Le retour de Dilecta

53 ans après la mise en sommeil de l’entreprise, la célèbre marque Dilecta revient sur le devant de la scène avec une gamme qui s’adresse à une clientèle à la recherche d’authenticité et de qualité Made in France. Focus sur les premiers modèles de la nouvelle collection Dilecta, version 2021. 

Photos : DR

Éric Vanhaverbeke travaille depuis plus de 25 ans en tant que dirigeant dans le domaine du cycle. Il est passé par MBK Industries d’abord, puis Hutchinson pneumatiques et Look Cycle notamment, des entreprises françaises ouvertes vers l’international. À la recherche d’un nouveau challenge, il fouille dans ses archives pendant le confinement du printemps dernier et retrouve des documents qui retracent l’aventure de Jean-Pierre Vanhaverbeke, son père, au sein de la formation professionnelle Kamoné-Dilecta-Wolber en 1966, avec André Darrigade comme leader et sous la direction de Louis Caput. Une équipe qui roulait avec les vélos Dilecta, une marque emblématique française créée en 1913 et qui a marqué de sa présence le Tour de France pendant plus de 50 ans. En 1968 pourtant, l’histoire de la marque s’arrête brusquement, à cause de la concurrence de la production industrielle à grande échelle. 

André Darrigade – @Presse Sport/Papon

Après mûre réflexion, l’ancien directeur général de Golazo Sports France (une société spécialisée dans l’organisation d’événements sportifs) décide donc de relancer Dilecta en 2021, mais sans trahir les valeurs de la marque, avec une production dans sa région d’origine. La fabrication à la main en petites séries est assurée en France, au coeur de la région Centre Val de Loire à la Fuye, à une quarantaine de kilomètres de Tours, avec des modèles classiques et traditionnels en acier (pour l’instant), numérotés et personnalisables, sous la forme de trois vélos déclinés en différentes versions et de deux kit cadres.

Des machines sobres, confortables et bien finies, qui restent fidèles à l’histoire de la marque Dilecta tout en bénéficiant des meilleures caractéristiques des tout derniers tubes en acier.

Un modèle route, un gravel, un vélo typé urbain

Le Blanc est le nom donné au vélo de route, en référence à la petite ville de l’Indre où est née la marque. Réalisé avec des tubes acier Columbus Spirit, il est léger et confortable et s’adresse aux cyclistes sportifs, animés par l’envie de se dépasser sur de longues distances. Disponible en 16 couleurs dès Avril 2021 – À partir de 4990 € (kit cadre à 2490 €).

Le Forçat, c’est le nom du modèle Gravel polyvalent en acier Columbus Spirit HSS, qui fait quant à lui référence à l’histoire de la marque et à ses « forçats de la route ». Compatible avec des roues de 29 et 27,5′. Disponible en 16 couleurs dès Avril 2021 – À partir de 4290 € (kit cadre à 2490 €).

Le Paname, c’est le vélo typé urbain, réalisé sur la base du Forçat, mais avec un cintre plat et des garde-boues. Disponible uniquement en vélo complet. À partir de 3990 €.

Tous les vélos Dilecta sont également personnalisables au niveau des couleurs ou des marquages sur demande. Ils sont disponibles à la commande dès le 20 février 2021 sur le site dilectacycles.com et dans le magasin KM0 à Paris XVII.

Une collection de vêtements sera également disponible à partir de mars, à commencer par le maillot 1913, à partir de 89 €.

Eric VANHAVERBEKE, l’homme derrière la renaissance de DILECTA

Source : DP

Pourquoi reprendre la marque DILECTA après plus de 50 ans d’absence ?

E.V. : Tout d’abord ma passion pour le cycle, avec une expérience de plus de 25 ans au sein de marques françaises, et mon intérêt pour cette industrie française en particulier. J’avais en tête depuis plusieurs années de faire revivre une belle marque française. Je me suis naturellement intéressé aux marques de Cycles françaises disparues. Mon père a roulé au sein de l’équipe DILECTA chez les professionnels dans les années 60. J’ai donc un lien affectif et émotionnel particulier avec cette marque. Je me suis alors plongé dans son histoire. DILECTA a écrit les plus belles pages de l’histoire du cyclisme hexagonal et international avec un fort ancrage local dans la région Centre Val de Loire. Ainsi, j’ai pris contact avec les Amis du Blanc (36), rencontré le maire M. Gilles Lherpiniere pour leur présenter mon projet. Leur enthousiasme m’a convaincu que je faisais le bon choix.

Que souhaitez-vous apporter de nouveau à l’univers du cycle avec ce grand retour ?

E.V. : Un retour aux sources, aux origines du cycle français qui est né à la fin XIXe / début du XXe siècle avec une fabrication française en petites séries. Ma volonté est de contribuer, à ma petite échelle, à pérenniser et développer l’artisanat du cycle français transmis de génération en génération. Je tiens surtout à respecter l’histoire de cette marque, son ADN, son ancrage local avec des productions qui se sont tenues dans les manufactures de Le Blanc, les ateliers de Tours et Chinon entre 1913 et 1968. Je souhaite faire rentrer DILECTA dans le présent et l’avenir avec de beaux produits fabriqués en France.

En quoi l’identité DILECTA est-elle unique ?

E.V. : C’est une des plus anciennes et glorieuses marques de cycles haut de gamme. Très peu de marques peuvent revendiquer un tel passé, une telle histoire. DILECTA est une aventure humaine, une saga industrielle et sportive unique. Nous sommes une équipe à taille humaine autour d’un projet qui rassemble une communauté de passionnés avant tout. Depuis que nous avons annoncé « la résurrection » de la marque, je reçois de nombreux témoignages de soutien de personnes locales ou non ayant connu les cycles DILECTA, heureux de voir renaître cette belle marque qui me confortent dans le choix de cette aventure.

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Nouveautés

Author: Guillaume Judas- 50 ans. - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.