Journal de bord – Test longue durée de l’Orbea Orca OMX #5 – Confort et bilan

En complément de notre premier essai exclusif de l’Orbea Orca OMX au moment de sa présentation officielle, que vaut vraiment ce vélo à l’épreuve du quotidien ? Réponse avec le test longue durée sur nos parcours d’entrainement habituels de l’Orca M20iLTD-D, dont vous avez pu retrouver régulièrement les avancées. Cinquième volet avec le bilan de ce test intensif étalé sur 6 mois, avec notamment un focus sur le confort apporté par ce vélo.

Par Guillaume Judas – Photos : GJ / 3bikes.fr – DR

Après 6 mois et près de 10 000 km sur différents terrains, l’Orbea Orca OMX a pu montrer toute l’étendue de ses qualités, mais aussi bien sûr quelques petits défauts inhérents à ce genre de machine. Rigide, stable et tonique, le dernier Orca a été conçu au Pays basque, une région très escarpée où il vaut mieux savoir grimper, et si possible dans les forts pourcentages.

L’Orbea Orca OMX se révèle au final comme étant très polyvalent.

Malgré un poids un peu élevé pour ce modèle équipé en Shimano Ultegra Di2 Disc à 5699 € prix catalogue (autour de 8 kg tout équipé), l’Orca n’a jamais failli sur ce terrain, surtout d’ailleurs avec les roues Vision 40 SC, l’une des très bonnes surprises de ce test en raison de leur polyvalence, de leur maniabilité et de leur stabilité lors des sorties ventées.

Avec leur hauteur et leur largeur, les roues Vision 40 SC se montrent très stables lorsque le vent souffle fort de côté.

Car l’autre bonne surprise de ce test longue durée, c’est l’excellente tenue du vélo sur le plat et lors des sorties rapides. L’Orca ne semble jamais dissiper le moindre watt ou fléchir avec de gros développements. Au sprint, il se montre très efficace, que ce soit sur des démarrages presque arrêtés ou lorsqu’on est lancé à vive allure. Même s’il n’a pas été spécialement prévu pour ça, il est plus aérodynamique que son prédécesseur, notamment grâce à l’intégration des fils Di2 et des durites de freins, et à sa fourche épaisse en forme de lame, dessinée pour que la trainée se diffuse autour de l’imposant tube diagonal.

Le nouvel Orca est annoncé comme 10 % plus aérodynamique que son prédécesseur.

C’est donc la polyvalence qui prime, comme nous pouvons le vérifier sur tous les terrains. Reste cependant la question du confort, puisque la conception même du châssis ne semble pas avoir étudiée en ce sens. D’ailleurs, dès la présentation du vélo, Orbea nous confiait son parti-pris à ce sujet : plutôt que de chercher à modifier la forme des tubes au détriment de la rigidité et du rendement (sauf pour la partie supérieure du cadre) ou à placer des éléments destinés à amortir les vibrations au détriment de la prise de poids, la marque a préféré parier sur la possibilité de monter des pneus de plus grosse section, jusqu’à 32 mm.

Ici en 31 mm de section (vérifié), les gros pneus apportent du confort si nécessaire.
Le cadre accepte des pneus larges si besoin, pour plus de polyvalence, d’adhérence, et de confort.

On sait que de plus gros pneus améliorent l’adhérence, mais aussi la polyvalence du vélo en lui rendant accessibles des chemins de terre type Gravel, en plus d’apporter du confort avec des pressions de gonflage plus faibles sans perte de rendement significative. Lorsque nous avons monté des pneus tubeless de 28 mm (31 mm en réalité sur les roues Vision, dont les jantes sont larges), nous avons pu observer un gain très net dans le domaine par rapport au montage d’origine. La comparaison avec les roues DT Swiss (disponibles en option) avec des pneus de 25 mm a montré là aussi l’influence du couple roues/pneus sur la filtration des vibrations.

Journal de bord – Test longue durée de l’Orbea Orca OMX #2

 

Author: Guillaume Judas- 50 ans. - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.