Le vélo de Julian Alaphilippe pour le Tour de France

Assurément l’un des futurs protagonistes du Tour de France 2020, Julian Alaphilippe bénéficie dans son équipe Deceuninck – Quick Step d’un nouveau Specialized Tarmac S-Works SL7 spécialement préparé pour la montagne et ses qualités de puncheur. Voyons en détails le montage de son vélo, qui flirte avec la limite légale de 6,8 kg.

Par Guillaume Judas – Photos : @Wout Beel

Un sticker discret sur les haubans indiquent à qui appartient ce vélo.

En 2019, Julian Alaphilippe roulait avec un Specialized Tarmac SL6, un vélo léger, souple et vif, assez différent du modèle choisi par les rouleurs ou les sprinters comme Peter Sagan, le Venge.

Mais pour 2020, la marque américaine qui équipe les formations Deceuninck – Quick Step et Bora – Hansgrohe d’Alaphilippe et Sagan a remanié le Tarmac pour en faire un vélo plus polyvalent, plus aérodynamique, tout en restant aussi léger. Du coup, à part quelques détails de montage, rouleurs et grimpeurs utilisent le même vélo.

Focus sur la machine utilisée par Julian Alaphilippe, dans cette configuration prévue pour la montagne, et qui changera peut-être seulement les roues en de rares occasions.

Sur le Tarmac SL7, il n’est pas obligatoire d’utiliser le poste de pilotage Aerofly II de la version commerciale. Le système d’intégration des durites de freins et la potence permettent de monter un cintre plus classique.
Julian Alaphilippe préfère utiliser un cintre compact de la marque Pro, avec un ruban de cintre Supacaz.
La nouvelle potence du Tarmac SL7 offre un passage discret des durites de freins jusqu’à la douille de direction.
Les bases arrière du Tarmac font 410 mm, ce qui ne semble pas modifier la nervosité du vélo.
Alaphilippe utilise une selle S-Works Romin, sur une tige de selle Tarmac qui intègre le boîtier de jonction du Di2. Notons la présence du support de plaque de cadre.
Les vélos de l’équipe Deceuninck sont noir mat avec un marquage discret en bleu sur l’arrière du tube de selle. Il n’y a pas de version particulière pour Alaphilippe.
Les freins à disque sont bien sûr de mise sur les vélos Specialized, mais tout en restant très légers. Ici, un disque de 160 mm à l’avant.
Alaphilippe utilise des plateaux « classiques » de 53 et 39 dents, avec des manivelles de 172,5 mm.
À l’arrière, le Français roule avec une cassette de 11 à 30 dents.
Les nouvelles roues Roval Alpinist CLX sont extrêmement légères (1250 g pour des roues à pneu de 33 mm de hauteur). Elles sont montées ici de pneus Tubeless S-Works Turbo Rapid’Air. Dans la version commerciale, cette paire de roues n’est normalement pas prévue pour le montage de tubeless….
L’équipe Deceuninck roule avec des porte-bidons Tacx.
Cadre : Specialized Tarmac S-Works SL7 – Transmission : Shimano Dura-Ace Di2 Disc.– Roues : Roval Alpinist CLX – Pneumatiques : S-Works Turbo Rapid’Air 700×26 – Selle : S-Works Romin – Potence : Tarmac Integrated – Cintre : Pro Vibe Carbon compact – Pédales : Shimano Dura-Ace – Taille : 52 – Poids : environ 6,8 kg – Prix : environ 11 000 € dans le cadre d’un montage à l’identique

Contact : Specialized.com

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Mag

Guillaume Judas

Guillaume Judas

- 48 ans. - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être :

3 commentaires sur “Le vélo de Julian Alaphilippe pour le Tour de France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :