Test des chaussettes imperméables DexShell Ultra Thin

DexShell est une marque anglaise spécialisée dans les accessoires imperméables et respirants pour les sports outdoor comme le vélo, le running ou la randonnée, pratiqués dans des conditions difficiles. Au sein de leur gamme de gants, bonnets et chaussettes, nous avons testé le modèle Ultra Thin destiné à protéger les pieds de la pluie. Voyons si la promesse d’imperméabilité est tenue.

Par Guillaume Judas – Photos : @3bikes.fr / DR

DexShell propose une dizaine de paires de chaussettes différentes dans sa gamme, qu’elles soient spécifiques pour la randonnée, le trail, la course à pied ou le cyclisme sous la pluie ou dans la boue, et sous diverses températures, de 27 à 45 € environ. Des prix relativement abordables que l’on retrouve également dans la gamme de gants de la firme britannique.

Les chaussettes Ultra Thin ne remontent pas très haut sur le mollet.

Les Ultra Thin sont le modèle « premier prix » des chaussettes DexShell, à 27,90 €, et sont plutôt destinées à affronter les pluies estivales, puisque la plage de protection indiquée face aux températures froides est de 1 sur 5. Proposées en noir ou en gris clair, on remarque tout de suite qu’elles sont relativement courtes au niveau de la cheville, plus basses en tout cas que la plupart des chaussettes en vogue actuellement. Au toucher, on sent aisément les trois couches de tissu superposées, mais une fois enfilées aux pieds, elles se révèlent étonnamment confortables pour ce type de produit. Elles sont douces et épousent bien les pieds. Dans les chaussures, on les ressent un peu comme une paire de chaussettes d’hiver un peu épaisses, mais sans gêne particulière.

Les DexShell sont confortables à porter.

Construction triple couche

Les produits DexShell sont conçus à partir de trois couches de tissus, avec une couche extérieure résistante en élasthanne / nylon / modal / polyester, une couche intérieure respirante en laine mérinos / acrylique / nylon / coton / bambou / drirelease / coolmax et une couche intermédiaire imperméable et respirante en membrane Porelle. Cette dernière est hydrophile et micro-poreuse, ce qui lui assure sa résistance face aux gouttes d’eau, tout en permettant d’évacuer les vapeurs liées à la transpiration.

Dans la couche intérieure, les fibres de bambou sont anti-statiques et anti-bactériennes, et aident à conserver la chaleur grâce à leur structure creuse. Elles apportent du confort en prévenant des ampoules et en régulant la transpiration. C’est une matière naturelle qui nécessite peu d’eau pour grandir rapidement et qui est 100 % biodégradable. Des caractéristiques qui placent DexShell à la pointe d’un développement éco-responsable, avec des produits doux pour la peau, mais aussi pour l’environnement.

Imperméables mais pas étanches

Un test classique sous la douche permet de se rendre compte que les Ultra Thin sont bien imperméables, puisque après un bon arrosage, les pieds sont toujours secs en retirant les chaussettes. Ce modèle d’été est en revanche sensible aux changements de températures, car on ressent clairement le passage d’une eau chaude à une eau froide.

De plus, même si la peau reste au sec, la couche extérieure prend bien l’eau, et on ressent toujours un effet spongieux avec le frottement des différentes couches entre elles.

Sur la route, les chaussettes Ultra Thin ne font pas de miracles en dessous de 7-8°C dans des conditions humides. Non seulement elles ne protègent pas vraiment du froid, mais en plus, en cas de fortes averses, l’eau finit toujours par pénétrer par le haut de la cheville.

À conditions égales, elles ne font donc pas vraiment la différence par rapport à des chaussettes hiver, car le résultat est le même : on finit toujours par avoir froid aux pieds après un peu plus d’une heure de vélo. Bien sûr, cette sensibilité est propre à chacun, mais pour une utilisation sur route, elles seraient sans doute plus efficaces en montant un peu plus haut sur le mollet.

C’est en revanche en tout-terrain qu’elles se distinguent, que ce soit en cyclo-cross, en Gravel ou en VTT, car il peut être fréquent pour ce type de pratique de poser le pied dans une flaque ou dans la boue, et d’être ensuite trempé. Avec les DexShell Ultra Thin, ce genre de désagrément ne peut plus arriver.

Il s’agit donc d’un produit intéressant, mais pas forcément adapté au cyclisme sur route dans des conditions extrêmes. Néanmoins, la technologie employée nous donne envie de tester les gants de la marque, sans doute moins exposés à une pénétration de l’eau par l’ouverture.

Les chaussettes DexShell Ultra Thin en bref…

Note : *****

Les + : confort, imperméabilité
Les – : manque de chaleur, l’eau qui finit par pénétrer par le haut

Couleur : Noir / Gris – Extérieur : 37% polyamide / 32% modal, 29% coton, 2% élasthanne – Intermédiaire : Membrane Porelle (polyuréthane) – Intérieur : 60% viscose de bambou, 40% polyamide – Tailles : S, M, L, XL – Prix : 27,90 €

Contact : sportpulsion.com et dexshell.com

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

Guillaume Judas  - 51 ans - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.