Une nouvelle génération audacieuse

Vous avez suivi la saison de cyclo-cross cet hiver ? Vous avez regardé les classiques de printemps ? Vous avez vu Bernal hier sur les hauts reliefs du Giro ? Dans le même temps, vous avez vu Pidcock et Van der Poel se tirer la bourre dans la boue sur la seconde manche de coupe du monde de VTT ? Ils attaquent. Ils attaquent de loin. Ils dégoupillent. Ils nous étourdissent. Ils nous offre une joie fabuleuse. Enfin, parce que ce que font actuellement les Pidcock, Bernal, Van der Poel, Evenepoel, Hirschi, van Aert, Alaphilippe et autre Pogacar, depuis quelques mois nous éblouit, on a envie que ça dure…

Par Jean-François Tatard – Photos : ASO, Deceuninck Quick Step, Team Ineos, DR

Voici ce qui aurait pu être une lettre ouverte adressée à tous ces nouveaux acteurs du cyclisme dont l’impétuosité, l’espièglerie, le besoin de jouer, le goût du risque et le sourire de chacun font qu’on n’a jamais autant aimé le cyclisme.

Egan Bernal vient de prendre le leadership sur le Giro 2021.

Après un week-end cycliste qui a encore vu briller la jeune génération, avec Egan Bernal sur les chemins empierrés menant au sommet de Campo Felice au Tour d’Italie pendant que Tom Pidcock remporte au même moment et en solitaire la deuxième manche de la Coupe du monde de VTT en République tchèque. On peut se poser la question : qu’est-ce qui libère autant de leurs complexes ces nouveaux champions ?

Van der Poel et van Aert : deux champions qui brillent sur tous les terrains.

Même les plus grands comme Merckx ou Hinault, pourtant souvent avares de compliments, sont sous le charme. Jamais le cyclisme n’avait été aussi spectaculaire à regarder… Van der Poel, Evenepoel, Hirschi, van Aert, Alaphilippe, Pogacar, ils ont tout. Ils savent tout faire. Ils ouvrent la course. Ils attaquent. Ils courent comme dans les jeunes catégories. Courir sur de tels schémas et jouer la gagne sur chaque course auquel vous participez : c’est du quasi jamais vu. Ils ont confiance en eux. Ils n’ont peur de rien. Ils semblent s’amuser. Parfois un brin arrogants, ils annoncent même la couleur avant le départ. Quand VDP affirme qu’il va devenir champion du monde dans les trois disciplines, et champion olympique en VTT, ce sont des déclarations ambitieuses. Mais ces mecs-là choisissent leur voie. Ils imposent leur choix. Et ils répondent aux critiques à la pédale.

Julian Alaphilippe, par sa manière de courir, a inspiré une nouvelle génération.

Spectaculaire, imprévisible, cette nouvelle génération ouvre des perspectives. Chaque nouveau scenario auquel nous assistons nous séduit. Les courses nous étourdissent depuis quelques mois et plantent de belles promesses pour d’autres nombreuses années. Chaque épreuve fouette l’ambition d’une génération talentueuse et complètement décomplexée. Ces nouveaux acteurs dont l’impétuosité, l’espièglerie, le goût du jeu et du risque et leur sourire font qu’on les aime et qu’on a envie d’en voir et d’en revoir.

Le potentiel de Tadej Pogacar semble sans limites.

Une insouciance dans un système où tout était devenu de plus en plus contrôlé et verrouillé. Dans un monde de plus en plus prévisible et où l’ordinateur a construit un cyclisme scientifique qui se contrôle par l’oreillette, au taux de lactate en temps réel ou en watts au capteur de puissance. Eux, ils débranchent les capteurs et semblent se moquer des indicateurs. Ils assurent le spectacle. Ils nous rappellent un cyclisme à l’ancienne. Celui où la course millimétrée n’était pas la norme.

Il fallait que ces coureurs-là arrivent pour bouleverser les habitudes et ces épreuves vidées d’émotions. Ils changent tout. De l’audace partout dans leurs attaques. On se reprend tous au jeu. On se passionne pour le cyclisme. Le vélo n’a jamais apporté autant de bonheur. Et rien que pour ça, Merci les gars, vous êtes fabuleux !

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Mag

Vous aimerez peut-être aussi

2 commentaires sur “Une nouvelle génération audacieuse

  1. Bonjour,
    oui c’est plaisant ce cyclisme et on en redemande.
    Concernant le VTT, comment des Pidcock, MVDP surclassent les cadors de la discipline ? Différence de niveau entre les pros route et VTT ?

    1. Merci pour cet article. Il faudrait rajouter peut-être que ce qui les met en confiance de prime abord sont leur exceptionnelles qualités physiologique, qui leur permettent d’être excellents dans tous les domaines ou presque sur les courses d’un ou quelques jours : explosivité en côte, sprint, chrono, agilité. Avec tout ce bagage et une autre façon de courir liée parfois au cross ou au VTT, ça en fait des champions d’exception. Mais le niveau de la concurrence va finir par monter et les résultats se tarir, même phénomène que sur les courses de trois semaines avec la tactique multileader de l’ex-Sky.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :