Pourquoi les cyclistes roulent-ils à deux de front ?

Dans cette rubrique CQFD (« Ce Qu’il Fallait Démontrer »), nous répondons à vos interrogations, voire à vos préjugés concernant la pratique du vélo ou du triathlon. Des questions simples, mais des réponses pas forcément si évidentes pour les novices ou pour ceux qui sont étrangers à notre milieu.

 

 

C’est l’été, il fait beau et de nombreux cyclistes profitent des belles journées pour s’adonner à leur activité favorite sur leur terrain de jeu habituel, c’est-à-dire la route. Une route qu’ils doivent partager avec les autres usagers, ce qui n’est pas sans poser parfois quelques problèmes de cohabitation. Mais pourquoi dans ce cas roulent-ils à deux (voire plus) de front sur la route ?

Par Guillaume Judas – Photos : PhotoMIX Ltd. from Pexels, flickr.com, pxhere.com / DR

Entre 2014 et 2018, le nombre de cyclistes tués chaque année sur la route en France est passé de 142 à 191. En février 2019, le beau temps précoce était même pointé du doigt par la Sécurité routière pour expliquer une hausse de 22% de la mortalité des usagers du vélo par rapport aux mois de février des dix dernières années.

Une explication pour le moins tirée par les cheveux, quand on sait que les pays où il y a le moins de tués à vélo sont ceux où il y a le plus de cyclistes, notamment pour les déplacements urbains. Et une manière également de déresponsabiliser certains automobilistes, qui sont pourtant directement à l’origine des accidents mortels des cyclistes. En effet, et on l’oublie trop souvent, si on peut fustiger à juste titre les incivilités et les infractions au Code de la route de certains cyclistes, nous n’avons encore jamais vu de vélo tuer un automobiliste derrière sa carrosserie. Une évidence qui devrait suffire à calmer les conducteurs irascibles, les inciter à plus de prudence à l’approche des cyclistes et, au minimum, à éviter les altercations.

Parmi les reproches faits aux adeptes des deux roues à pédales, il y a celui de rouler à deux cyclistes (voire plus) de front sur la chaussée, ce qui aurait pour effet de prendre trop de place et de ralentir les automobilistes. Ces derniers se contentent la plupart du temps de pester en silence dans leur habitacle, quand d’autres trouvent alors légitime de serrer de très près ces mêmes cyclistes pour bien leur faire comprendre qui sont les maîtres de la route.

Pour discuter

Le vélo, comme beaucoup d’activités sportives, rapproche ses utilisateurs et possède des vertus sociales indéniables. Ainsi, il y a les pratiquants qui roulent seuls parce qu’ils n’ont pas vraiment le choix, et ceux qui apprécient de rouler à plusieurs pour partager un moment de sport et de convivialité avec des amis. Le vélo, sous prétexte qu’il se pratique sur la route, serait-il la seule activité où il est interdit de communiquer avec ses compagnons ? Deux cyclistes de front papotent la plupart du temps, comme le font deux personnes qui marchent ensemble sur un trottoir, qui parcourent un chemin de randonnée, ou comme deux personnes assises dans une voiture.

Pour partager l’effort

Le vélo vu comme un sport est difficile car il faut sans cesse lutter contre les éléments extérieurs. Et notamment le vent, qui est la première des résistances à l’avancement. Des cyclistes ensemble (à partir de deux) se motivent et se relaient. C’est-à-dire qu’ils partagent l’effort en tête de groupe pour affronter le vent et mettre ainsi à l’abri leurs compagnons de route dans leur sillage. De ce fait, vue de derrière, une file de cyclistes n’est jamais totalement rectiligne, surtout au moment où le cycliste de tête s’écarte pour laisser passer son suivant et se laisser glisser en queue de groupe.

Pour prendre moins de place sur la route

C’est paradoxal, mais deux cyclistes de front prennent moins de place sur la route que deux cyclistes à la queue leu leu, du moins si l’automobiliste a bien l’intention de respecter le Code de la route. Selon ce Code, « lorsque deux véhicules se suivent, le conducteur du second doit maintenir une distance de sécurité suffisante, correspondant à la distance parcourue par le véhicule pendant un délai d’au moins deux secondes » (R412-12, amende de 4ème classe). Cet article s’applique aussi bien aux automobilistes qu’aux cyclistes. Ceux qui roulent en groupe en file indienne sont donc en infraction. Et s’ils respectent l’écart de deux secondes l’un derrière l’autre, l’espace est de toute façon insuffisant pour qu’une voiture amorçant un dépassement s’y insère.

Mais ce même Code de la route stipule aussi et surtout que « pour effectuer un dépassement, un conducteur ne doit pas s’approcher latéralement d’un cycliste à moins d’un mètre en agglomération et un mètre et demi hors agglomération » (article R414-4, amende de 4ème classe, 135 €, et 3 points en moins sur le permis de conduire). C’est bien cette règle qui est le plus souvent méconnue ou mal interprétée par les automobilistes, dont certains ne prennent absolument pas conscience du danger qu’ils représentent en frôlant un ou des cyclistes. Ceux-ci peuvent en effet être déviés de leur trajectoire par un trou sur la route, une rafale de vent ou un manque de pratique. Les conséquences d’un dépassement trop rapproché (donc dangereux) peuvent être dans ce cas dramatiques.

Les conséquences d’un dépassement trop rapproché (donc dangereux) peuvent être dramatiques.

Depuis le 1er juillet 2015, il est désormais possible pour un automobiliste de chevaucher une ligne blanche pour dépasser un cycliste, lorsque la visibilité est suffisante. Et donc de bien respecter cette distance de sécurité. Cette manoeuvre de dépassement est toujours plus rapide et moins dangereuse dans le cas d’un groupe compact de cyclistes que s’ils sont tous à la file.

Pour prendre plus de place sur la route

À l’inverse, en agglomération, surtout lorsque les zones limitées à 30 km/h sont de plus en plus fréquentes, la question du dépassement ne devrait même pas avoir lieu d’être, surtout dans le cas de cyclistes sportifs qui évoluent à une vitesse très proche de la limite autorisée.

Le Code de la route précise même que « sur les voies où la vitesse maximale autorisée n’excède pas 50 km/ h, un conducteur de cycle peut s’écarter des véhicules en stationnement sur le bord droit de la chaussée, d’une distance nécessaire à sa sécurité » (Article R412-9). Un cycliste prend une largeur d’une bonne cinquantaine de centimètres, auxquels on ajoute 80 cm à un mètre du bord de la route et le mètre règlementaire pour le dépassement, et on comprend que quoi qu’il advienne la plupart du temps, et compte tenu de l’étroitesse des rues et de l’aménagement routier, il n’est pas possible de doubler un cycliste en ville, même seul.

Deux cyclistes qui roulent de front en agglomération prennent ainsi la place nécessaire sur la route, et découragent les dépassements dangereux.

Parce qu’ils en ont le droit

Enfin, contrairement là aussi aux idées reçues, le Code de la route stipule que les cyclistes ont le droit de rouler à deux de front (mais pas plus). Selon l’article R431–7 :« Les conducteurs de cycles à deux roues ne doivent jamais rouler à plus de deux de front sur la chaussée. Ils doivent se mettre en file simple dès la chute du jour et dans tous les cas où les conditions de la circulation l’exigent, notamment lorsqu’un véhicule voulant les dépasser annonce son approche. » Notons toutefois l’imprécision de la dernière phrase, suffisamment floue pour qu’elle soit soumise à interprétation selon que vous soyez cycliste ou conducteur. Elle rappelle néanmoins que lorsqu’il y a une volonté, d’un côté comme de l’autre, de partager la route, les choses se passent plutôt bien et qu’il suffit d’un petit coup de klaxon pas agressif (c’est-à-dire sans insistance et pas trop près des cyclistes), pour que ceux-ci se rangent pour laisser plus de place au conducteur.

=> VOIR AUSSI : Nos autres articles de la rubrique CQFD

Guillaume Judas

Guillaume Judas

- 48 ans. - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *