Wout van Aert, l’autre pépite du cyclisme belge

La victoire de Wout van Aert sur les routes et chemins si particuliers des Strade Bianche nous offre l’opportunité de vous présenter ce fabuleux coureur. Ces derniers temps, on a beaucoup parlé de Evenepoel. Un coureur belge désigné comme l’héritier d’Eddy Merckx. Mais l’étendue des qualités de Van Aert nous font penser que nous tenons là une autre pépite, amenée à peser sur les classiques durant de longues saisons.

Par Jean-François Tatard – Photos : RCS Sport / LaPresse -Gian Mattia D’Alberto, Flickr.com, wikipedia.com

Wout van Aert n’a pas toujours eu cette allure d’acteur de film américain. Longtemps, il a été le plus petit. D’ailleurs, en course, dans les jeunes catégories, il devait se mesurer à des concurrents plus grands et plus forts que lui à ses débuts. Cela n’a pas été aussi immédiatement facile que ça l’avait été pour son meilleur ennemi du cyclo-cross, Mathieu van der Poel. Même si la passion du cyclisme lui a vite été évidente, il lui a fallu prendre du poil de la bête dans un premier temps. Mais le prodige belge apprend vite et son aisance dans la boue lui fait vite gagner des courses.

 

Le cyclo-cross

Van Aert fait parti de ces nouveaux personnages du cyclisme mondial un peu atypiques. Comme son compère néerlandais VDP, ils sont tous les deux issus du cyclo-cross. Mais souvent la discipline est jugée un peu désuète aux yeux de la plupart des grands décideurs des équipes du cyclisme pro. Pourtant c’est l’hiver dans les sous-bois qu’ils apprennent leur métier.

Wout van Aert est d’abord l’un des deux meilleurs cyclo-crossmen du monde.

C’est dans cette discipline que Van Aert se forge son caractère tel qu’il l’a révélé à Sienne (Italie) sur les Strade Bianche. Quand il se fait la belle à 12 km de l’arrivée, le belge de 25 ans (seulement) a résisté jusqu’au bout à la contre-attaque de ce qui se fait de mieux en ce moment sur les classiques. Davide Formolo, Maximilian Schachmann et même Van Avermaet et Fuglsang n’ont rien pu faire. Cette mentalité jusqu’au-boutiste lui avait déjà valu une seconde place aux championnats du monde juniors de cyclo-cross de Coxyde, juste derrière Mathieu van der Poel. C’est sa première vraie grande référence. Nous sommes en 2012 et ça va marquer le début de sa carrière…

La révélation

Les championnats du monde 2013 aux USA furent le théâtre des premiers championnats du monde espoirs de Van Aert. Il s’y distingue en réalisant une performance exceptionnelle compte tenu de son âge. Il est en première année espoir et prend la médaille de bronze derrière Mike Theunissen et Wietse Bosmans. Et l’année d’après, en 2014 à Hoogerheide, il endosse son premier maillot arc-en-ciel. C’est son premier titre de champion du monde, devant Michael Vanthourenhout et un certain Mathieu van der Poel.

Van Aert endosse son premier maillot arc-en-ciel en 2014 en Espoirs.

Dans les jeunes catégories, lui et VDP n’ont laissé que des miettes. Mais la question est de savoir ce qui va se passer une fois chez les seniors. 2015 marque ainsi la première année de Wout chez les « grands ». Et devant, rien ne change, on assiste toujours à la même domination du duo. La Belgique comprend ainsi qu’une nouvelle star du cyclo-cross est née. Il faudra attendre 2016, pour assister au match Belgique vs. Pays-Bas. Wout contre Mathieu. Et c’est à Zodler que Wout remporte ses premiers « vrais » championnats du monde. Lars van der Haar termine deuxième, Kevin Pauwels troisième. Puis match retour à Bièles en 2017. La Belgique face aux Pays-Bas, encore. Wout contre Mathieu. Dès le départ, VDP prend la tête de la course et Van Aert doit suivre. VDP est peut-être le meilleur ce jour-là, mais la stratégie de Van Aert et probablement son choix de pneus s’avèrent les meilleurs.

