Test des lacets UNCHAIN Lacing System

Marre de vos lacets trop serrés ? De ces points de pression douloureux sur le cou-de-pied ? De faire et refaire votre serrage avant une épreuve ? Pour la course à pied comme pour le triathlon, la solution passe par les Unchain Lacing System, des lacets en silicone, sans nœud et à mémoire de serrage. Nous les avons testés sur près de 250 km à l’entraînement et en conditions réelles lors de l’Ironman France Nice. Verdict ? Libéré, délivré !

Par Pierre-Maxime BRANCHE – Photos : 3bikes.fr

Libérez vos pieds ! Tel est le slogan des Unchain Lacing System, un laçage sans nœud, précis et personnalisable qui maintient le pied et offre plus de confort et de contrôle. La théorie, un réglage durable et des chaussures lacées une fois pour toute. Il faut avouer que l’idée est plutôt alléchante lorsque l’on pratique la course à pied et plus encore le triathlon pour optimiser les transitions et le confort du pied à l’effort.

Unchain est une marque française d’équipements sportifs haut de gamme, ergonomiques et innovants, destinés à tous les sportifs. Objectif : libérer notre corps et notre esprit pour nous donner envie de nous dépasser. Pour « libérer nos pieds », Unchain a créé un système de laçage sans nœud qui suit les déformations du pied pendant l’effort, qui élimine par conséquent les points de compression et améliore le flux sanguin. Une innovation qui fixe un nouveau standard, comme ont pu le faire en leur temps le Velcro ou la fermeture Eclair.

Unchain Lacing System se compose de trois éléments :

– le Memory Lace (avec son Center Pod intégré) conçu en silicone résistant à l’abrasion et qui suit les formes du pied sans appliquer de pression. Selon Unchain, les caractéristiques mécaniques de ce lacet sont garanties pour des températures extrêmes allant de -60°C à 220°C.
– le Center Pod (situé au milieu du Memory Lace) qui permet de centrer parfaitement le Memory Lace lors de l’installation ;
– le BlocKnot qui supprime le nœud et sécurise le réglage, sans avoir à refaire son laçage. Avec six ouvertures, il garantit un verrouillage fiable du Memory Lace et dispose d’une courbure pour ne pas exercer de pression sur le cou-de-pied.

Made in France

Développé par des champions d’ultra-trail comme Sébastien Chaigneau, Émilie Lecomte et fabriqué en France, ce système est universel, conçu pour tous les sports et garanti 3 ans ou 3 000 kilomètres. Avec sa taille unique (95 cm) et ses 17 couleurs disponibles, il contente tous les goûts. Il résiste à toutes les conditions (pluie, neige, soleil, boue, etc) et garde ses propriétés de départ notamment en termes de résistance, de longueur et de maintien. Mais comment s’installe-t-il ?

Quelques minutes suffisent : il faut commencer par glisser le Memory Lace dans les premiers oeillets du bas de la chaussure et centrer le Center Pod. Puis, enfilez le Memory Lace dans chaque oeillet comme un lacet classique, tout en faisant bien attention à ne pas le faire vriller, à ne pas le serrer ni le tendre. En partant du bas, ajustez ensuite le réglage entre chaque paire d’oeillet en veillant à ne pas créer de pression sur le cou-de-pied, c’est-à-dire en laissant 2 à 3 mm de souplesse entre chaque oeillet. Avant de passer au BlocKnot, réalisez une dizaine de pas et quelques sauts pour finir l’ajustement à votre morphologie, contrôlez et ajustez si nécessaire le Memory Lace.

Vient enfin la pose du BlocKnot : passez les deux extrémités du Memory Lace dans les deux ouvertures extérieures (par devant) du BlocKnot et tirez doucement pour le centrer. Continuez dans les deux ouvertures du haut via l’intérieur (par derrière) puis dans les deux ouvertures ovales du bas (par devant).

Le Memory Lace doit dépasser d’au moins 2 cm du BlocKnot. Vous pouvez donc couper l’excédent en biseau pour faciliter un éventuel prochain montage/démontage. Ça y est : vous pouvez chausser et déchausser en un clin d’oeil !

Savoir prendre son temps

En pratique, la mise en place n’est pas aussi facile qu’elle n’y paraît car elle demande précision et minutie. Autant il est simple de centrer le Memory Lace dès le départ grâce au Center Pod, autant il faut prêter attention à ne pas le vriller (ce qui arrive très vite) entre chaque oeillet et bien penser à ne pas le tendre. Les extrémités sont d’ailleurs profilées pour faciliter le passage entre les oeillets. Une fois le Memory Lace en place, les quelques pas et petits sauts à accomplir permettent de vous rendre compte si vous l’avez trop serré ou pas assez.

Trop serré, la pression sur le cou-de-pied est importante voire immédiatement douloureuse. Il faut alors revoir le réglage oeillet par oeillet. Lorsque le bon équilibre est trouvé, le placement du BlockNot demande lui aussi une certaine attention pour le centrer et ne pas trop le serrer non plus. Pour l’ensemble de cette manipulation, vous devez compter au mieux 15 minutes. Cela dit, il est important de prendre son temps et de s’y reprendre à plusieurs reprises si nécessaire car, une fois coupées, les extrémités du Memory Lace ne vous laisseront que peu de marge de manœuvre pour procéder à un nouvel ajustement. Au passage, la marque ne le conseille pas forcément, mais lors de l’installation de notre second lacet, nous avons positionné le pied à l’intérieur de la chaussure ce qui a facilité son installation.

Libéré, délivré

Avec ces ULS, vos chaussures vous offrent un nouveau visage. Un détail esthétique peut-être pour vous, mais pour certains, cela veut dire beaucoup. D’ailleurs, du côté de la brigade du style, les 17 coloris offrent de nombreuses possibilités pour accorder les couleurs de vos tenues et accessoires ou au contraire pour casser les codes.

Les premières sensations avec ces lacets sont simples : de la souplesse dans le serrage, mais un très bon maintien. L’enfilage est aisé, rapide, avec un lacet qui s’étire pour laisser passer le pied, puis la languette vient se repositionner sur le cou-de-pied en adoptant le serrage désiré lors de l’installation. On ne ressent véritablement aucun point de pression, ni en haut sur le BlocKnot, ni sur le Center Pod, ni même sur les oeillets.

Unchain parle de liberté et c’est effectivement la sensation que cela donne en courant, à n’importe quelle intensité et sur n’importe quel profil, en montée comme en descente. Après plusieurs séances, et donc plusieurs enfilages/désenfilages, le serrage n’a pas bougé, aucune compression à noter et un confort toujours égal. On l’oublie complètement ! À noter aussi que le Memory Lace ne vrille pas pendant les séances, il reste parfaitement en place, tout comme le BlocKnot qui ne bouge pas d’un poil. Durant 250 km de tests, nous n’avons jamais eu besoin de reprendre le serrage, la position du BlocKnot ou celle du Center Pod. Le Lacet ne présente aucune coupure, pas d’abrasion et il reste très propre, malgré quelques séances légèrement pluvieuses.

Les Unchain Lacing System sont d’un confort absolu et d’une praticité réelle, pour la course à pied et a fortiori pour le triathlon. Les sensations de liberté et de maintien sont constantes, on oublie leur présence et la mémoire de serrage du silicone n’a jamais été mise en défaut tout au long de ce test.

À l’épreuve de la transition

J’attendais également les ULS au révélateur de l’Ironman France Nice en T2. Après 150 km de vélo sous une chaleur étouffante, après m’être aspergé abondamment les jambes et les pieds et malgré une transpiration importante en zone de transition, le chaussage de mes running a été ultra rapide grâce à ce serrage. Sous la canicule et sur le bitume fondant de la Promenade des Anglais où nous avions 30 km à avaler, le pied a pu gonfler sans être gêné et sans rencontrer un quelconque point de compression. Le serrage est resté confortable tout au long de la course et je n’ai pas ressenti une envie pressente d’enlever mes chaussures après la ligne d’arrivée comme cela peut être le cas après une épreuve avec un laçage classique.

Adoptés à 100 % ! Les Unchain Lacing System sont d’un confort absolu et d’une praticité réelle, pour la course à pied et a fortiori pour le triathlon. Les sensations de liberté et de maintien sont constantes, on oublie leur présence et la mémoire de serrage du silicone n’a jamais été mise en défaut tout au long de ce test. Certains pointeront le prix de 20 euros pour des lacets. Certes. Mais quand on est prêt à mettre près de 200 euros pour des chaussures, plusieurs centaines d’euros pour une combinaison néoprène ou pour une montre dont on utilise 30% des capacités et plusieurs milliers d’euros pour un vélo, on peut quand même sortir un billet de 20 pour de simples lacets. Sauf que ces « simples » lacets offrent un confort et un maintien irréprochables, ils permettent un gain de temps incontestable pour les triathlètes en transition et sont durables. Car vous pouvez très bien envisager de les positionner sur plusieurs paires de running d’affilée.

UNCHAIN LACING SYSTEM
*****

Les + : liberté, confort, maintien, rapidité d’enfilage, coloris
Les – : prix

Universel
Route, trail ou triathlon
Silicone résistant à l’abrasion
Sans noeud
Pas de compression
Améliore le flux sanguin
Ultra résistant
Taille unique 95 cm
Waterproof et insensible au sel
Garantie 3 ans ou 3 000 km
Prix : 20 €

Contact : www.unchain-spirit.com

=> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

Pierre-Maxime Branche

Pierre-Maxime Branche

- 36 ans. - Journaliste professionnel depuis 2004 en presse sport spécialisée et information générale. - Pratiques sportives actuelles : triathlon & fitness. - Instagram : pierre_maxime_branche - Strava : La Fusée Parisienne

Vous aimerez peut-être :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *