Test des chaussures fi’zi:k Terra X5

Situées en milieu de gamme, les fi’zi:k Terra X5 sont des chaussures légères et résistantes pour les pratiques tout-terrain qui assurent un bon maintien et un excellent confort. Un très bon modèle qui s’adresse à ceux qui ne visent pas la performance pure car la semelle manque un peu de rigidité.

Par Guillaume Judas – Photos : 3bikes.fr

À 159 €, les fizi:k Terra X5 sont très bien finies.

Dans la gamme de chaussures dédiées au tout-terrain chez fi’zi:k, on trouve d’abord les Terra Ergolace X2 (un modèle pour le loisir), puis les Terra Power-Strap X4 (purement des chaussures de Gravel « peu engagé ») avant les Terra X5 qui sont l’objet de ce test, à 159 €. Également disponibles avec un splendide revêtement Suede (comme une peau), les X5 sont ensuite supplantées par les Vento Overcurve X3 avec une semelle plus rigide à 219 €, et enfin par les Infinito R1, le modèle haut de gamme avec deux serrages Boa, à 350 €.

Trois autres modèles sont également disponibles, mais pour des pratiques disons « alternatives », des chaussures semi-montantes assurant avant tout une très haute protection sous les conditions extrêmes (Terra Clima X2, Terra Artica X2 et Artica X5).

Le confort et le maintien sont les points forts de ces chaussures.

Les Terra X5 sont donc des chaussures de milieu de gamme, adaptées aussi bien pour le Gravel que le VTT ou le cyclo-cross. Elles bénéficient du système de montage de cales SPD avec deux trous, encastré au milieu d’une rangée de crampons assez hauts. Sous les semelles toujours, on trouve une autre partie avec des crampons sous les talons, et deux emplacements pour d’autres crampons amovibles plus ou moins hauts juste sous le devant du pied, et qui pourraient s’avérer bien utiles dans le cas d’une pratique en cyclo-cross dans la boue. Les semelles extérieures sont en TPU avec un composé de carbone, ce qui ne leur donne pas une rigidité maximale.

Les rangées de crampons servent aussi bien à la traction quand on marche ou court à côté du vélo qu’à un appui sur la plateforme de la pédale.

Un confort étonnant

L’empeigne en Microtex perforé au laser, lavable et respirant, s’avère particulièrement confortable même sous de fortes chaleurs. La conception même de cette tige frise la perfection, avec un talon confortable mais qui maintient fermement, grâce à sa forme mais aussi à des petits picots de silicone à l’intérieur qui empêchent le pied de glisser. La coupe au niveau du cou-de-pied n’est pas trop lâche, et elle est reliée à une languette avec juste ce qu’il faut de rigidité pour que le fil du serrage Boa ne vienne pas couper la circulation au dessus du pied quand il est serré au maximum. Le cadran Boa® L6 Dial B est simplifié, car il se serre avec des micro-ajustements, mais il nécessite d’être totalement libéré pour assurer le desserrage. Une bande velcro vient stabiliser l’avant-pied, mais il manque tout de même un autre cadran Boa au milieu du pied pour avoir les mêmes sensations de serrage qu’avec des chaussures haut de gamme.

Le revêtement de l’empeigne se montre facile d’entretien et confortable.
Le serrage par cadran Boa est puissant et précis.
La petite bande velcro à l’avant permet d’ajuster le serrage.

L’ouverture asymétrique de l’empeigne facilite l’entrée du pied, et vient ensuite se refermer comme une enveloppe au moment du serrage. Le maintien est très bon, même avec des pieds fins et même s’il manque un tout petit quelque chose au milieu du pied comme évoqué plus haut, et sans causer la moindre gêne lors du pédalage. Bref, on a la sensation d’être bien connecté au vélo, ce qui est aussi important en tout-terrain que sur la route.

Les bandes de protection sur le devant du pied et au talon préservent la chaussure.

Du côté des détails, nous sommes là aussi sur du haut niveau, avec des protection de l’empeigne sur le devant du pied et au talon. Enfin, une petite languette à l’arrière facilite le chaussage ou le transport des chaussures. La finition est globalement excellente pour un produit de cette catégorie.

La petite languette à l’arrière facilite le chaussage.

Les semelles intérieures viennent confirmer ce souci d’apporter du confort, car elles sont loin d’être basiques avec une cuvette de talon relativement prononcée et qui reste en forme grâce à une plaque un peu plus rigide en dessous, et une autre plaque souple sous les métatarses pour absorber un peu les chocs.

La semelle intérieure est plus évoluée qu’une simple semelle de propreté.

Bien tenu, le pied ne souffre pas d’une pointure un peu juste. Avec une taille « normale », il reste juste un peu d’espace devant les doigts de pieds pour que ceux-ci ne touchent pas l’avant de la chaussure, mais sans que cela ne donne l’impression de ne pas trouver ses appuis. Bref, il est difficile de trouver à redire en termes de finition et de fort, surtout pour un tarif abordable de 159 €.

Des chaussures polyvalentes

Les fi’zi:k Terra X5 confirment leur confort quand il s’agit de marcher ou de courir à côté du vélo, que ce soit pour franchir un obstacle ou pour accéder à la pause café. Elles épousent le pied, mais restent suffisamment flexibles pour que l’ont n’ait pas l’allure d’un pingouin en allant chercher le ravito. On apprécie aussi cette caractéristique sur certains chemins encaissés et rugueux, au moment de pousser ou de porter le vélo. Sur terrain sec, les rangées de crampons suffisent pour rester en prise avec le terrain.

À l’inverse, cette souplesse relative de la semelle devient un défaut au moment de pédaler fort, et surtout dans les relances ou lors des passages en force. La semelle fléchit un peu, jusqu’à ce qu’elle nous fasse ressentir les contours de la pédale. Évidemment, nous sommes loin de la rigidité inflexible des semelles des chaussures les plus huppées, même si ici le parfait maintien au cou-de-pied compense en partie ce qu’on pourrait ressentir comme un manque de rendement.

La semelle extérieure est sensible aux chocs et aux coups.

Si le confort répond toujours présent après de longues heures de selle passées sur différents terrains, on peut regretter aussi que les semelles extérieures soient si exposées aux chocs ou aux rugosités du terrain, au niveau du milieu du pied. Chercher un peu les pédales pour les enclencher au milieu d’un terrain difficile peut suffire à marquer les semelles.

Les fi’zi:k Terra X5 demeurent néanmoins des chaussures de tout-terrain ultra polyvalentes, agréables à porter et bien conçues, que l’on imagine à leur aise sur des aventures au long cours, en Gravel ou en bikepacking. Elles sont simplement un peu dépassées par les pratiques les plus extrêmes. Mais il y a d’autres modèles pour ça chez la marque italienne.

fi’zi:k TERRA X5
Note : *****

Les + : Confort, finition, poids, rapport qualité-prix
Les – : Manque de rigidité de la semelle, exposition de la semelle aux coups

Empeigne : Microtex perforé au laserSemelle extérieure : composite de carbone / TPU, rangées de crampons – Cales : système SPDSystème de fermeture : Single Boa® L6 Dial B et Single StrapSemelle intérieure : fi’zi:k Cycling InsolePoids : 292 g (taille 39)Pointures : 36, 37-47 en demi-pointures et 48 – Couleurs : 5 – Prix : 159 €

Contact : fizik.com

=> VOIR AUSSI : Tous nos tests Matos

Guillaume Judas

Guillaume Judas

- 48 ans. - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *