Test du Kask Utopia

Développé avec les coureurs du Team Sky (devenu depuis Ineos) le casque Kask Utopia est revendiqué comme étant l’un des modèles route les plus aérodynamiques du marché, tout en restant léger, aéré et confortable. Test d’un casque qui permettrait d’économiser jusqu’à 6 watts à 50 km/h.

Par Guillaume Judas – Photos : @3bikes.fr

test-kask-utopia
Le Kask Utopia se montre très sobre en blanc.

Parmi les modèles haut de gamme de la marque italienne Kask, l’Utopia se place au même niveau que le Valegro et le Protone, même s’il est très légèrement plus onéreux à l’achat. Le Valegro est un casque très léger et hyper aéré avec 37 ouvertures pour la ventilation, quand le Protone est le modèle polyvalent de la gamme. Conçu en collaboration avec les coureurs de l’équipe spécialiste des gains marginaux (le Team Sky devenu depuis le Team Ineos), l’Utopia est quant à lui destiné aux parcours roulants où l’aérodynamisme est primordial. Une catégorie de casques qui connait un franc succès ces dernières années, que ce soit sur route ou en triathlon, surtout quand on prend conscience des économies d’énergie possibles grâce à cet accessoire.

Pour créer l’Utopia, Kask affirme s’être appuyé sur la forme des dix meilleurs casques aérodynamiques du marché, avant de les recréer en 3D pour une simulation de dynamique des fluides numérique (CFD). Les différents modèles ont ensuite été testés à différentes vitesses et sous différents angles, avant d’aboutir à la forme définitive de l’Utopia, censé se montrer plus économe en énergie jusqu’à 6 watts à 50 km/h.

test-kask-utopia
Ce modèle est destiné à fendre l’air.

Nous vous entendons déjà sourire et penser que 6 watts, qui plus est à cette vitesse, ce n’est presque rien. Sauf que ces gains « marginaux » peuvent s’accumuler avec d’autres et qu’au final, avec le même entrainement et les mêmes capacités physiques, vous pouvez rouler vraiment plus vite en adoptant le bon matériel. Et si votre vitesse moyenne est moins élevée, vous gagnez certes moins de watts, mais vous gagnez au final plus de temps sur un même parcours, car vous passez plus de temps sur le vélo. C’est mathématique.

Avec le même entrainement et les mêmes capacités physiques, vous pouvez rouler vraiment plus vite en adoptant le bon matériel.

Bien sûr, puisque nous n’avons pas les moyens de vérifier les données chiffrées de Kask, reste à faire entièrement confiance à la marque sur ce point. Et à tester les autres caractéristiques plus visibles de l’Utopia.

Un poids léger

Avec 244 g en taille S, l’Utopia est à peine plus lourd que le Protone dans la même taille (220 g) et un peu au-dessus du Valegro (186 g). Mais il reste léger pour un casque aéro dont le profil en forme d’ogive et le nombre d’ouvertures limité ne sont pas favorables au gain de poids. Une fois posé sur la tête, la différence est totalement invisible de ce point de vue-là en tout cas, et n’est pas un argument au moment du choix.

Comme d’habitude chez Kask, la finition est d’excellente facture.

On note la présence de neuf entrées d’air, pour le faire circuler au-dessus de la tête. Leur placement et leur orientation favorisent le déplacement de l’air sur le crâne, afin d’éviter la surchauffe dans les conditions météo défavorables. Une ventilation suffisante à vitesse élevée pour se montrer sensible même quand il fait froid. En dessous de 10°C, une casquette ou un sous-casque sont nécessaires pour éviter d’avoir froid. Nous sommes loin des véritables casques de contre-la-montre qui peuvent se révéler de véritables cocotte-minutes dans certaines conditions.

test-kask-utopia
Les ouvertures à l’arrière du casque sont destinées à refaire sortir l’air.

À l’intérieur, le casque bénéficie d’un rembourrage respirant et à séchage rapide, avec une couche de 5 mm d’un matériau nommé Resistex, censé évacuer l’humidité de la tête et la déplacer vers la coque. À base de charbon actif, ce matériau profite de diverses caractéristiques telles qu’une dispersion des charges électriques accumulées dans l’environnement pendant l’effort, le respect de la peau et une protection contre les bactéries et les allergies, et une aide au maintien de la température.

Plusieurs systèmes d’ajustement se cumulent.

Pour le placement sur la tête, le Kask Utopia profite de plusieurs systèmes d’ajustement. Il s’agit d’abord d’une molette de serrage micrométrique pour le maintien occipital (Octo Fit). Un maintien qui se règle aussi en hauteur grâce à une tige de plus de 5 cm qui comporte 26 crans. D’autre part, de chaque côté de la molette, deux supports sont ajustables par l’intermédiaire de trois autres crans. Ils se positionnent sur la base du crâne pour stabiliser le port quelle que soit la forme de la tête. Enfin, on retrouve deux sangles indépendantes qui ne se règlent pas en longueur. Par contre, la jugulaire en cuir écologique hypoallergénique et lavable permet d’ajuster la longueur du serrage sous le menton. Des caractéristiques communes aux Valegro et Protone, qui font une bonne partie du succès de ces casques Made In Italy, à la finition irréprochable.

La lanière en cuir synthétique est douce au toucher.

Disponible en blanc, orange, noir et rouge et plusieurs variations de noir, l’Utopia manque cependant un peu de « cachet » en version blanche, surtout vu de côté, où il fait presque preuve de trop de sobriété de notre point de vue. Une observation purement subjective.

Rapide et polyvalent

Même si nous n’avons pas pu tester le Kask Utopia sous de fortes chaleurs, nos conditions d’entrainement des dernières semaines ont été suffisamment variées pour se faire une idée de son confort et de son niveau de ventilation. Sur la tête, le positionnement du casque parait un peu moins naturel que celui du Protone utilisé presque quotidiennement, sans doute en raison du large canal central destiné à la circulation des flux d’air, et au-dessus desquels reposent les deux longues mousses en Resistex. Bref, le premier contact n’est pas aussi « doux » qu’avec le Protone, surtout avec les cheveux très courts.

test-kask-utopia
À la condition de rouler vite, l’Utopia apporte une bonne ventilation.

Rien à dire au niveau du respect de la taille, ni du maintien occipital, suffisamment souple et adaptable pour convenir à toutes les formes de crâne. On peut même glisser une casquette ou un sous-casque pour combattre le froid, et adapter le réglage du casque en desserrant l’Octo Fit ou en le réglant en hauteur. La jugulaire en cuir synthétique est en revanche un peu plus délicate à desserrer car plus rigide qu’une simple lanière. Et si elle est beaucoup plus qualitative que la plupart des lanières des casques du marché, notons qu’on a un peu de mal à la laisser plaquée contre le cou, en raison de la raideur induite par la boucle de serrage. Une caractéristique pas vraiment gênante sur un Protone ou un Valegro, mais plus embêtante sur un casque aéro comme l’Utopia, quand on sait qu’une lanière flottante peut tout gâcher en termes d’aérodynamisme.

Les boucles des lanières peuvent ce pas coller au visage et au cou.

Sur ce point-là, impossible pour nous de vérifier les données avancées par Kask. Mais le casque semble tout de même vous aider à filer dans le vent, et sans aucun bruit parasite. la ventilation est très bonne… à condition de rouler vite. Dans ces conditions, on sent bien l’air circuler au-dessus du crâne, ce qui nécessite même le port d’une casquette quand il fait frais comme nous l’avons dit plus haut. Par contre, à basse vitesse sous une vingtaine de degrés et dans une ascension lente, l’Utopia est moins aéré qu’un casque prévu à cet effet, c’est évident. On sent peu à peu moins de ventilation ou de « respiration » et le casque apparait rapidement plus lourd qu’il ne l’est.

Le système de maintien occipital est pratique à régler.

Et c’est aussi dans ces conditions particulières qu’il peut être nécessaire d’écarter ses lunettes du visage, pour éviter le transpiration dans les yeux ou qui tombe à l’intérieur des verres. Avec de nombreux casques, il est facile de placer les branches des lunettes dans les trous d’aération pour les faire tenir le temps de l’ascension. Mais pas ici, où ce Kask Utopia ne peut pas recevoir les branches de lunettes sur le dessus, qu’il s’agisse de lunettes Rudy Project, Oakley et même celles de la marque Koo, de la même maison que Kask.

test-kask-utopia
Le Kask Utopia s’apprécie même en groupe !

Il ne s’agit pas là d’un défaut rédhibitoire, mais qui limite juste un peu le champ d’action de l’Utopia. Ce casque se destine à la compétition ou aux entrainements rapides sur le plat ou sur terrain légèrement vallonné. Si vous êtes un cyclosportif qui compte gravir l’Alpe d’Huez l’été prochain, il y a d’autres modèles plus performants pour cela chez la marque italienne.

KASK UTOPIA
NOTE : *****

Les + : aérodynamisme, ajustement, finition, polyvalence
Les – : manque de ventilation à basse vitesse, pas de placement possible pour les branches des lunettes sur la coque

Construction In Molding
Structure interne polyester
Coque externe polycarbonate
9 aérations
Réglage molette Octo Fit
Mousses 3D Dry antibactériennes et antistatiques
Jugulaire en cuir écologique, hypoallergénique et lavable
Sécurité MIT (Kask)
Coloris : 6
Tailles : S (50-56), M (52-58) et L (59-62)
Poids (S) : 244 g (constructeur)
Prix : 249 €

Contact : www.kask.com

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

Guillaume Judas

Guillaume Judas

- 48 ans. - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *