Test du home-trainer connecté à rouleaux Elite Nero

Le home-trainer connecté Elite Nero dispose de presque tous les atouts nécessaires pour réconcilier les puristes du coup de pédale naturel avec les férus de nouvelles technologies et des applications comme Zwift ou Bkool. Trois rouleaux comme à l’ancienne mais une résistance qui s’adapte automatiquement aux variations d’intensités imposées par le logiciel : de quoi assurer un entrainement indoor de qualité avec des sensations réalistes.

Par Guillaume Judas – Photos : 3bikes.fr

Avec sa connectivité et son châssis flottant, l’Elite Nero offre des sensations de pédalage naturelles.

La pratique du home-trainer à rouleaux est presque aussi ancienne que celle du vélo. Appareil d’échauffement, de retour au calme (sur piste ou en cyclo-cross principalement), ou même d’entrainement à l’intérieur les jours de très mauvais temps, le home-trainer composé de trois rouleaux reliés par une ou deux courroies mais sur lequel il faut trouver l’équilibre permet de travailler la fluidité et la souplesse du coup de pédale, à défaut de la puissance musculaire pour les modèles les plus basiques. Simple, facile à transporter et à monter, ce type de home-trainer impose parfois de jouer du dérailleur et d’utiliser de très gros développements pour offrir une résistance tout juste suffisante.

=> À LIRE AUSSI : Les conseils de Yoann en Vidéo – L’intérêt du home-trainer à rouleaux

Depuis quelques années, d’autres appareils sont apparus sur le marché, plus lourds, plus stables, avec une résistance parfois très élevée et qui maintiennent parfaitement le vélo pour un véritable entrainement en intérieur. Et avec eux des logiciels et applications qui font fureur, soit pour leur technicité et la qualité qu’ils apportent à l’entrainement, soit pour le côté ludique, comme c’est le cas avec Zwift. Et c’est grâce à la connectivité entre le home-trainer et le logiciel ou l’application que tout cela est rendu possible, même si, de notre point de vue, il manque quelque chose en termes de « pilotage » avec ces appareils. Sans compter les contraintes imposées au vélo et au cadre en particulier, lorsque de fortes intensités sont appliquées sur les pédales mais avec une partie de la machine qui est complètement fixe. Difficile de savoir ce qu’il en est vraiment de ce côté-là, même si certaines marques comme Canyon affirment qu’il n’y a aucun problème avec ses vélos par exemple.

Guillaume Judas  - 51 ans - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.