L’homéopathie au secours des sportifs ?

Dans la famille des controverses médicales, s’il y a un sujet qui fait toujours débat, c’est bien celui du traitement par l’homéopathie. Mais alors placebo ou réelle efficacité ? Vérifions l’intérêt de ces célèbres granules blancs dans la prise en charge des traumatismes liés à la pratique de notre sport…

Par Jean-François Tatard – Photos : Frédéric Poirier, Pixabay.com, Flickr.com

Il est déjà intéressant de souligner que cette approche thérapeutique est sans danger et respecte toutes les règles éthiques et notamment celles qui protègent les sportifs du dopage. L’homéopathie dans le sport permet dans bon nombre de cas d’éviter la prise d’anti-inflammatoires. En effet, nombreux sont les médecins s’accordant à dire qu’on utilise beaucoup trop facilement les AINS. Trop souvent leur utilisation n’est pas justifiée et cela entraîne des conséquences délétères pour le foie et les reins.

Efficace ou pas, l’homéopathie est considérée comme étant sans danger.

Thérapie complémentaire 

Tout au long de sa carrière, le Docteur Ferrand, aujourd’hui en retraite mais à l’époque médecin du sport à Asnières dans le 92, a systématiquement traité toutes les entorses de ses patients, comme les déchirures musculaires et les tendinites par l’homéopathie en complément d’autres thérapies. Cela ne veut donc pas dire qu’il n’a pas associé pas le traitement à une médecine conventionnelle (kiné, ostéo, cryo, balnéo, etc). 

Protocole en cas d’entorse

Selon la gravité de l’entorse le traitement fonctionnel consistera à combiner le repos, l’application de glace, 3 à 4 fois par jour et, une contention à l’aide d’une attelle pour empêcher tout mouvement latéral et élévation de l’articulation le soir pour désenfler. Et au bout du 4ème jour déjà : on peut commencer les séances de Kiné de façon à vite remettre de la mobilité qui favorisera la cicatrisation. Quant à L’homéopathie, elle a sa place en phase inflammatoire, en limitant le saignement. Ce qui aura pour bénéfice de soulager significativement la douleur. D’ailleurs je ne comprends toujours pas pourquoi certains médecins prescrivent encore des anti-inflammatoires pour une entorse. C’est un contresens total ! Dans la mesure où la phase inflammatoire est absolument nécessaire pour la cicatrisation des ligaments par les macrophages.

PRÉCONISATION HOMÉOPATHIQUE POUR UNE ENTORSE 

Un homéopathe prescrit en cas d’entorse une ordonnance homéopathique à base de :

1. ARNICA 9CH : 5 granules, 5 fois par jour pendant 5 jours
2. APIS contre l’œdème
3. HAMAMELIS pour drainer

Puis, dans un second temps, RHUS TOXIODENDRON, RUTA GRAVEOLENS, qui agissent sur l’insertion tendineuse et sur la raideur articulaire.

En cas de traumatisme musculaire 

Dans notre sport, le traumatisme musculaire concerne surtout les ischio-jambiers, les mollets ou les quadriceps. Le médecin fait souvent appel à l’imagerie dans son diagnostic. Et ensuite comme pour l’entorse, la prise en charge repose sur du repos, du glaçage, la compression. D’ailleurs le médecin conseillera d’opter pour les mêmes produits d’homéopathie que pour l’entorse.

Associée à des soins traditionnels, l’homéopathie peut accélérer la guérison.

En cas de courbature

Quant aux courbatures, contrairement à cette croyance populaire, elles n’ont rien à voir avec l’acide lactique. Ça c’est une urban legend. En réalité elles correspondent à des microlésions des muscles qui entraînent des douleurs inflammatoires. Dans ce cas, la récupération active a du sens. Un bain d’eau froide dans le quel vous balancerez 5 kilos de glace si vous en avez le courage vous ferait aussi le plus grand bien. Et pour l’homéopathie : le MAGNESIA est excellent pour lutter contre les crampes. Le SARCOLACTICUN et le SPORTENINE supers eux aussi pour la récupération musculaire.

La récupération active est le meilleur moyen de soulager les courbatures.

En cas de tendinite

Je vais en étonner plus d’un… Mais les AINS sont inutiles en cas de tendinite. Le seul cas où ils peuvent avoir un intérêt c’est s’il s’agit d’une tendinite au niveau de la gaine du tendon. Mais autrement, c’est une hérésie d’utiliser un anti-inflammatoire. Enfin, si la Kiné est le traitement de référence, on peut y associer un traitement homéopathique.

PRÉCONISATION HOMÉOPATHIQUE POUR UNE TENDINITE 

1. RHUS ToxicOdendron
2. RUTA GRAVEOLENS
3. BRYONIA si la tendinite est aiguë.

Pour conclure

Depuis la polémique lancée par la publication des professionnels de santé contre les médecines alternatives, l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn avait fini par donner son avis sur la question. Elle avait reconnu que l’homéopathie avait probablement un effet placebo mais elle a en revanche défendu la poursuite de son remboursement parce qu’il avait été prouvé que ce traitement n’était d’une part pas nocif, et d’autre part que le placebo présentait des bénéfices.

Néanmoins, il en sort que l’homéopathie peut aussi avoir des conséquences néfastes « en fragilisant finalement la confiance des patients et du public envers la démarche scientifique fondée sur les preuves ». Alors pour conclure, je pense que l’homéopathie est intéressante mais qu’elle ne doit pas être exclusive et qu’elle doit venir en complément de la médecine conventionnelle.

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Coaching

Guillaume Judas

  - 51 ans - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.