Code de la route – Un cycliste décède : le parti-pris de la presse locale

Le traitement d’un accident de la route impliquant un cycliste cette semaine par la presse locale en Dordogne fait débat. Consciencieusement ou fort maladroitement, le journaliste de l’édition locale du grand quotidien régional Sud-Ouest limite les responsabilités du chauffard responsable. Une attitude fréquente qui entretient le sentiment d’impunité des contrevenants au Code de la route, et qui risquent des vies.

Par Guillaume Judas – Photos : Pixabay / Copies d’écran Sud-Ouest / DR

Mercredi 18 décembre à Bergerac (Dordogne), un octogénaire circulant à vélo était percuté par le chauffeur d’un camion, et décédait la nuit suivante alors qu’il avait été héliporté entre-temps vers l’hôpital à Bordeaux.

Un fait divers malheureux, et qui se reproduit bien trop souvent en France, où 175 cyclistes ont trouvé la mort sur la route en 2018 (chiffre en hausse tous les ans), soit 5% du nombre total de décès lors des accidents de la route.

L’Observatoire national interministériel de la sécurité routière estime même que pour chaque heure passée en selle sur la route, un cycliste a trois fois plus de chance d’être victime d’un accident qu’un automobiliste.

Des chiffres effrayants, et qui sont souvent mal relayés aussi bien par la presse nationale que par la presse régionale ou locale. Ou plutôt, qui sont parfois expliqués par l’imprudence des cyclistes, en oubliant que même maladroit ou mal intentionné, un cycliste n’a jamais tué un automobiliste derrière un volant. En oubliant aussi les règles fondamentales de sécurité lorsque les risques de collision sont les plus élevés, et notamment en doublant ou en croisant un ou des cyclistes.

Le traitement de l’information concernant l’accident de Bergerac est symptomatique du manque de conscience total des responsabilités de chacun, dans ce qui pourrait d’ailleurs être classé comme homicide volontaire. Même si ne connaissant pas tous les détails et circonstances, il ne nous viendrait pas à l’idée de présager du rapport final de l’enquête.

Néanmoins, voici ce qu’on apprend en lisant l’article de Sud-Ouest publié le 19 décembre, et mis à jour partiellement le 20 décembre après plusieurs plaintes sur Twitter.

Lien de l’article en ligne actuellement : Sud-Ouest

Dans un premier temps, le journaliste écrivait que le cycliste avait « percuté un camion qui le suivait« . Une maladresse corrigée en partie par la suite, mais qui démontre tout de même un parti-pris évident dès le début de l’article.

Une phrase corrigée par « Un cycliste qui circulait dans le sens Bergerac-Périgueux bifurquait à gauche, vers le quartier des Vaures, lorsqu’un petit camion qui le suivait est entré en collision avec lui. » On note que la notion de petit camion est mise en gras, et qu’on parle toujours de collision, alors qu’il s’agit purement et simplement d’un conducteur qui a percuté un cycliste par l’arrière. Il nous semble pourtant évident que le conducteur doit toujours rester maître de son véhicule, et que lorsqu’il respecte les distances de sécurité obligatoire (1m latéralement en ville, et suffisamment par l’arrière pour avoir le temps de freiner), cela ne devrait pas arriver.

Le journaliste poursuit : « Les circonstances dans lesquelles a eu lieu l’impact ne sont pas encore clairement établies, mais le cycliste a lourdement chuté. » On va vous expliquer ce qu’il s’est passé. Un « petit camion » (sans doute de plus de 3 tonnes) a percuté par l’arrière un cycliste de moins de 100 kg avec son vélo. Que croyez-vous qu’il puisse se passer dans ces cas-là ?

« Ne portant aucune protection, il était dans un état critique à l’arrivée des secours. » Le journaliste met en gras, et insiste donc sur le fait que le cycliste de portait aucune protection. De quoi parle-t-il ? D’un casque, d’une armure, d’une carrosserie ? Il semble oublier que le casque n’est pas obligatoire à vélo, sauf en compétition et sauf pour les enfants de moins de 12 ans sur la voie publique. Et oublier également qu’un casque de polystyrène n’a que peu d’effet face à un camion de 3 tonnes ou plus.

Author: Guillaume Judas- 50 ans. - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.