Il devient à nouveau champion du monde, VDP prend la deuxième place. Van Aert a connu 0 crevaison, VDP 3. Le choix du matériel est décisif ce jour-là. Bilan chez les grands à la fin de la saison 2017 : 2-0 pour Van Aert ! Décidément, Van Aert s’affirme comme un grand professionnel à tous les niveaux, au moins dans cette discipline exigeante du cyclo-cross.

2017-2018 

C’est une saison pendant laquelle Van Aert s’efforce de rester au contact de VDP. Mais c’est ce dernier qui domine la saison. Van Aert est « juste » le meilleur de tous les autres… Néanmoins, ce qu’on ne sait pas c’est que sa préparation l’amène progressivement au plus haut de son pic de forme le jour J. Et en 2018, c’est encore lui le champion du monde !

Du cross à la route

Le coureur belge veut désormais faire de la route sa priorité ! Il sait qu’il a le potentiel pour être l’un des meilleurs coureurs de classiques au monde. Mais entre la théorie et la pratique, dieu sait à quel point il peut y avoir une dissonance. 2019 sera l’année qui va le révéler, malgré déjà une troisième place sur les Strade Bianche l’année précédente quand il appartient encore à la modeste équipe Vérandas Willems-Crelan ! Pour celles et ceux qui pensaient que le cross était une discipline sortie de son temps et qu’elle ne pourrait plus faire ressurgir des pépites de la route, Van Aert va les faire mentir… En mars 2019, il rejoint le World Tour et l’équipe néerlandaise Jumbo. En juin de cette même année, il remporte deux étapes et le maillot vert du Dauphiné puis il devient champion de Belgique du contre-la-montre et prend la troisième place de la course en ligne.

Sur le Dauphiné et le Tour en 2019, Van Aert fait parler sa pointe de vitesse et ses qualités de rouleur.

Le Tour 

En 2019, il participe à son premier grand Tour. Et il y brille de mille feux ! Maillot blanc du Tour de France toute la première semaine ! Le 15 juillet, il s’impose même au sprint à Albi. Mais voilà… Quatre jours plus tard, lors du chrono à Pau, il chute très lourdement sur une barrière.

L’accident est si grave qu’il aurait pu mettre fin à sa carrière. On le pense terminé pour le cyclisme. D’autant plus que des erreurs chirurgicales ont aggravé la blessure. Mais le 27 décembre 2019, il fait son retour à la compétition après 161 jours et se classe immédiatement cinquième face au meilleurs du cyclo-cross qui ont déjà tous les repères et sont déjà bien en prise. Quelques semaines plus tard, en partant en dernière ligne, il vient mourrir au pied du podium et se classe quatrième des championnats du monde remporté pour la deuxième année consécutive par VDP !

Le 1er août 2020, Wout van Aert remporte sa première classique avec les Strade Bianche.

La plus belle

En ce 1er août 2020, alors qu’on attendait tous Alaf’ ou Mathieu Van Der Poel, sur cette magnifique épreuve des Strade Bianche où tout le gratin s’était donné rendez-vous c’est finalement Wout Van Aert qui crève l’écran ! Celui qui pendant le Covid s’était lancé le défi de disputer avec deux copains sa propre Dirty Kanzelled. Une sortie de 320 km en Campine du Nord et dans les polders anversois, avec notamment des passages célèbres de l’Antwerp Port Epic. 11 heures de selle juste parce qu’il manquait de défis, dit-il !

Et en parlant de défi, c’est un certain Jean-Paul II qui disait que « Un grand défi est proposé à l’homme ! Celui de perfectionner tout ce qui est créé que ce soit lui-même ou le monde ». Hâte de découvrir ce que tu feras encore de ce monde, cher Wout Van Aert !

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Mag

Jean-François Tatard

Jean-François Tatard

Jeff TATARD - 38 ans. - consultant sport - athlète multidisciplinaire (running, cyclisme, route, VTT, Run & Bike) Facebook : Jeff Tatard Insta : Jefftatard

Vous aimerez peut-être :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *