseran 

Traversée de Modane, après être passé par la petite montée de Orelle, nous passerons par Aussois, une montée que je ne connais pas. Nous arrivons à Valcenis. Nous ne faisons que monter depuis Saint-Jean, une rampe dans le village nous amène à Lanslebourg-Mont-Cenis, le pied du col du même nom, et l’on se dirige doucement vers le véritable début du col de L’Iseran, à Bonneval-sur-Arc, après avoir traversé Bessans.

C’est donc une partie usante, d’autant que le vent est souvent de la partie dans cette vallée. Un peu plus de 70 km pour un peu plus de 1000 m de dénivelé. Bien aborder cette partie est essentiel, il faut essayer de rester avec un petit groupe.

C’est à Bessans que le parcours de 139 km cyclo s’élancera, pour effectuer la fin donc du parcours Ultra. Il restera donc 139 km.

Traversée de Bonneval, virage à gauche et c’est parti… On passe la barre des 2000, chaque coup de pédale est lourd, inutile de s’accrocher, il faut gérer c’est encore long. 13 km avec aussi des ruptures de pente qui font du bien. Les deux derniers kilomètres sont vraiment difficiles, surtout l’avant-dernier de mémoire après un replat et être passé sous un petit tunnel.

Là haut à 2764 m, il faut penser à profiter de ces décors uniques, tout comme à Bonneval, vraiment, peu de parcours empruntent ce col. Je l’ai franchi en course à la Haute Route en 2013, avec un petit 0°C là haut. Attention aussi à bien prévoir les tenues en fonction de la météo, on peut passer de 30°C à Saint-Michel-de-Maurienne à très peu au sommet de l’Iseran… Souvenez-vous du Tour de France en 2019…

Nous passons à Tignes, puis direction Sainte-Foy-de-Tarentaise, et Bourg-Saint-Maurice, ce n’est pas une partie que j’apprécie, beaucoup de traffic, mais il faudra y passer et donc rester vigilant, avec la fatigue qui commencera à se faire sentir.

Troisième et dernière partie : Col du Pré et Montée de Val Thorens.

À Bourg, nous reprenons le tracé de l’Étape du Tour 2019 cyclosportif, la montée de Longefoy et direction le Col du Pré. Pas très difficile mais les jambes commenceront à se durcir, il faudra avoir bien géré. 

Nous arriverons à Moutier, le parcours de 400 km ira chercher Meribel et le col de la Loze, redescente sur Courchervel pour revenir à Moutier, au pied de l’ultime et interminable montée de Val Thorens, avec 31 km pour 1720 m de dénivelé… Soit quasiment l’équivalent d’un Galibier depuis Saint-Michel-de-Maurienne. Bon, autant dire que l’arrivée ne devrait pas se faire au sprint. 

Sur cette base de parcours, il est possible de l’effectuer en duo où le relais sera à Bessans, là ou le parcours de 139 km et 4000 m, qui ressemble plus à ce qu’on connait en cyclo, s’élancera.

Nous souhaitons à tous les participants beaucoup de courage, et de garder le mental.

Vous trouverez ci-dessous plus d’informations pratiques de l’organisateur, Florian Hudry, qui a su mettre en place ces belles épreuves, c’est à souligner surtout en ces temps pas faciles… 

Contact et infos pratiques : ultra-cycling-tour-de-la-vanoise.com 

https://www.facebook.com/Ultra-Cycling-Tour-de-la-Vanoise-100920435273325/

David POLVERONI  - 32 ans - Ambassadeur Factor et Castelli. Arpenteur de cols - Passionné de cyclisme - Plus de 30 victoires en Cyclosportives - Pigiste depuis 2018 - Pratique sportives actuelles : pur routier, gravel et dans le futur du VTTAE Strava : David Polveroni

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.