Débrider un vélo électrique désormais passible d’un an de prison

Débrider un vélo à assistance électrique (VAE) pour éviter que l’assistance ne se coupe à 25 km/h est une pratique courante, mais pourtant interdite par la loi. Les contrevenants risquent désormais un an de prison, et les fabricants de kit de débridage encourent quant à eux une peine jusqu’à deux ans.

Source : unionsportcycle.com – Photos : Pxhere.com / Pixabay.com / Amazon / 3bikes.fr

Pouvoir profiter de l’assistance électrique d’un VAE au-delà de 25 km/h : si l’idée peut sembler séduisante au premier abord, elle s’avère non seulement dangereuse, mais elle est désormais punie par la loi.

Les chiffres du dernier Observatoire du cycle en témoignent, et la prochaine édition devrait le confirmer : le VAE fait de plus en plus d’adeptes en France. Ses utilisateurs apprécient le confort de l’assistance électrique, qui leur permet de pédaler plus vite en fournissant un effort moindre. Avec une limite : l’assistance électrique s’arrête lorsque le vélo atteint les 25 km/h. Au-delà, seul l’effort de pédalage de l’utilisateur lui permet d’accélérer. Des caractéristiques qui distinguent clairement les VAE des cyclomoteurs et les inscrit durablement comme des engins de mobilité douce.

Une limite jugée trop contraignante pour certains, qui ont pu être tentés par l’installation de kits de débridage sur leur vélo, leur permettant de prolonger l’assistance électrique bien au-delà de 25 km/h. Problème : c’est dangereux, et c’est illégal.

On peut ainsi croiser des VTT électriques avec un moteur de 500 watts transformés en mobylette, ou encore des vélos de ville plus rapides que des Solex pilotés par des vélotaffeurs en chaussures de ville.

Pourtant, et c’est une tendance notée sur la nouvelle catégorie de vélos de route typés course, les fabricants jouent la modération en proposant des modèles destinés à donner un coup de pouce dans les difficultés, mais pas à battre des records, avec une puissance limitée à 220 ou 250 watts et un couple raisonnable. Ces vélos légers et maniables sont d’ailleurs très proches des vélos de route traditionnels en termes de comportement au-delà de 25 km/h.

Une pratique dangereuse car non prévue

Un VAE mis sur le marché est conçu pour offrir une assistance électrique jusqu’à 25 km/h. Débrider le vélo peut alors entraîner une usure prématurée du cadre, de la fourche, des freins et des roues, ou encore une dégradation du moteur et de la batterie.

Un danger pour la sécurité, donc, mais également un risque de surcoûts de réparation non-négligeable.

Sans compter que l’engin débridé n’est plus considéré comme un vélo mais comme un cyclomoteur. En conséquence, il n’est plus couvert par la garantie (ni par le constructeur ni par le magasin) et son propriétaire circule sur un engin non homologué et n’est pas assuré. Un bricolage lourd de conséquence en cas d’accident, surtout si celui-ci implique des blessés.

Un délit désormais puni par la loi

Promulguée fin décembre 2019, la Loi d’orientation des mobilités modifie le Code de la route et interdit cette pratique : un an d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende sont désormais requis pour un professionnel qui modifie « le dispositif de limitation de vitesse afin de permettre (…) au cycle de dépasser sa vitesse maximale autorisée ». Les articles L317-1 et suivants précisent notamment que « le cycle sur lequel l’infraction a été commise est immobilisé et retiré de la circulation jusqu’à ce qu’il ait été mis en conformité ou réparé. » Les fabricants de kits de débridage encourent, quant à eux, deux ans d’emprisonnement.

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Mag

 

Vous aimerez peut-être :

24 commentaires sur “Débrider un vélo électrique désormais passible d’un an de prison

  1. Chaque jour qui passe = une liberté en moins. Pas la peine de prévoir des peines de prison, nous y sommes déjà. Très bientôt quand on ira pisser en se levant le matin un écran s’allumera instantanément te montrant tes analyses et le menu obligatoire de ton petit déjeuner.

    1. On vit dans un pays où de plus en plus de libertés sont évincées par des érudits sans aucun sens moral,et déconnectés de la réalité, quand je vois les sorties cyclistes locales avec des cyclos-courses qui en descente frisent les 60 km/h,cette loi me fait rire jaune😠,j’ai un vtt et je pense acheter un kit vae,mais c’est sûr que je ne me trainerais pas à 25 km/h ,je ferais ce qu’il faut pour cela .

      1. Bonsoir,
        Il nous semble que ceux qui roulent à 60 km/h avec des cyclo-courses comme vous dites ont sûrement une certaine expérience pour le faire, avec des vélos légers et maniables, ce qui n’est pas forcément le cas de ceux qui ont besoin d’un VAE (et donc d’une assistance) pour faire du vélo, d’autant plus avec un vélo souvent beaucoup plus lourd et moins maniable qu’un vélo de course.
        Notez d’ailleurs que rien dans la loi ne vous interdit de rouler à plus de 25 km/h avec un VAE, mais il faut que ce soit fait à la force de vos jambes, et pas avec l’aide d’un moteur.
        Sinon, vous avez la possibilité de vous équiper d’un Speed-bike, dont l’assistance se coupe à 45 km/h, et non à 25. Mais dans ce cas, vous avez l’obligation de porter un casque intégral, de faire immatriculer le véhicule, et de prendre une assurance.
        Car un VAE qui propose une assistance de plus de 25 km/h n’est tout simplement plus un vélo.

  2. Cette limite de 25km/h est arbitraire et stupide, on demande juste à rouler comme un velo normal, environ 30-35 km/h voire 40 en descente, car dire qu’on peut aussi pédaler à partir de 25km/h, c’est ignorer le poids de ces vélo et la galère que c’est de pédaler vite dessus. Cette loi idiote est la principale raison du débridage massif de gens qui en ont marre de se faire doubler par des velib et autres mauvais vélo qui roulent à 35 en descente et ensuite s’entasse devant vous dès que ça remonte et vous ralentissent. (et on ne parle pas des voitures qui sont très genées par un velo à 25km/h, surtout qu’en Ile de France la fréquentation des pistes et routes par les vélos a explosé.

    1. Comme vous pouvez le voir sur nos différents tests de vélos assistés, il est tout à fait possible de rouler au-dessus de 25 km/h, lorsque l’assistance se coupe. La plupart des vélos assistés, du fait de leur poids, sont certes moins agréables à rouler que des vélos classiques autour de 30 km/h, mais ils ne sont pas prévus pour un usage sportif ou dans le but de réaliser des performances de toute façon.
      Ce type de vélo est prévu pour les gens qui manquent de condition physique, pour les aider à rouler avec moins d’effort, mais pas pour rouler plus vite.

      1. Noidounet, j’ai une bonne nouvelle pour vous… !
        Vous avez le droit de rouler sur la chaussée avec votre vélo !
        Le code de la route vous y autorise depuis plus de 100 ans… ! ^_- LOL
        Plus d’ennui de bouchons sur les voies cyclables… ^_^

  3. Belle hypocrisie encore que cette pseudo règle dictée par des gens qui n’ont jamais fait de vélo. 25 kmh c’est ridicule, même en vtt normal on est souvent entre 30 et 35 km sur du roulant……..mon débridage ne me servirait qu’a ne plus avoir de frein moteur (car 24 kg a la force des mollet c’est un frein moteur) lorsque je veux rouler normalement sur des parties plus linéaires.

    1. Un VAE n’est pas fait pour concurrencer un VTT normal. Répétons-le, un VAE est conçu pour les personnes qui ont des problèmes physiques, qui manquent d’entrainement ou qui sont trop âgées pour pouvoir affronter certaines difficultés.
      Un VTT électrique facilite l’accès à certains terrains après des montées longues et difficiles, pour pouvoir se faire plaisir ensuite sur les parties techniques en descentes. Mais ce genre de vélo n’est pas fait pour rouler « vite » en profitant de l’assistance.

      1. @Guillaime non, un vae devrait aussi être fait pour quelqu’un qui a les conditions physiques et l’expérience mais qui ne souhaite pas arriver en sueur au boulot…

        1. Cela reste tout à fait possible, en se promenant à 25 km/h tout en profitant de l’assistance électrique.

          1. Oui mais j’en vais plus vite sur un vélo classique… Moi je voudrais pouvoir aller à la même vitesse en vélo électrique en me fatiguant moins. Seulement avec cette loi décidée certainement par des gens qui ne font pas de vélo, je peux effectivement me fatiguer moins mais à conditions de rouler moins vite qu’en vélo normal. Désolé mais c’est n’importe quoi.

          2. Vous voulez donc une loi adaptée à vos propres besoins, et sans tenir compte de l’intérêt général ?
            Comme précisé dans un autre commentaire, vous pouvez vous équiper d’un Speedbike (limite à 45 km/h, pièces prévues à cet effet, mais obligation de plaque d’immatriculation, casque intégral et surtout ASSURANCE spécifique). Vous pouvez aussi, le cas échéant, vous équiper d’un scooter. Vous serez ainsi certain de rouler plus vite qu’avec un vélo classique, sans arriver en sueur au travail.

          3. Intérêt général, un bien grand mot pour du vélo… Ok donc dans ce cas il faut rendre le port du casque intégral obligatoire aussi pour les cyclo touristes capables de rouler à 45km/h et plus. Si le problème est la vitesse, ya pas de raison.

          4. Le VAE se développe à vitesse grand V en France et en Europe. On parle de plus de 2 millions de ventes dans toute l’Europe en 2020. Il faut bien encadrer cette nouvelle pratique. Et notez que cette limite de 25 km/h est la même dans toute l’Europe. Ce n’est pas seulement en France. Il est de la même façon interdit de booster les performances d’une voiture (en changeant la cartographie ou en mettant une puce) au-delà de ce qui est prévu par le constructeur. Pourquoi cela serait-il différent pour un VAE ?

          5. Prenons un exemple dans ce cas. 2 amis sortent en vélo. 1 en vae débridé pour suivre son ami plus sportif lui en vélo classique. Ils ont un accident en même temps causé par exemple par un refu de priorité d’un autre vélo. Pourquoi est ce que le vélo électrique aurait plus de problème juridique que l’autre alors qu’il roulait à la même vitesse tout les 2, sur la même route, au même moment ?
            Cette loi est injuste. Je suis évidemment pour limiter la vitesse des vae mais pas à 25km qui est la même limitation que pour les trottinettes électriques plus dangereuses à cette vitesse. C’est stupide. Il faut respecter les lois évidemment mais si on veut qu’elles soient respectées, il ne faut pas juste faire preuve d’autorité mais faire des lois justes et intelligentes afin qu’elles soient comprises et acceptées.

          6. Tout simplement parce que un VAE n’est pas fait pour une utilisation de « performance » mais pour favoriser les mobilités douces.
            C’est cela qu’il faut accepter.
            Nombreux sont les cas de cyclistes qui utilisent le VAE de route pour pouvoir poursuivre leur activité et effacer plus facilement les difficultés. Mais le but n’est pas de rouler aussi vite que des cyclistes parfaitement entrainés ou de 30 ans plus jeunes.
            Et encore une fois, ceux qui veulent rouler plus vite peuvent toujours rouler en Speedbike. Il suffit juste de comprendre que ce ne sont pas les mêmes machines, et pas avec les mêmes règles.
            Une règle peut être stupide de votre point de vue, mais qui est la même partout en Europe.

  4. Perfomance vraiment ??? Je vous défie de venir faire du vélo au porte du soleil en Suisse et ensuite on parle de performance et manque de physique !!! Commentaire à côté erreur ou incompétence ? Ici, les vélos électriques sont ici pour gravir des montagnes pas de colline !!!!

    1. Pardon, mais la montagne, nous connaissons 🙂 Et nous savons gravir des cols à la seule force de nos mollets.

  5. La France et ses règles toutes pourries faites part des rond de cuir qui ne connaissent rien la vie quotidienne!
    Plus de puissance = immatriculation, assurance, équipements ; comme d’habitude , la POMPE À FRIC .
    On nous parle de sécurité pour faire valoir ces décisions, et bien soit , alors pourquoi n’y a t’il pas de double rembarde de protection dans les virages sur autoroutes et voies expresses pour éviter que les motards ne ce fassent couper en deux ( 50 km/h suffise ) ?????? Cela fait plus de 30 ans que c’est réclamé, mais cela ne gagne pas de FRIC.
    Une fumisterie ces VAE .

  6. Une règle débile. À Paris le VAE me sert surtout à éviter de graves problèmes respiratoires causés par la respiration de particules d’échappement.
    J’ai une bonne condition physique et fait du vélo de route en col en loisir. Mais au quotidien, j’ai du troquer mon vélo sec pour un VAE car respirer en effort sur mon trajet en agglo parisienne c’est un coup à se chopper une BPCO. 25 km/h c’est l’assurance de se faire doubler agressivement par des automobilistes excédés.
    Cette règle est effectivement débile. Un 32 km/h comme au Canada ou aux USA serait déjà plus censé. L’argument selon lequel les VAEs ne sont pas conçus pour ces vitesses est juste risible est révélateur de votre ignorance. Autant prendre la moto pour aller taffer et continuer à filer des cancers à tout le monde.

    1. Cette règle « débile » comme vous dites est appliquée dans tous les pays de l’Union Européenne. Reste à savoir ensuite si 25 km/h ou 32 km/h change réellement quelque chose à l’agressivité des automobilistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :