Les problèmes d’assise

Cycliste du dimanche, ou athlète de haut niveau, les blessures n’épargnent aucun sportif. Elles nous rendent tristes et ronchons et méritent bien une fiche explicative en QQOQCP pour chacune. L’idée à travers cette succession de petits dossiers est de mieux les comprendre, d’adopter les bons comportements pour les éviter et la conduite à tenir pour mieux se rétablir.

Je vous propose ainsi de balayer à chaque fois, sous la forme du “QQOQCP” (Quoi, Qui, Où, Quand, Comment, Combien, Pourquoi) et en autant de dossiers que de blessures les plus récurrentes en cyclisme et en triathlon, toutes les possibilités de frustration liée à une mise au repos forcé.

Après le genou, la clavicule et le rachis, je vous propose cette fois une fiche explicative – toujours avec la démarche du QQOQCP – cette fois pour les douleurs de selle.

Par Jean-François Tatard – Photos : Frédéric Poirier 

QUOI ?

Les problèmes de siège sont des irritations au niveau de l’assise postérieure. Cela peut aller jusqu’à l’infection du follicule pilo-sébacé et évoluer vers le furoncle, qui nécessitera alors un traitement antibiotique par voie locale, voire une incision.

QUI ?

Est-il nécessaire de rappeler l’épisode Fignon sur le Tour de France 1989 ? Certains coureurs sont plus fragiles que d’autres. Il n’est pas rare de voir certains cyclistes se protéger au Cetavlon localement avant la course ou l’entraînement. Une bonne tartine de crème. Et pour la nuit comme pour le bébé un massage au Bépanthène avant de se coucher.

Différentes pommades du marché soulagent durablement les irritations et autres problèmes d’assise.

OÙ ?

L’irritation se situe au début de l’assise. Il s’agit parfois de folliculites superficielles qui peuvent se développer au niveau des poils. Et dans ce cas, pas d’autre choix que de traiter par des antiseptiques locaux. Du type Biseptine en solution, puis appliquer un peu d’Éosine aqueuse en laissant sécher quelques minutes à l’air.

QUAND ?

Pour les cyclistes particulièrement sensibles, je vous conseille en prévention avant chaque sortie une solution de tannage pour les fesses ! Mais surtout avant, il faut la tester au moins une fois à distance de la course car certains cyclistes peuvent développer une allergie.

C’est un peu la même chose que pour un marathonien. Quasiment tous les marathoniens tannent leurs plantes de pieds à plusieurs reprises avant sa course.

COMMENT ? 

Une bonne hygiène corporelle locale, avec un savon – quitte à en utiliser un gynécologique – permet d’éviter les échauffements. D’autre part, un bon entretien du cuissard est aussi un élément clé. Celui-ci doit être lavé à la main après chaque sortie, avec un savon doux, et rincé abondamment. Ou au pire à la machine. Mais on ne remet jamais un cuissard sale !

De la même façon, évitez le sèche-linge. N’utilisez pas non plus d’assouplissant. Les plus anciens faisaient sécher à l’air libre. C’est l’idée. Ne le faites pas sécher non plus sur un radiateur. C’est une mauvaise piste. Humidifier délicatement si besoin la peau de chamois du cuissard. D’ailleurs il existe des cuissards avec un amorti en gel si c’est la solution.

Une bonne hygiène corporelle et du cuissard est essentielle pour éviter les blessures.

Et pour les novices, on évite de faire du vélo avec un short et un slip et un caleçon, et surtout, on ne met pas de slip sous le cuissard ! Jamais ! 

Dans le cas des furoncles on peut envisager une application de crème Fucidine locale ou même générale. Il est en tous les cas essentiel de consulter un dermatologue au moindre doute si vraiment les lésions de folliculite simple se transforment en “kystes” car ces kystes seront peut-être à inciser…

Certains dermatos utilisent un nouveau moyen de prévention très efficace, c’est une technique très récente de laser épilatoire. C’est redoutable !

POURQUOI ?

La cause la plus fréquente des problèmes de siège pour les cyclistes est à aller vérifier au niveau des poils fins en référence au « duvet », et ces petits poils qui ont tendance à se retourner et à pénétrer sous la peau.

Le choix de la selle est également très important. Les selles molles paraissent dans un premier temps confortables, mais elles provoquent à terme des irritations à cause des frottements. Leur forme et leur largeur est aussi à prendre en compte en fonction de votre anatomie.

CONCLUSION 

Dans les prochaines fiches explicatives, je vous propose de continuer de passer en revue les blessures qui nous paralysent le plus souvent. On verra ainsi la prochaine fois, les traumatismes crâniens, les pathologies du poignet, l’endofibrose artérielle, les pathologies digestives, les fascites plantaires ou autrement appelées aponevrosites, les tendinites du tendon d’Achille, les périostites, le syndrome des loges et les pubalgies.

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Infirmerie
=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Coaching

Jean-François Tatard

Jean-François Tatard

Jeff TATARD - 38 ans. - consultant sport - athlète multidisciplinaire (running, cyclisme, route, VTT, Run & Bike) Facebook : Jeff Tatard Insta : Jefftatard

Vous aimerez peut-être :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *