Test du maillot Castelli Climber’s 3.0

Quelques jours après le test de la tenue complète Castelli Superleggera, nous nous intéressons cette fois-ci au maillot Climber’s 3.0, qui est le modèle utilisé par les pros lors des journées chaudes et en haute montagne. Un maillot plus cintré que le Superleggera, un peu moins léger mais tout aussi agréable à porter sous la grosse chaleur, et surtout un peu moins cher.

Par Guillaume Judas – Photos : 3bikes.fr

Le maillot Castelli Climber’s 3.0 reprend la coupe du Free Aero Race.

Développé par et pour les pros de l’équipe Ineos, le maillot Castelli Climber’s conserve la coupe très cintrée du maillot Free Aero Race qu’ils utilisent habituellement, pour l’aérodynamisme d’abord. Cependant, il bénéficie d’une construction avec des tissus maillés qui améliorent la circulation du flux d’air sur la peau, essentielle lorsque la vitesse de déplacement est faible comme lors de l’ascension d’un col, et qui ont l’avantage de sécher très rapidement.

Comme vu précédemment lors du test de la tenue Superleggera, nous avons pesé le maillot sec et humide. Et comparativement au maillot Superleggera, il se montre 16 et 64 g moins léger, mais c’est en réalité un faux problème car la plupart du temps le tissu sèche avant que l’humidité ne s’installe vraiment. Ce n’est pas tout à fait le cas dans des conditions extrêmes comme lors d’une grosse séance de home-trainer (et qui pourrait ressembler à une ascension de col en pleine chaleur avec une faible vitesse de déplacement), mais dès qu’il y a un peu d’air, on ne ressent jamais cette sensation d’humidité sur la route.

Le tissu très ouvert sur le devant et les flancs assure une excellente aération.

D’après Castelli, son taux d’absorption de l’humidité est même tellement faible qu’il permet aux coureurs professionnels de l’utiliser parfois sous la pluie. Bon, sous la pluie d’été quand même, car la finesse des tissus ne favorise pas non plus un bon maintien de la chaleur corporelle, et c’est même l’inverse qui est recherché d’ailleurs.

Le Climber’s 3.0 donnent la sensation de porter comme une seconde peau.

La construction est évidemment relativement complexe, avec les parties avant et sur les côtés qui forment comme des petits trous pour favoriser l’aération et le séchage, et un dos en tissu maillé également, mais aux ouvertures plus resserrées, afin de bloquer 90 % des rayons UV.

Les poches maintiennent parfaitement le chargement en place.

Les trois poches sont d’une conception relativement simple, mais elles permettent de conserver le chargement (téléphone, nécessaire de réparation, ravitaillement ou clés) proche du corps, et évitent de ce fait toute sensation de ballottement.

Une large bande de silicone sur le bas du dos maintient le maillot en place.

À l’arrière, une large bande de silicone maintient le maillot en place, et quant à la fermeture complète sur l’avant, elle est doublée pour éviter les irritations et d’une finition parfaite.

La fermeture est facile à manipuler et ne provoque aucune irritation.

Les manches bénéficient d’un autre tissu un peu moins fin, de manière à assurer une bonne tenue et éviter les plis préjudiciables à l’aérodynamisme. Comme la plupart des maillots modernes, elles sont relativement longues et descendent presque jusqu’au coude.

Les manches sont construites avec un tissu strech.

Un maintien idéal

Parmi les autres qualités de ce maillot, on apprécie son excellent maintien. Si les manches nécessitent un peu d’attention avant d’être enfilées car elles sont bien serrées, il ne faut que quelques centaines de mètres pour oublier totalement le maillot.

Malgré quelques sorties réalisées dans des conditions étouffantes, nous n’avons jamais ressenti le besoin d’ouvrir le maillot pour faire circuler l’air. Et dès lors qu’il y a un peu de vent, même chaud, le maillot n’est jamais mouillé sur des vitesses de déplacement habituelles. Grâce aux poches bien serrées, le téléphone taille XL est parfaitement sécurisé, même s’il reste facile à attraper en roulant, tout comme le ravitaillement.

Même s’il vaut mieux éviter d’avoir un peu de ventre pour apprécier ce maillot à la coupe moderne et cintrée, il se montre au final aussi agréable à porter que le Free Aero Race, sans présenter le moindre flottement au vent et surtout en vous donnant la sensation de porter comme une seconde peau. Le maillot Climber’s est selon nous un essentiel à avoir dans sa garde-robe, d’autant plus que le prix de 89,95 € n’est pas excessif au regard des prix pratiqués pour d’autres maillots haut de gamme.

Le Climber’s rend les sorties sous grosse chaleur moins étouffantes.
MAILLOT CASTELLI CLIMBER’S 3.0
Note : *****

Les + : Poids, finition, séchage rapide, effet seconde peau, coupe cintrée
Les – : Manches un peu longues

Positionnement du tissu et construction des coutures basés sur la technique CFD – Construction des épaules Airflow – Tissu Flusso 3D sur le devant et les flancs – Dos StradaPro 3D – Manches extensibles jusqu’aux coudes avec bord brut – Fermeture complète YKK® Vislon® – de 22°à 40°C – Poids : 102 g en taille S – 4 couleurs – Prix : 89,95 €

Contact : castelli.com, dagg.fr

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

Guillaume Judas

Guillaume Judas

- 48 ans. - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *