L’homéopathie au secours des sportifs ?

Dans la famille des controverses médicales, s’il y a un sujet qui fait toujours débat, c’est bien celui du traitement par l’homéopathie. Mais alors placebo ou réelle efficacité ? Vérifions l’intérêt de ces célèbres granules blancs dans la prise en charge des traumatismes liés à la pratique de notre sport…

Par Jean-François Tatard – Photos : Frédéric Poirier, Pixabay.com, Flickr.com

Il est déjà intéressant de souligner que cette approche thérapeutique est sans danger et respecte toutes les règles éthiques et notamment celles qui protègent les sportifs du dopage. L’homéopathie dans le sport permet dans bon nombre de cas d’éviter la prise d’anti-inflammatoires. En effet, nombreux sont les médecins s’accordant à dire qu’on utilise beaucoup trop facilement les AINS. Trop souvent leur utilisation n’est pas justifiée et cela entraîne des conséquences délétères pour le foie et les reins.

Efficace ou pas, l’homéopathie est considérée comme étant sans danger.

Thérapie complémentaire 

Tout au long de sa carrière, le Docteur Ferrand, aujourd’hui en retraite mais à l’époque médecin du sport à Asnières dans le 92, a systématiquement traité toutes les entorses de ses patients, comme les déchirures musculaires et les tendinites par l’homéopathie en complément d’autres thérapies. Cela ne veut donc pas dire qu’il n’a pas associé pas le traitement à une médecine conventionnelle (kiné, ostéo, cryo, balnéo, etc). 

Zoom sur le PRP

Guillaume Judas  - 51 ans - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.