Test du cuissard Castelli Free Aero Race 4.0

Le nouveau cuissard Castelli Free Aero Race 4.0 a été développé pour et avec les coureurs de l’équipe Ineos (ex Team Sky). C’est un modèle performant, mais aussi très confortable dans le cadre d’une utilisation sportive ou « engagée ». 

Par Guillaume Judas – Photos : 3bikes.fr

Travailler avec l’équipe la plus prolifique de ces dernières années sur les grands Tours et connue pour sa théorie des gains marginaux implique de fréquentes remises en question. Mais Castelli n’est pas non plus la dernière venue dans le monde du vélo, puisque c’est par la marque au scorpion que sont apparus les premiers cuissards en lycra au début des années 80, ou plus récemment les fameuses vestes Gabba, copiées – mais rarement égalées – par l’ensemble de la concurrence depuis quelques années. Castelli, ce sont donc de fréquentes innovations, mises au service des équipes professionnelles, mais aussi des pratiquants dont la performance est la principale préoccupation.

Le cuissard et le maillot Free Aero Race visent la performance, mais aussi le confort.

Parmi les caractéristiques utiles à la performance justement, il y a l’aérodynamisme, la légèreté, la respirabilité, l’isolation et le confort, à des degrés divers selon l’objectif du vêtement. Pour ce nouveau cuissard Free Aero Race 4.0, dont c’est la quatrième version comme son nom l’indique (le premier modèle du nom est sorti en 2007), l’idée n’est rien de moins qu’en faire le cuissard de course pour tous les parcours, pour les professionnels. C’est dire son niveau de développement, même s’il existe dans l’absolu plus léger, plus aéré et sans doute plus rembourré au niveau du fond de cuissard. Mais attention, car le confort ne se juge pas seulement au moelleux de la selle ou de la peau de chamois. Le placement de cette dernière, ses coutures et ses capacités à éviter les frottements, sources de blessures à la longue, sont aussi fondamentaux pour apporter du confort lorsqu’on pédale de façon dynamique (et pas seulement en se laissant glisser en roue libre dans les faux plats descendants).

La surface du tissu est destinée à maîtriser les flux d’air.

Quant au côté aérodynamique vanté par la marque, même s’il nous est impossible de le vérifier sur le terrain avec nos moyens de mesures, on sait déjà qu’il est prédominant quand il s’agit de tenue vestimentaire. Le cuissard est donc fabriqué à partir d’un tissu avec une surface capitonnée, connue pour maîtriser les flux d’air.

Une nouvelle construction

Pour développer ce nouveau cuissard, chacune de ses parties a été réfléchie. Nouveaux matériaux, nouveau type de construction, nouvelle peau de chamois, afin d’améliorer le confort en optimisant d’abord l’ajustement pour offrir le plus possible de liberté de mouvements, tout en restant bien sûr aérodynamique. Douze panneaux sont donc utilisés pour la fabrication de ce cuissard et afin d’assurer son maintien sans impression de compression mal placée.

12 panneaux et avec différents types de tissus sont utilisés.

Les bas de jambes sont découpés au laser avec un matériau plus doux et plus extensible. À l’intérieur, des bandes de silicone verticales ne limitent pas l’étirement des ourlets pour un meilleur ajustement tout en améliorant le confort ressenti le long des cuisses.

Les bandelettes en silicone sont placées verticalement pour un maintien sans compression mal placée.

Les bretelles et le dos se distinguent par leur côté minimaliste, avec une matière d’apparence luxueuse, respirante et légère, destinée à se faire totalement oublier par temps chaud. On remarque dans le dos une petite poche pour ranger une radio, afin de répondre aux besoins des cyclistes professionnels.

La partie en mailles des bretelles est d’apparence très luxueuse.
Dans le dos, une petite poche est destinée au placement de la radio de course, pour les professionnels.

Le nouvel insert Progetto X2 Air Seamless est surtout l’élément sur lequel vous porterez votre attention pour évaluer le confort du cuissard. Par rapport à la déjà excellente peau Progetto, il se montre plus doux au toucher et plus étirable, avec trois couches.

Sous la couche supérieure de l’insert, on trouve un rembourrage plus ou moins épais selon l’emplacement, et enfin une sorte de coussinet visqueux perforé qui se déplace indépendamment de la couche extérieure.

Sous la couche supérieure, on trouve un rembourrage plus ou moins épais selon l’emplacement, et enfin une sorte de coussinet visqueux perforé qui se déplace indépendamment de la couche extérieure. C’est l’assurance d’une excellente adaptation à toutes les formes de fesses et de selles, ainsi qu’à tous les styles de pédalage.

On trouve différentes épaisseurs au niveau de l’insert.
Le tissu est très doux pour la peau et évite ainsi les irritations, même par forte chaleur.

Sur la route

L’ajustement se montre d’emblée excellent, alors qu’il faut choisir finalement parmi seulement six tailles. Quand on y pense, six tailles pour s’adapter à toutes les morphologies tout en conservant les qualités de confort et d’aérodynamisme, c’est relativement peu. Mais ici, nous remarquons que le cuissard est juste un poil long à notre goût sur les cuisses, mais c’est la mode actuelle. Et c’est aussi l’assurance, nous dit-on, d’un aérodynamisme toujours meilleur (sic). Par ailleurs, on ressent un léger effet compressif sur les cuisses et les fessiers, mais on ne se sent pas engoncé pour autant. Tous les panneaux sont ajustés aux contours du corps, sans le moindre pli. Les tissus sont suffisamment élastiques pour que le cuissard suive les mouvements du pédalage. Même en position debout (ce qui n’est pas normalement la position idéale pour un cuissard), les bretelles ne tirent pas sur le torse. Elles sont fines et légères, et se contentent de maintenir le vêtement en place. Une fois la bonne position des bas de jambes trouvée (je n’aime pas par exemple sentir un effet de serrage sur l’excroissance de mes quadriceps pendant l’effort), on remarque que les bas de jambes avec les bandes de silicone verticales ne bougent absolument pas. Et elles ne provoquent à l’usage aucune trace d’irritation.

Quant à l’insert, ou fond de cuissard, ou peau de chamois, même si avec les doublures synthétiques nous sommes loin des antiques véritables peaux de chamois, son confort est de très haut niveau, au moins pour des sorties jusqu’à 5 h et par grosse chaleur. Pas habitués à des sorties plus longues, nous n’avons pas tenté le coup de la sortie « ultra » pour tester le cuissard, mais l’expérience nous montre qu’avec la chaleur et la transpiration, il en faut parfois bien moins pour souffrir de la selle. Selon nous, il y a suffisamment de rembourrage là où nous en avons le plus besoin, mais surtout la couche supérieure est très confortable contre la peau. Certains sont habitués à des inserts plus épais, notamment sur la partie arrière. Mais en réalité, on apprécie d’emblée les jours de grosse chaleur d’avoir la sensation de porter un vêtement plus léger.

Le seul bémol concerne la tenue du logo Castelli, qui se décolle après quelques lavages.

Rien à dire en termes de finition, sauf peut-être concernant les logos collés derrière les cuisses. Ils se décollent après plusieurs lavages et finissent par disparaître. Juste dommage, mais sans aucune conséquence sur le durabilité du vêtement.

Un mot sur le maillot

Le maillot Free Aero Race 6.0 est dans la lignée du cuissard.

Comme vous avez peut-être pu le constater sur quelques photos, nos maillots 3bikes.fr sont aussi fabriqués par Castelli, en passant par le service de personnalisation de la marque, comme ici. Notre choix s’est porté sur le maillot Free Aero Race 6.0 Jersey FZ, qui se trouve être le modèle qui se combine parfaitement avec le cuissard Free Aero Race 4.0. C’est un maillot aérodynamique, mais également très léger et très confortable, comme l’ont remarqué nos ambassadeurs.

La coupe du maillot est très près du corps.

La coupe est là aussi près du corps, mais sans que le maillot ne donne l’impression de compresser ou de limiter les mouvements. Les poches sont spacieuses, mais leur remplissage ne modifie pas pour autant la tenue du maillot.

Le ravitaillement ou le nécessaire de réparation dans les poches ne modifient pas l’ajustement du maillot.

Et enfin, des sorties sous des chaleurs modérées (autour de 30°C) n’ont même pas demandé une ouverture totale du maillot pour l’aération. Bref, comme le cuissard qu’il seconde, ce maillot très haut de gamme se distingue par sa capacité à se faire oublier, aussi bien pendant un effort intense que pendant de longues sorties plus tranquilles. Et pour finir, notons aussi bien pour le cuissard que le maillot des tarifs élevés, mais pas totalement excessifs non plus. À 169,95 €, le cuissard Free Aero Race 4.0 nous semble même le meilleur rapport qualité-prix dans le secteur du haut de gamme.

CASTELLI FREE AERO RACE 4.0
Note : *****

Les + : confort, légèreté, maintien
Les – : logos à l’arrière des cuisses qui se décollent

Tissu Vortex alvéolé sur les cuisses
Tissu Forza sur l’intérieur des cuisses contenant 38 % de Lycra®
Construction minimaliste des bretelles avec bandes maillées
Bande de maintien élastique Giro4 autour des jambes
Construction Doppio V à l’avant
Coutures flat-lock
Insert sans couture Progetto X 2 Air Seamless
Poids : 172 g
Tailles : du S au 3XL
Coloris : 9
Prix : 169,95 € (existe sans bretelles à 149,95 €)

Contact : Castelli-cycling.com ou dagg.fr

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

 

 

Guillaume Judas

Guillaume Judas

- 48 ans. - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *