Premier contact avec le capteur de puissance Sigeyi AXO

Aujourd’hui, rouler avec un capteur de puissance reste onéreux. Même si les grandes marques ont entrepris de démocratiser ce type d’appareil, l’exercice reste difficile pour obtenir précision et fiabilité. Néanmoins, de petites marques poussent et permettent de se familiariser avec la puissance à moindre coût. Comme c’est le cas pour Sigeyi, qui propose un capteur de puissance autour de 300 € que nous allons tester pour vous.

Par David Polveroni – Photos : David Polveroni

Malgré un tarif abordable, le capteur de puissance Sigeyi AXO parait qualitatif.

Quelques mois après le test longue durée des pédales Assioma Duo, nous allons mettre à l’épreuve le nouveau capteur de puissance Sigeyi, une marque chinoise qui n’a cessé de faire évoluer son modèle initial, depuis 2015. Ce capteur AXO se compose d’une étoile en quatre ou cinq branches compatible avec divers pédalier, disponible aussi pour le VTT. Une multitude de combinaisons est possible en fonction du choix des manivelles en votre possession ou à acquérir. Deux versions compatibles Shimano sont également disponibles, vendues avec des manivelles Shimano 105, Ultegra et Dura-Ace, le DLS (précision de +/- 2 % à partir de 600 €) et l’AX Power (précision de +/- 1,5 % à 1100 € en Dura-Ace).

L’AXO se compose d’une étoile à monter sur un pédalier compatible.

Il vous suffit de choisir sur leur site : https://www.sigeyishop.com

La notice d’utilisation est accessible.

De notre côté, nous avons utilisé le pédalier Rotor Aldhu fourni par www.velo-perso.com. L’installation est relativement aisée pour le AXO : une clé hexagonale de 10 mm, un serrage à 35 Nm de l’ensemble étoile/manivelle droite et le tour est joué.

L’axe de 24 mm assure une bonne fiabilité des roulements.
Le montage est relativement simple.
Le serrage s’effectue à 35 Nm.
L’installation est presque aussi facile que dans le cas des pédales à capteur de puissance.

L’ensemble est très léger pour du 24 mm : 743 g avec des plateaux Absolute Black, soit une trentaine de grammes de plus qu’un SRM Origin en 24 mm. Nous avons préféré un montage en axe de 24 mm pour la fiabilité des roulements par rapport à du 30 mm.

Le poids sans plateaux reste raisonnable.
Avec les plateaux, le pédalier Rotor avec le capteur AXO est à peine plus lourd qu’un SRM Origin.

Le montage sur le vélo très simple aussi (presque plus que des pédales pour ceux qui souhaitent intervertir entre les vélos). Il faut ensuite télécharger l’application disponible sur Androïde et iOS, afin de s’assurer d’avoir la dernière mise à jour.

Le capteur AXO est compatible avec les transmissions Bluetooth (pour les amateurs de plateformes virtuelles c’est un plus) et Ant+, Il ne reste plus qu’à l’appairer avec le compteur, un Garmin ici en l’occurrence. C’est toujours très simple et d’une acquisition rapide.

L’AXO est disponible pour des pédalier à 4 ou 5 branches.

La précision annoncée est de +/- 1 % pour ce modèle, avec le calcul de balance droite/gauche, et l’auto zero.

La recharge se fait avec un système aimanté comme le dernier Shimano, c’est très proche. Le capteur est doté d’une autonomie de 150 h sur le papier, c’est moitié moins qu’un Shimano ou quatre fois plus que des Assioma Duo si l’on veut continuer dans les comparaisons. 

Cependant, on recharge nos compteurs tous les jours ou presque, on peut donc recharger toutes les dix semaines pour un cycliste déjà assidu… L’ensemble sera donc mis à l’épreuve ces prochains mois, et nous reviendrons rapidement pour un premier comparatif sur les valeurs brutes. Nos premières impressions dans le domaine sont plutôt bonnes.

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

Vous aimerez peut-être :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *