Les troubles digestifs

Cycliste du dimanche, ou athlète de haut niveau, les blessures n’épargnent aucun sportif. Elles nous rendent tristes et ronchons et méritent bien une fiche explicative en QQOQCP pour chacune. L’idée à travers cette succession de petits dossiers est de mieux les comprendre, d’adopter les bons comportements pour les éviter et la conduite à tenir pour mieux se rétablir.

Je vous propose ainsi de balayer à chaque fois, sous la forme du “QQOQCP” (Quoi, Qui, Où, Quand, Comment, Combien, Pourquoi) et en autant de dossiers que de blessures les plus récurrentes en cyclisme et en triathlon, toutes les possibilités de frustration liée à une mise au repos forcé.

Après le genou, la clavicule, les douleurs de selle, les douleurs de rachis, l’endofibrose de l’artère iliaque, la tendinite du tendon d’Achille, le syndrome des loges, le syndrome du canal carpien et le traumatisme crânien, je vous propose aujourd’hui une fiche explicative – toujours avec la démarche du QQOQCP – cette fois-ci pour les troubles digestifs.

Par Jean-François Tatard – Photos : Pixabay.com, Pxhere.com, commons.wikimedia/Joseolgon, wikipedia.

QUOI ?

Les troubles digestifs peuvent être nombreux : des constipations, des diarrhées ou encore des crampes de l’estomac.

Les troubles digestifs peuvent se manifester de plusieurs façons.

QUI ?

Ces troubles sont finalement assez fréquents chez les sportifs, notamment les coureurs à pied, et d’ailleurs quels que soient votre niveau et votre âge.

OÙ ?

Vous trouverez ici quelques conseils. Mais nous ne vous promettons pas qu’ils viennent forcément tous à bout de vos troubles digestifs. Car en effet, il s’agit peut-être aussi de problèmes plus sérieux que ce que nous serions en mesure de vous présenter. Des reflux d’acidité ou ce qui ressemble à des brûlures de l’oesophage peuvent parfois être la conséquence d’une boisson trop acide ou trop sucrée. Alors qu’il n’est jamais concerné habituellement, chez le sportif anxieux, elles peuvent apparaître avant ou pendant la compétition. Vous l’aurez compris : c’est le stress ! Sans vouloir créer un climat anxiogène : une douleur à l’estomac avant ou juste après les repas peut cacher un ulcère ou une autre maladie gastrique, à soigner sans tarder. Des douleurs au niveau du nombril n’ont pas forcément pour origine un simple « point de coté ». Il peut parfois s’agir d’une atteinte du pancréas ou la vésicule biliaire, notamment si les douleurs se répètent fréquemment. Des douleurs abdominales, des coliques de bébé ou des spasmes après un repas peuvent être une réaction à une allergie alimentaire ou un excès de fibres dans l’alimentation.

Rien ne va plus !

De toute les façons, nous ne sommes pas médecin chez www.3bikes.fr, un avis médical s’impose. Alors très important : surtout, n’hésitez pas à consulter un spécialiste. Ça peut être un nutritionniste ou même un gastro-entérologue mais passez peut-être en priorité par votre médecin du sport qui saura vous réorienter correctement.

Quelle eau choisir au quotidien ?

Jean-François Tatard  40 ans. Athlète multidisciplinaire, coach en vente et consultant sportif. Collaborateur à des sites spécialisés depuis 10 ans. Son histoire sportive commence quasiment aussi vite qu’il apprend à marcher. Le vélo et la course à pied sont vite devenus ses sujets de prédilection. Il y obtient des résultats de niveau national dans chacune de ces deux disciplines.

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.