Les statistiques de Strava pour l’année 2020

L’année 2020 aura été marquée par la COVID-19. Partout dans le monde, un nouveau défi s’est présenté aux athlètes : rester actifs et en bonne santé en période de pandémie. Même si cette crise sanitaire n’est pas encore derrière nous, les données des 73 millions d’athlètes sur Strava indiquent que la communauté a su se mobiliser, s’adapter et inventer de nouvelles façons de se soutenir, de progresser et de se mesurer aux autres, même à distance.

Source : CP

La pandémie a été à l’origine d’une montée en flèche de l’exercice physique. Au niveau mondial, la pandémie de la COVID-19 a entraîné une hausse sans précédent de l’activité sur Strava, qui a largement dépassé les prévisions de l’application.

 

Les mesures liées à la COVID-19 ont différé selon les pays

Partout dans le monde, des mesures ont été prises pour ralentir la propagation du coronavirus, mais tous les pays n’ont pas procédé de la même manière. Selon les pays, les activités de plein air comme la course à pied et le cyclisme ont grimpé en flèche, progressé de façon moins spectaculaire ou atteint leur niveau le plus bas avant de marquer un retour.

 

France

Le cyclisme a dégringolé pendant le confinement du printemps du fait de la limitation de l’activité physique en extérieur à une heure par jour, à moins d’un kilomètre de chez soi. Toutefois, le niveau d’activité en plein air ne s’est pas complètement effondré grâce à un regain d’intérêt pour la course à pied.

La multiplication des activités sportives

La course à pied et le cyclisme sont de loin les deux sports les plus pratiqués sur Strava, mais d’autres sports ont connu un nouvel essor. La marche, la randonnée, les activités en intérieur comme le yoga et la musculation, ainsi que les sports nautiques tels que le kayak et le stand-up paddle ont tous observé une croissance rapide.

 

Activités variées

Ce ne sont pas seulement les nouveaux venus sur Strava qui ont enregistré des activités nouvelles ; les coureurs et les cyclistes ont été nombreux à se tourner vers d’autres types de sport. L’activité « Marche » a eu beaucoup de succès, car beaucoup d’entre nous avons ressenti le besoin régulier d’aller faire un tour en cette année si particulière.

Sortir à tout prix

Sans surprise, les activités d’intérieur ont décollé en Espagne, en Italie et en France durant le confinement. En revanche, dès la levée du confinement en mai, les niveaux sont vite revenus aux valeurs habituelles.

 

Les femmes mènent la marche

Les bouleversements que nous avons connus n’ont pas seulement transformé notre façon de faire du sport, mais aussi la fréquence de nos activités. Globalement, les athlètes qui étaient actifs l’année dernière ont augmenté leur fréquence d’entrainement de 13,3 %. Ce sont les femmes et les jeunes athlètes qui ont enregistré la plus forte progression.

Du temps mis à profit

Les athlètes ont téléchargé plus d’activités, et elles n’ont pas été plus courtes pour autant. La durée de chaque activité n’a pas beaucoup changé. Résultat, la durée annuelle de déplacement des athlètes fait un bond de 14,7 %.

 

De nouvelles habitudes

On a assisté à des changements variables selon les pays dans les horaires de pratique des activités, mais après la première vague de la COVID-19, tout a commencé à revenir à peu près à la normale. En France, le principal changement a été observé les jours de semaine : la plupart des sorties à vélo ont été pratiquées en soirée alors qu’elles l’étaient auparavant en matinée, et le pic de course à pied aux heures du déjeuner a pratiquement disparu.

 

La compétition continue

Les événements sportifs habituels, tels que les sorties à vélo et courses à pied en groupe, marathons et Gran Fondos, sont tombés à l’eau cette année. Les athlètes n’ont pas pour autant renoncé à se dépasser et à se mesurer aux autres.

Une rivalité amicale : il y a 27 % de chance que les deux premiers athlètes d’un classement QOM ou KOM soient abonnés l’un à l’autre sur Strava. Les premières places des classements sur les segments ont été plus que jamais briguées : nous avons constaté une hausse de 36 % des QOM et de 32 % des KOM ayant changé de mains (ou de têtes) cette année.

 

Gravir ses propres montagnes

Cette année, les cyclistes, tant les amateurs que les pros, ont été très nombreux à s’essayer à l’Everesting (une activité consistant à répéter une même montée jusqu’à atteindre un dénivelé positif de 8 848 mètres). Pour quelques athlètes, le but affiché était de décrocher un record du monde, mais pour la plupart il s’agissait simplement de savoir s’ils étaient capables de réussir ce pari fou.

 

En solo

Les athlètes ont enregistré moins de courses à pied de 42,2 km sur Strava en 2020 qu’en 2019, ce qui semble logique puisque la plupart des World Marathons Majors ont été annulés ou réservés aux coureurs professionnels. Sur les centaines de milliers de marathons qui ont quand même été enregistrés, 44 % ont été courus entièrement en solo, contre 14 % l’année dernière.

Un esprit de compétition qui perdure : parmi les coureurs qui utilisent Strava depuis 2019 au moins, 55 % ont décroché un nouveau PR sur les distances 5 km, 10 km, semi-marathon ou marathon cette année.

 

Communauté et consignes sanitaires

Certaines activités de la communauté ont été suspendues compte tenu de la distanciation physique requise, mais, même à distance, les athlètes ont trouvé des moyens de s’unir.

Sur Strava, les clubs restent ouverts : d’ordinaire, le nombre de nouveaux clubs et de personnes qui les
rejoignent reste relativement stable, mais cette année, Strava a observé un pic de nouveaux clubs et de personnes désirant les rejoindre. Ces clubs, dont des clubs d’entreprise, des équipes d’étudiants ou
encore des challenges locaux, ont permis aux athlètes partageant les mêmes centres d’intérêt de communiquer, de rester motivés et de se mesurer les uns aux autres.

 

Participations en nombre

Les challenges Strava motivent les athlètes du monde entier à réaliser un objectif spécifique. Cette année, le nombre de participants aux challenges a plus que doublé par rapport à l’année dernière, entre mars et août.

Un million de participants : plus d’un million d’athlètes ont participé à notre challenge mensuel 5K en mai, du jamais vu ! Le challenge SOLOdarity de distanciation physique a lui aussi presque rassemblé un million de participants. Il s’est terminé le 10 mai, avec 965 000 athlètes.

 

Restons connectés

Parmi les chiffres qui ont grimpé en flèche suite à la crise sanitaire, celui-ci concerne la dimension humaine. En moyenne, un athlète était abonné à deux fois plus d’autres athlètes en avril de cette année qu’en avril 2019. Tout au long de l’année 2020, chacun s’est efforcé de maintenir des liens avec les personnes qui leur sont chères. Strava espère avoir pu contribuer, même dans une moindre mesure, à réunir les athlètes.

 

 

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles MAG

Author: Guillaume Judas- 50 ans. - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.