L’homéopathie au secours des sportifs ?

Dans la famille des controverses médicales, s’il y a un sujet qui fait toujours débat, c’est bien celui du traitement par l’homéopathie. Mais alors placebo ou réelle efficacité ? Vérifions l’intérêt de ces célèbres granules blancs dans la prise en charge des traumatismes liés à la pratique de notre sport…

Par Jean-François Tatard – Photos : Frédéric Poirier, Pixabay.com, Flickr.com

Il est déjà intéressant de souligner que cette approche thérapeutique est sans danger et respecte toutes les règles éthiques et notamment celles qui protègent les sportifs du dopage. L’homéopathie dans le sport permet dans bon nombre de cas d’éviter la prise d’anti-inflammatoires. En effet, nombreux sont les médecins s’accordant à dire qu’on utilise beaucoup trop facilement les AINS. Trop souvent leur utilisation n’est pas justifiée et cela entraîne des conséquences délétères pour le foie et les reins.

Efficace ou pas, l’homéopathie est considérée comme étant sans danger.

Thérapie complémentaire 

Tout au long de sa carrière, le Docteur Ferrand, aujourd’hui en retraite mais à l’époque médecin du sport à Asnières dans le 92, a systématiquement traité toutes les entorses de ses patients, comme les déchirures musculaires et les tendinites par l’homéopathie en complément d’autres thérapies. Cela ne veut donc pas dire qu’il n’a pas associé pas le traitement à une médecine conventionnelle (kiné, ostéo, cryo, balnéo, etc). 

Protocole en cas d’entorse

Selon la gravité de l’entorse le traitement fonctionnel consistera à combiner le repos, l’application de glace, 3 à 4 fois par jour et, une contention à l’aide d’une attelle pour empêcher tout mouvement latéral et élévation de l’articulation le soir pour désenfler. Et au bout du 4ème jour déjà : on peut commencer les séances de Kiné de façon à vite remettre de la mobilité qui favorisera la cicatrisation. Quant à L’homéopathie, elle a sa place en phase inflammatoire, en limitant le saignement. Ce qui aura pour bénéfice de soulager significativement la douleur. D’ailleurs je ne comprends toujours pas pourquoi certains médecins prescrivent encore des anti-inflammatoires pour une entorse. C’est un contresens total ! Dans la mesure où la phase inflammatoire est absolument nécessaire pour la cicatrisation des ligaments par les macrophages.

PRÉCONISATION HOMÉOPATHIQUE POUR UNE ENTORSE 

Un homéopathe prescrit en cas d’entorse une ordonnance homéopathique à base de :

1. ARNICA 9CH : 5 granules, 5 fois par jour pendant 5 jours
2. APIS contre l’œdème
3. HAMAMELIS pour drainer

Puis, dans un second temps, RHUS TOXIODENDRON, RUTA GRAVEOLENS, qui agissent sur l’insertion tendineuse et sur la raideur articulaire.

En cas de traumatisme musculaire 

Dans notre sport, le traumatisme musculaire concerne surtout les ischio-jambiers, les mollets ou les quadriceps. Le médecin fait souvent appel à l’imagerie dans son diagnostic. Et ensuite comme pour l’entorse, la prise en charge repose sur du repos, du glaçage, la compression. D’ailleurs le médecin conseillera d’opter pour les mêmes produits d’homéopathie que pour l’entorse.

Associée à des soins traditionnels, l’homéopathie peut accélérer la guérison.

En cas de courbature

Quant aux courbatures, contrairement à cette croyance populaire, elles n’ont rien à voir avec l’acide lactique. Ça c’est une urban legend. En réalité elles correspondent à des microlésions des muscles qui entraînent des douleurs inflammatoires. Dans ce cas, la récupération active a du sens. Un bain d’eau froide dans le quel vous balancerez 5 kilos de glace si vous en avez le courage vous ferait aussi le plus grand bien. Et pour l’homéopathie : le MAGNESIA est excellent pour lutter contre les crampes. Le SARCOLACTICUN et le SPORTENINE supers eux aussi pour la récupération musculaire.

La récupération active est le meilleur moyen de soulager les courbatures.

En cas de tendinite

Je vais en étonner plus d’un… Mais les AINS sont inutiles en cas de tendinite. Le seul cas où ils peuvent avoir un intérêt c’est s’il s’agit d’une tendinite au niveau de la gaine du tendon. Mais autrement, c’est une hérésie d’utiliser un anti-inflammatoire. Enfin, si la Kiné est le traitement de référence, on peut y associer un traitement homéopathique.

PRÉCONISATION HOMÉOPATHIQUE POUR UNE TENDINITE 

1. RHUS ToxicOdendron
2. RUTA GRAVEOLENS
3. BRYONIA si la tendinite est aiguë.

 

Pour conclure

Depuis la polémique lancée par la publication des professionnels de santé contre les médecines alternatives, l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn avait fini par donner son avis sur la question. Elle avait reconnu que l’homéopathie avait probablement un effet placebo mais elle a en revanche défendu la poursuite de son remboursement parce qu’il avait été prouvé que ce traitement n’était d’une part pas nocif, et d’autre part que le placebo présentait des bénéfices.

Néanmoins, il en sort que l’homéopathie peut aussi avoir des conséquences néfastes « en fragilisant finalement la confiance des patients et du public envers la démarche scientifique fondée sur les preuves ». Alors pour conclure, je pense que l’homéopathie est intéressante mais qu’elle ne doit pas être exclusive et qu’elle doit venir en complément de la médecine conventionnelle.

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Coaching

Jean-François Tatard

Jean-François Tatard

Jeff TATARD - 38 ans. - consultant sport - athlète multidisciplinaire (running, cyclisme, route, VTT, Run & Bike) Facebook : Jeff Tatard Insta : Jefftatard

Vous aimerez peut-être :

5 commentaires sur “L’homéopathie au secours des sportifs ?

  1. Je lis régulièrement votre site avec intérêt, mais je ne peux vous laisser publier un tel article sans réagir.
    Comment osez-vous aborder un sujet concernant des blessures de sportifs en mettant des posologies d’une pseudo-science tant décriée.
    Quitte avec invoquer l’homéopathie, commencez par nous parler du Docteur Samuel HANNEMAN, de ses travaux de traducteur qui en 1790 lui permirent de découvrir l’existence de l’écorce amère de quinquina comme traitement du paludisme ( l hydroxychloroquine est son dérivé de synthèse , ça fait donc un bail qu’on en parle). Constatant que la prise excessive de quinquina provoquait de la fièvre , qui s’avérait être un des symptômes du paludisme, et qu’en diminuant la prise de quinquina sa fièvre disparaissait. Samuel se dit qu’il allait inventer une médecine basée sur le principe de similitude, soigner le mal par le mal , d’ou le nom Homéo (semblable) pathie. Cet homme aurait pu être l’inventeur de l’effet secondaire mais non, il nous a refourgué une pseudo-médecine. Pour rappel à la fin du 18ème la médecine traditionnelle prescrivait largement les saignées et les lavements comme remèdes à beaucoup de maux, on comprend alors l’intérêt pour l’homéopathie à cette époque !!!!
    Donc en résumé soyons sérieux l’homéopathie est fondée sur une erreur d’interprétation d’un médecin de la fin du 18 ème siècle, elle perdure de nos jours à cause de la méconnaissance de son histoire par les patients qui se tourne vers cette escroquerie intellectuelle entourée d’un décorum en latin . Je vous épargne les dilutions, la dynamisation ….mais retenez juste que pour votre entorse on vous préconise une abeille ( APIS une piqure d’abeille ça pique, ça devient rouge et ça fait mal),jetée dans le lac léman ( c’est la dilution) et évidement une gorgée du lac va apaiser votre inflammation .
    Vous êtes cycliste, l’eau salée fait rouiller nos chaines .
    Donc essayez une dilution de Natrum muriaticum ( au hazard du 5 CH ) pour lubrifier votre chaine et vous m’en donnerez des nouvelles . Si je vous avais dit de l’eau de mer diluée, vous vous seriez dit que je vous prend pour un imbécile, remarquez le pouvoir du latin.
    Pour finir le seul bienfait de l’homéopathie : l’écoute du patient et l’innocuité , mais les sophrologues, psychologues, préparateurs mentaux et les verres de lait font le même boulot.

    Merci de retirer votre article ou de publier mon commentaire.

    Grégoire

    1. Retirer notre article ? Bein voyons…
      Il nous semble avoir pris les précautions nécessaires au moment de la publication de cet article, d’abord en précisant dès la première phrase que le sujet était controversé, ensuite en concluant que si usage de l’homéopathie il y avait pour le sujet qui nous intéresse, c’est-à-dire le traitement de certaines blessures, celui-ci ne devait pas se substituer à un traitement conventionnel.
      Cet article évoque l’homéopathie comme toute autre piste, car contrairement à ce que vous semblez vouloir nous faire croire, les avis sont partagés, même au sein du corps médical. L’homéopathie n’est pas dangereuse et ne constitue pas du dopage, et encore une fois nous précisons qu’elle ne peut être suffisante pour traiter une blessure.
      A partir de là, nous avons du mal à comprendre une réaction si virulente, et surtout ses réelles motivations.

      1. Ce qui me gêne dans le ton de votre article , c’est que vous évoquez la contreverse sans l’expliquer et que vous détaillez ensuite des prescriptions en gras et en couleur, ce qui montre bien que vous êtes adepte de l’homéopathie. Je me suis donc permis d’expliquer les fondements de cette croyance.
        Le danger de l’homéopathie c’est l’obscurantisme qu’elle véhicule. Ce qui me fait être si « virulent » c’est justement les amalgames que vous faites entre médecine sérieuse, prosélytisme et lutte antidopage.
        Pour ce qui est de mes réelles motivations simplement évoquer des faits historiques.
        Monsieur TATARD vous êtes un sportif légitime pour parler de sport, vous avez travaillé ou vous travaillez dans l’industrie pharmaceutique pouvez vous me donner le nom de votre laboratoire ?
        Moi de mon coté je suis un cycliste amateur audioprothésiste dans une enseigne nationale.

        Cordialement

        1. Monsieur,
          Nous vous invitons encore une fois à relire la conclusion de cet article, qui ne peut pas être plus claire :
          « Depuis la polémique lancée par la publication des professionnels de santé contre les médecines alternatives, l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn avait fini par donner son avis sur la question. Elle avait reconnu que l’homéopathie avait probablement un effet placebo mais elle a en revanche défendu la poursuite de son remboursement parce qu’il avait été prouvé que ce traitement n’était d’une part pas nocif, et d’autre part que le placebo présentait des bénéfices.
          Néanmoins, il en sort que l’homéopathie peut aussi avoir des conséquences néfastes « en fragilisant finalement la confiance des patients et du public envers la démarche scientifique fondée sur les preuves ». Alors pour conclure, je pense que l’homéopathie est intéressante mais qu’elle ne doit pas être exclusive et qu’elle doit venir en complément de la médecine conventionnelle. »
          Dans le titre de l’article, vous noterez également qu’il y a un point d’interrogation : « L’homéopathie au secours des sportifs ? ».
          En gras et en couleur, il ne s’agit pas de prescriptions détaillées, mais de « préconisations homéopathiques » (qui relatent les conseils des homéopathes).
          Bref, encore une fois, il nous semble que nous avons pris toutes les précautions nécessaires concernant ce sujet polémique, mais vous ne pouvez tout de même pas nous reprocher de simplement l’avoir évoqué.

        2. Bonjour, et sans vouloir mettre de l’huile sur le feu d’un débat qui oppose toujours scientifiques de tous bords et qui ne sera pas réglé par les discussions entre un journaliste sportif et un audioprothésiste (avec tout le respect que je dois à vos deux professions), je pense Mr Ligier que le vocabulaire a son importance.
          « Je me suis permis d’expliquer les fondements de cette croyance… » m’interroge…
          Vous n’expliquez pas les fondements, vous racontez l’histoire du Docteur Hanneman tout en essayant de démonter par l’absurde le principe de similitude avec des exemples qui tiennent plus de la farce que d’autre chose.
          Ne soigne t-on (ou plutôt ne prévient-on) pas le mal par le mal avec les vaccins ?
          Il n’est pas plus possible aujourd’hui de démontrer l’innefficacité de l’homéopathie que ses effets thérapeutiques ou préventifs…
          Et votre virulence de propos sur ce sujet et dans ce contexte, montre également de belles croyances de votre côté.
          Si la méthode est respectueuse de l’intégrité physique et mentale de l’individu, alors la méthode ne compte pas, seul le résultat compte…
          C’est ma croyance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :