Test des lunettes SCOTT Shield

Avec sa structure ouverte et son écran haute performance extra large, la Scott Shield propose un champ de vision presque sans limite. Ce nouvel opus, à la fois rétro et moderne, offre un rapport qualité prix indéniable et un sentiment de liberté presque total.

Par Pierre-Maxime BRANCHE – Photos : 3bikes.fr

Écran XXL et structure ouverte pour la Scott Shield 2020.

Si vous rentrez dans un magasin spécialisé Scott, vous pourrez repartir habillé et équipé de la tête aux pieds : maillots, cuissards, casques, sacs, chaussures, vélos évidemment de route, mais aussi VTT, gravel, city, etc. Pour les triathlètes, la marque suisse dispose même d’une large gamme de running, mais aussi d’équipement moto pour les touche-à-tout. Bref, il y en a pour tout le monde, monsieur, madame et les enfants, sport, performance, loisir ou lifestyle.

Du côté des lunettes, l’offre comprend 12 modèles aux designs marqués, performance ou lifestyle/casual. Notre test du jour, la Shield, est clairement ciblé performance et s’y démarque par la largeur de son écran, également disponible en version LS, soit Light Sensitive (lentille photochromique), à des prix très accessibles : 89,90 € et 119,90 € pour les LS.

Notre test : Scott Shield avec écran Red Chrome Amplifier et monture blanche.

La modernisation d’un modèle rétro

Pour les ingénieurs Scott, le point de départ du cahier des charges de cette nouvelle monture était simple : conserver le style rétro de la précédente mouture, lancée pour les 60 ans de la marque en 2018, portées par les coureurs professionnels de l’équipe Mitchelton-Scott et ci-dessous par ce beau spécimen, mais travailler du mieux possible l’aspect performance. Résultat, la Shield 2020 s’affirme effectivement avec un design plus moderne et un écran XXL. Mais alors vraiment XXL ! Oui, c’est la tendance du moment, depuis deux bonnes saisons au moins, une mode lancée notamment par un autre spécimen, le Slovaque et fantasque Peter Sagan, et qui a emporté une large partie du peloton pro. Moins sur les routes du week-end, en tout cas pour le moment, notons-le.

Monsieur Toutou avec la Shield 2018 lancée pour les 60 ans de la signature Scott. Copyright : Scott.

Cela plaît ou cela ne plaît pas ; cela va ou cela ne va pas… Dans mon cas, le premier essai fut un choc : entre mon petit visage, étroit, et ma tête, allongée, comment dire, disons que ce n’est pas un design qui me sied à merveille et que niveau style, on repassera. Les visages plus larges, plus carrés, apprécieront mieux ce modèle, c’est certain.

Le design en cylindre de l’écran, vue de dessous.

Écran cylindrique

Cet écran massif et cylindrique est le résultat de cette recherche de performance, de protection, mais aussi de conservation de l’héritage et de l’esprit Scott. Pour renouveler la Shield, les Suisses l’ont équipée d’une structure ouverte et épurée, très moderne, pour le coup. Face au modèle anniversaire, on remarque des lignes bien plus marquées et filantes face aux courbes et à la rondeur du design précédent. Plus d’écran et moins de structure, notamment sur le haut du verre pour laisser le champ de vision s’échapper, même chose sur le pied de l’écran. Sur les côtés, le design en cylindre est lui aussi présent pour ouvrir la vue à 180° degrés. Le tout vise à offrir un champ de vision maximal, mais aussi une protection optimale contre le vent, les rayons du soleil, la pluie et les insectes.

Le design en cylindre de l’écran, vue de dessus. Le bout des branches dispose d’un design arrondi pour supprimer les points de pression sur les tempes.

Des branches semi adaptables

On découvre également une ouverture nasale élargie et un pont de nez antidérapant et facilement ajustable, ce qui n’est pas le cas des branches latérales qui restent dans leur position d’origine. Scott a choisi de ne pas les rendre totalement adaptables. Leur design n’est ni droit, ni incurvé à leur extrémité. C’est un juste milieu étudié par la marque avec l’aide des coureurs du Team Mitchelton-Scott qui propose une courbe légère, douce, qui vient épouser les oreilles et les tempes pour se positionner. En revanche, les branches bénéficient d’une grande souplesse latérale pour s’adapter à toutes les largeurs de tête et sont agrémentées d’un insert en caoutchouc antidérapant. Autre point à noter : leur design arrondi qui permet de supprimer les points de pression le long des tempes.

Le long insert en caoutchouc antidérapant maintient parfaitement la Shield en place.
Non personnalisables, les branches ont une grande flexibilité latérale pour s’adapter à toutes les morphologies de tête.

Pas d’ouvertures pour les flux d’air

Les Shield proposent un système de changement d’écran. Plusieurs manipulations sur les branches et le pont de nez sont nécessaires pour le changer ou varier la couleur de la monture. Sept couleurs sont disponibles pour le modèle classique et deux pour la LS à écran photochromique. On remarque d’ailleurs que ce bel écran Scott Precision Optics, avec une protection contre les impacts, ne bénéficie pas d’aération pour laisser circuler les flux d’air et éviter ainsi la possible formation de buée à l’effort. Sur la balance, la Scott Shield affiche 38 g et n’existe qu’en taille unique.

Malgré cette taille XXL, la balance n’affiche que 38 g.

Grand champ de vision

Avec son écran XXL, le champ de vision de la Shield est presque aussi grand que naturellement comme si vous ne portiez pas de lunettes. Seule la partie de structure située sur le bas du verre est légèrement visible, du fait aussi du design qui remonte. Cela vaut surtout lorsque l’on garde la tête complètement droite. En position vélo, avec le corps et la tête légèrement penchés en avant, ce cadre inférieur disparaît presque totalement. Ce n’est pas du tout gênant, mais cela suffit à rappeler que le champ de vision est encadré. Le pont de nez est lui aussi un peu apparent. Ici, la structure aurait peut-être pu bénéficier d’une légère cure d’amincissement. Malgré tout, ce champ de vision non obstrué est immense et reste très agréable à l’utilisation.

De simples pressions permettent d’optimiser l’ergonomie des pads nasaux.

Ce verre extra large engendre de fait une grande protection, bien que nous ayons repéré deux petites limites. Directement face au soleil, ce verre testé, le Red Chrome Amplifier, semble laisser passer certains rayons et oblige à plisser un peu les yeux ou à détourner de temps en temps le regard. Cela s’est notamment démontré sur de longues parties rectilignes directement en prise avec le soleil, notamment en fin de journée lorsqu’il est un peu plus bas dans le ciel.

Face à un soleil de fin de journée un peu rasant, l’écran Red Chrome Amplifier ne s’est pas montré assez filtrant.

D’autre part, malgré la forme cylindrique et normalement très proche du visage souhaitée par la marque suisse, l’extra largeur entraîne quelques jours sur les formes de tête fines comme la mienne : au niveau du front, des joues, mais aussi sur les côtés. Conséquence, un petit excès de luminosité en provenance du haut de la structure, au niveau du front, facilité par la position cycliste légèrement penchée, bien que la position du casque aide tout de même à combler un peu ce jour. Lors d’un effort avec les mains dans le creux du cintre, quelques flux d’air peuvent aussi rentrer par-dessus la monture.

Sur les visages étroits, cette grande structure engendre un jour au dessus des yeux qui laisse passer un peu trop de luminosité.

Côté couleurs, le confort de vision de cet écran Scott Precision Optics est agréable. Les teintes sont assez fidèles à la réalité dans une ambiance légèrement rosée. En basse luminosité, il manque de contraste. C’est beaucoup mieux en haute lumière pour anticiper les détails de la route, éviter des pièges et choisir ses trajectoires pour votre sécurité. Malgré tout, les changements de luminosité ne sont pas problématiques, de même qu’une utilisation matinale avant le lever du soleil.

Par basse luminosité, l’écran manque un peu de contraste.

Pas de système d’aération

Comme précisé plus haut, la monture a été spécialement dessinée pour rester aussi près que possible de la tête, mais cela est encore une fois surtout vrai pour les visages un peu larges. Cela dit, le positionnement de cette taille unique est très agréable et surtout très stable. Une fois les pads nasaux bien ajustés, les branches, qui bien qu’elles ne soient pas personnalisables dans leur longueur ou dans leur forme, viennent délicatement se poser sur les tempes et l’arrière des oreilles. Aucun point de pression trop importante n’est ressenti.

En course à pied aussi, les Shield ont fait leur preuve bien qu’elles manquent d’aérodynamisme… !

Ajustées, les Shield ne bougent plus, l’insert en caoutchouc fait parfaitement son job, même en course à pied sous les chocs répétés de la foulée. Leur légèreté, 38 g pour une telle largeur et hauteur ce qui paraît raisonnable, permet de vite se concentrer sur le pilotage, l’effort et de les oublier.

Les branches en silicone antidérapant viennent se poser sans pression sur les tempes.

L’absence d’aérations directement sur le verre ou entre l’écran et la structure n’a jamais engendré la formation de buée. L’écran est resté continuellement propre, notamment en course à pied lorsque les vitesses sont moins importantes et dans les ascensions, à pied ou à vélo. À voir cependant lors des grandes chaleurs estivales.

Un très bon rapport qualité prix

Nous n’avions pas de second écran test à disposition, mais le système de changement d’écran est assez simple, sans être des plus rapides. L’astuce est qu’il faut d’abord déclipser le bas de chaque branche puis le haut. L’inverse est plus difficile et exerce une pression sur l’écran. Cette manipulation n’est pas compliquée, simplement elle ne s’effectue pas en un clin d’oeil, mais elle garantit une parfaite sécurité. Aucune chance que le verre ne se déverrouille seul ou lors d’un choc en route.

Sur les visages étroits, les flux d’air peuvent facilement passer sous la monture ainsi que sur les côtés.

Taillées pour la performance, les Scott Shield offrent une très bonne qualité d’utilisation à l’effort. Stables et confortables, légères malgré cet écran XXL à structure ouverte, elles sont d’un très bon rapport qualité-prix et conviennent particulièrement aux visages de taille moyenne à grande. Les visages les plus fins seront moins à l’aise dans la protection face à la luminosité voire au vent et, esthétiquement, disons que cela ne sera pas du plus bel effet. Enfin, qu’importe le style pourvu que l’on ait la perf’ ! À noter tout de même, un léger manque de filtre des rayons rasants et de contraste en basse luminosité. De même, le champ de vision aurait pu être encore plus large avec une épaisseur de structure légèrement plus fine, mais c’est aussi cela qui lui confère cet aspect rétro voulu par la marque dans le renouvellement de ce modèle anniversaire.

Pour moins de 90 euros, les Shield sont un très bon investissement. Si vous avez un visage large, foncez.

 

LUNETTES SCOTT SHIELD
NOTE :*****

Les + : champ de vision, stabilité, prix et rapport qualité prix.
Les – : rayons uv rasants moins filtrés, design cylindrique pour visages moyenne ou grande taille, pas de système de ventilation, couleurs en basse luminosité.

Segment Performance, route ou tout terrainStructure ouverte en polycarbonateInsert caoutchouc sur les branchesSystème de changement d’écranÉcran Scott Precision OpticsÉcran et champ de vision extra largesMonture en forme cylindrique4 lentilles différentes
1 écran photochromique (version Light Sensitive) – Taille uniquePoids : 38 g – 7 coloris disponibles de monture (2 pour la version LS)
Prix : 89,90 €, 119,90 € (LS)

Contact : https://www.scott-sports.com/fr/fr/

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

Les Scott Shield face au Cap d’Antibes.
Pierre-Maxime Branche

Pierre-Maxime Branche

- 37 ans. - Journaliste professionnel depuis 2004 en presse sport spécialisée et information générale. - Pratiques sportives actuelles : triathlon & fitness. - Instagram : pierre_maxime_branche

Vous aimerez peut-être :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *