Test du nouveau groupe Sram Rival eTap AXS

Avec le nouveau Rival, Sram démocratise sa technologie de transmission électronique sans fil eTap AXS, vue jusque là sur ses groupes plus haut de gamme Red et Force. Une transmission confortable, performante et au tarif relativement abordable, qui supplante de par son fonctionnement toutes les transmissions à câble du marché. Sram ajoute une option capteur de puissance au pédalier Rival, à un tarif là aussi accessible. Voici le premier essai d’un groupe bien né, qui devrait équiper rapidement et avec bonheur de nombreux vélos de milieu de gamme.

Par Guillaume Judas – Photos : @Billy Ceusters / DR

La transmission Rival AXS est plus performante que toutes les transmissions à câble du marché.

En termes de fonctionnement, plus rien ne différencie désormais les deux groupes connus de la gamme Sram eTap AXS, c’est-à-dire les Red et Force, du nouveau Rival. Mieux, cette nouveauté montée ici pour notre test sur un Specialized Roubaix Comp se révèle totalement fluide et silencieuse au niveau de la transmission, ce qui n’a pas toujours été le cas sur les Red et Force essayés sur d’autres vélos. Une précision que l’on doit aussi bien au cadre Roubaix (avec une patte de dérailleur rigide et parfaitement alignée) qu’à la conception des pignons de la cassette en acier qui limite fortement les bruits de résonance lors de chaque passage d’un pignon à l’autre. La chaîne Sram Rival AXS est certes toujours aussi rigide et résistante que les Red et Force, mais l’enroulement autour du petit pignon de 10 dents semble se faire ici avec un peu moins de frictions. C’est du moins notre impression au guidon du vélo de test.

La cassette est plus silencieuse que les Red et Force AXS.

Les changements de vitesse du Rival eTap AXS s’effectuent de la même manière que les deux autres groupes, avec une palette derrière le levier de frein droit pour descendre les pignons sur la cassette, et une palette derrière le levier gauche pour les monter. Une action simultanée sur les deux palettes permet de changer de plateau. La technologie employée sur le Rival est identique à celle qui est utilisée pour les Red et Force, avec une communication sans fil entre les leviers et les dérailleurs, eux-mêmes alimentés par des petites batteries interchangeables et dont l’autonomie tourne autour de 1000 km. Deux petites piles plates CR2032 alimentent quant à elles les poignées, et promettent une autonomie jusqu’à deux ans.

Les manettes sont particulièrement bien finies, et elles conservent la même ergonomie que les modèles haut de gamme.

=> VOIR AUSSI : Test du groupe Sram Red AXS

Connectivité sans fil

Le système est donc facile à monter avec l’absence totale de câble électrique, de batterie supplémentaire ou de raccord de jonction. La rapidité de déplacement des dérailleurs est suffisante pour un usage courant et ne diffère pas, là encore, d’une transmission Red eTap par exemple, même si on sait que la communication est un tout petit peu plus lente qu’une connexion filaire (on doit parler de quelques centièmes de secondes). Il bénéficie également de la connectivité AXS vers une application dédiée pour smartphone.

Le groupe Sram Rival eTap bénéficie également de la connectivité AXS vers une application dédiée pour smartphone, avec la possibilité de personnaliser le fonctionnement.

Celle-ci vous permet, entre autres, de personnaliser les fonctions des palettes de changements de vitesse, pour inverser les commandes ou déterminer le nombre de pignons changés avec un appui continu, ou d’opter pour un mode de passage de vitesse séquentiel ou un mode de compensation. Dans le premier cas, vous laissez le système gérer le changement de plateau automatiquement en fonction de la position de la chaîne sur la cassette et de votre besoin de mettre un développement plus gros ou plus petit, et dans le deuxième cas, à chaque changement de plateau, le dérailleur arrière se déplace d’un ou deux pignons automatiquement pour éviter les ruptures de cadence de pédalage. Des fonctionnalités vraiment complètes pour un groupe de milieu de gamme, que l’on connait déjà chez le concurrent Shimano (avec les modes Synchronized et semi-synchro).

L’application AXS permet de personnaliser les fonctionnalités de la transmission.

Un freinage sans reproche

L’autre atout du groupe Rival eTap AXS concerne les freins, aussi fiables et performants que les deux autres groupes de la gamme AXS. Efficaces dans toutes les conditions, ils se montrent également silencieux, et très rares sont les bruits de frottements des disques contre les plaquettes, même après de gros freinages. Le sentiment de sécurité, que ce soit sur le sec ou sur le mouillé, est ici renforcé par les pneus de 30 mm de section du Specialized Roubaix, qui offrent une excellente tenue de route, et un meilleur contrôle pour éviter les blocages de roue intempestifs. Un contrôle encore renforcé par la possibilité de régler la garde des leviers sur les freins Sram, pour personnaliser la prise en main en fonction des préférences de pilotage.

Le freinage Sram est particulièrement silencieux, même sous l’humidité.

Au niveau des manettes, Sram a réalisé un gros effort pour diminuer légèrement leur taille par rapport aux Red et Force AXS, mais aussi pour améliorer leur ergonomie et leur finition. Une taille légèrement inférieure permise grâce à l’absence de ports pour les commandes de changements de vitesse supplémentaires (les « Blips » de Sram qui peuvent être utilisés avec les Force et Red). Mieux adaptées à des petites mains, les manettes Rival sont aussi beaucoup plus confortables, grâce au soin apporté à la partie cachée des leviers, là où les doigts viennent s’agripper en plein effort. Le contact est beaucoup plus doux qu’une manette Red, qu’on peut même parfois trouver coupante à cet endroit. Notons également la partie texturée des cocottes et des palettes de changements de vitesse, qui améliore la prise en main. Ces poignées sont une vraie réussite, et leur finition rehausse même le niveau de gamme du groupe.

La finition des leviers est de très bon niveau.
Le contact avec les mains est assez agréable.

Un large éventail de développements

Trois combinaisons de plateaux et deux cassettes sont disponibles avec le nouveau groupe Rival, en plus d’une possibilité de montage en mono plateau, ce qui pourrait se révéler une bonne option pour une pratique Gravel par exemple. À l’origine du concept AXS, on trouve un pédalier avec deux plateaux avec seulement 13 dents d’écart, et une cassette avec un départ 10 dents, de manière à étendre la gamme de développements disponibles. Les pédaliers Rival double sont donc proposés en 48-35, 46-33 (comme sur notre vélo d’essai) et en 43-30 dans la version Wide, qui impose le montage d’un dérailleur avant différent (Rival AXS Wide), pour que l’ensemble laisse plus d’espace pour les bases arrière élargies et les gros pneus. Le pédalier 1x (comme mono) est uniquement disponible en version Wide, pour les cadres avec un entraxe arrière de 135, 142 mm ou Boost, avec un plateau au choix de 38 à 46 dents (de deux en deux).

Le pédalier Rival en alu conserve les combinaisons de plateaux déjà vues sur le Force AXS.

Les deux cassettes sont disponibles en 10-30 (pignons de 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 19, 21, 24, 27, 30 dents) et en 10-36 (pignons de 10, 11, 12, 13, 15, 17, 19, 21, 24 ,28, 32, 36 dents, comme sur notre vélo d’essai), et le dérailleur arrière dispose d’une capacité maximale de 36 dents, même s’il est aussi compatible avec une cassette Red ou Force de 10-28. Des braquets très réduits qui permettent d’envisager des parcours difficiles, même s’il faut pour cela composer avec de gros écarts entre chaque pignon. Néanmoins, force est de constater qu’avec un grand plateau de 46 dents comme sur le Roubaix, la transition entre les 13 et 15 dents par exemple est moins sensible qu’avec un plateau plus gros.

Le dérailleur est compatible avec des cassettes de 10-28 à 10-36.

Quoi qu’il en soit, sur notre vélo d’essai, on peut passer d’un braquet de 46/10 (l’équivalent d’un 55/12 ou d’un 51/11) à un braquet de 33/36, soit une différence de plus de 1 à 5 entre les deux extrêmes. 

Un capteur de puissance abordable

Avec le nouveau Rival AXS, Sram en profite pour proposer une option avec un tout nouveau capteur de puissance Quarq (la marque spécialisée et reconnue dans le domaine appartient à Sram depuis des années) à un tarif extrêmement intéressant. Il faut compter en effet 360 € pour un pédalier complet en double ou en 1x, et 260 € pour un upgrade à partir du pédalier Rival classique, pour un poids supplémentaire de seulement 40 g.

Pour la première fois, Quarq propose ainsi un capteur simple et abordable avec une unité placée dans l’axe de pédalier, qui mesure la puissance sur la manivelle gauche. On sait le principe un peu moins précis qu’une mesure simultanée des deux côtés (puisque le système double la mesure effectuée à gauche et en déduit une puissance globale sans tenir compte des éventuelles disparités entre les deux jambes) mais il offre ainsi de nouvelles perspectives d’entrainement pour une nouvelle catégorie de pratiquants. Un capteur que nous n’avons pas pu tester encore, puisqu’il n’équipe pas le Roubaix Expert avec le groupe Rival.

Presque tout d’un grand

Avec le Rival AXS, Sram frappe fort en proposant un groupe technologiquement évolué et très bien fini, à un tarif officiel qui est le plus bas du marché pour une transmission électronique. Selon les options, il est proposé à 1176 € (sans boîtier de pédalier : + 41 €) en 1x, et à 1411 € (sans boîtier) en double. C’est presque 300 € de moins que le groupe Force AXS ou que le groupe Shimano Ultegra Di2. Les prix sont de 1401 € et 1636 € avec le capteur de puissance, des options non proposées sur les Force et Ultegra. En revanche, il faut préciser que le Rival n’est proposé qu’en version avec des freins à disque.

En dehors du poids, le Sram Rival AXS est très proche d’un groupe haut de gamme.

Fonctionnalités, performances, précision, finition : tout serait presque parfait évidemment si on ne parlait pas du poids du groupe, qui est aussi le plus élevé des groupes à transmission électronique. Avec un peu plus de 3000 g en additionnant toutes les pièces dans sa version double, le Rival AXS est 500 g plus lourd qu’un Red, et environ 300 g plus lourd qu’un Force, qui utilisent les mêmes technologies. Par rapport à la concurrence dans ce domaine, le Rival AXS est au même niveau de poids qu’un Shimano 105 à freins à disque et avec des dérailleurs mécaniques. Mais avec une modernité désormais bien plus marquée.

Le groupe SRAM RIVAL ETAP AXS en bref…

Note : *****

Les + : Finition, fonctionnement, précision, rapport qualité-prix
Les – : Poids

Poids et Tarifs :
Manettes + freins : 845 g / 205 €
Pédalier double : 844 g / 135 €
Pédalier Wide : 822 g / 135 €
Pédalier 1x : 703 g / 135 €
Dérailleur avant : 180 g / 180 €
Dérailleur arrière : 366 g / 265 €
Cassette : 282 g (10-30), 338 g (10-36) / 125 €
Chaîne : 266 g / 31 €
Boîtier : 71 g / 44 €
Disques : 186 g / –
Capteur de puissance : + 40 g / 360 € (260 € si upgrade manivelle seule) 
Total : 3096 g environ pour la version double / de 1176 € (1x) à 1636 € (double avec capteur de puissance).

Contact : sram.com

=> VOIR AUSSI : Prix et poids des groupes route 2019/2020
=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

Guillaume Judas  - 51 ans - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.