Test des chaussures Van Rysel RoadR900

Avec leurs semelles en carbone, leurs serrages par molette micrométrique et un look et une finition remarquables, les chaussures Van Rysel RoadR900 combinent performances de haut niveau avec un excellent confort. Avec un prix de 130 € dans les magasins Decathlon, leur rapport qualité-prix est sans équivalence.

Par Guillaume Judas (avec Alexandre Lorioux) – Photos : DR

Van Rysel (« de Lille » en Flamand francisé), c’est le nouveau nom donné à la marque haut de gamme des produits vélo de la grande enseigne Decathlon. Contrairement à certaines idées reçues, le système de distribution et les volumes concernés n’altèrent en rien la qualité des produits de cette gamme, tous étudiés par une armée d’ingénieurs ultra qualifiés, et vendus la plupart du temps à un prix sans équivalence sur le marché, comme le Van Rysel Ultra RCR CF testé sur notre site il y a quelques semaines.

À 130 €, les RoadR900 offrent des prestations sans équivalence sur le marché.

Les chaussures n’échappent pas à la règle, et particulièrement avec ce modèle haut de gamme de par ses caractéristiques techniques, au moins deux fois moins cher que la plupart des produits concurrents. Proposées en noir mat ou en gris argenté (gris Iridescent avec de jolis reflets selon la lumière), les Van Rysel RoadR900 ont été développées en collaboration avec Jean-Christophe Peraud (2e du Tour de France 2014 et ingénieur de formation) et le jeune coureur Nans Peters de l’équipe AG2R La Mondiale, puis ensuite fabriquées en Italie, l’un des pays de référence dans le domaine de la chaussure cycliste.

Les RoadR900 taillent juste.

Une semelle 100 % carbone

Par rapport aux chaussures précédentes proposées dans la même gamme de prix par B’Twin à l’époque, les RoadR900 gagnent une semelle extérieure 100 % en carbone, à la place d’une combinaison entre nylon, fibres de verre et carbone. Difficile pour nous de nous avancer sur le niveau de rigidité de la semelle au premier abord, mais elle nous semble en tout cas vraiment bien dessinée, avec un carbone apparent et bien strié, ce qui donne une excellente première impression pour une chaussure de ce prix.

Une sorte de canal est prévu dans la semelle pour la circulation de l’air.

De gros efforts ont été faits sur la ventilation, aussi bien pour pouvoir affronter les grosses chaleurs estivales que pour assurer une bonne évacuation de l’eau en cas de pluie. On note donc la présence de deux entrées d’air à l’avant et à l’arrière de la semelle, secondées par de nombreuses perforations des deux côtés de la tige et au niveau de la languette.

Afin de protéger cette semelle, on voit deux petits patins de marche à l’arrière et un renfort au niveau de l’avant du pied, qui ne sont pas remplaçables. Des patins confortables, et qui évitent surtout de glisser dans le cas d’une marche sur du carrelage. Des repères sont visibles sur la semelle pour placer les cales, ce qui démontre là aussi un souci de la finition.

Une finition de bonne facture

Les perforations sont nombreuses sur la tige de la chaussure.

À l’arrière des chaussures, un talon renforcé sur l’extérieur vient assurer un bon guidage, alors qu’à l’intérieur, des petits rembourrages viennent améliorer le maintien du pied. Le serrage est assuré par deux molettes micrométriques Atop, certes un peu moins techniques que les Boa, mais déjà performantes et confortables, quand le fil est ici placé sur une languette épaisse et confortable. Le serrage s’effectue cran par cran, alors qu’il faut libérer l’ensemble du système en tirant sur la molette pour desserrer.

La finition semble d’un très bon niveau, puisque aucun point de pression n’est ressenti au serrage à cause d’une couture qui aurait été mal placée.

La tige est suffisamment raide pour assurer à l’ensemble de la chaussure une excellente rigidité une fois que les chaussures sont ajustées, même si nous avons remarqué une très légère différence entre les modèles noir mat et gris argenté au niveau de la souplesse apparente du matériau. Et d’ailleurs, pour une même pointure, les chaussures grises nous apparaissent très légèrement plus petites que les noires. Dans les deux cas cependant, la finition semble d’un très bon niveau, puisque aucun point de pression ressenti au serrage à cause d’une couture qui aurait été mal placée.

Esthétiquement, les grises argentées avec des reflets selon l’intensité de la lumière sont très réussies.

Nous remarquons surtout l’effort fait par Van Rysel pour proposer une paire de chaussures avec une semelle intérieure digne de ce nom, équipée d’un léger soutien de la voûte plantaire, et qui renforce encore l’impression de maintien et de rigidité lorsqu’on enfile ces RoadR900.

Confort et rendement

Premières impressions lors du premier essai : un poids raisonnable de 318 g en taille 44, et une pointure « juste », c’est-à-dire qu’il n’est pas nécessaire de choisir un modèle d’une pointure au-dessus ou en dessous des chaussures habituelles. En termes de confort, les RoadR900 marquent des points d’entrée, avec un serrage précis et homogène, autant sur l’avant du pied que sur le dessus. Passée l’habitude à prendre pour manier les serrages Atop, et notamment le fait de devoir anticiper un desserrage total avant de le réajuster si l’on se sent un peu trop engoncé dans les chaussures, on note également l’extrême facilité avec laquelle les chaussures s’entretiennent, et notamment dans cette couleur gris argenté, puisqu’un petit coup d’éponge suffit.

Les chaussures s’entretiennent très facilement.

Après quelques semaines, les RoadR900 sont adoptées définitivement, puisqu’on apprécie leur rigidité lors des efforts violents ou des passages en force, mais sans que le confort ne soit dénaturé. Nous n’avons pas eu affaire encore à de grosses chaleurs, mais l’absence de points de pression à l’intérieur des chaussures et le bon soutien de la semelle interne laissent présager de l’absence de fourmillements liées à une mauvaise répartition des appuis.

Étonnantes pour leur prix, les Van Rysel RoadR900 ne sont pas équipées de quelques petits détails dont peuvent bénéficier les chaussures les plus chères du marché, comme des patins de marche remplaçables ou des inserts de serrage des cales mobiles. Mais elles privilégient l’essentiel : le rendement avec une rigidité globale et un maintien du pied de très bon niveau, le confort avec aucune économie faite sur le rembourrage de la languette ou la qualité de la semelle interne, et enfin le l’esthétisme, puisque, reconnaissons-le, ce gris argenté est vraiment superbe.

VAN RYSEL ROADR900

Les +
: maintien, rigidité, confort, prix

Les – : serrage Atop moins précis que le serrage Boa

Composition
:
Semelles : 100 % carbone
Extérieur : 100 % Polyuréthane
Intérieur : 30 % Polyuréthane, 70 % Polyester

Couleurs disponibles :
noir mat, gris argenté

Pointures : du 40 au 47
Poids : 318 g en pointure 44
Prix public conseillé : 130 €
Contact : decathlon.fr

-> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

->9.5

Guillaume Judas

Guillaume Judas

- 48 ans. - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être :

Un commentaire sur “Test des chaussures Van Rysel RoadR900

  1. J’ai les mêmes en noir en 45 pour une pointure 44. Très bonne rigidité, bonne largeur au pieds. Elle tienne super bien au niveau du talon, il ne faut donc pas trop les serrer. Pas d’échauffement. J’ai toujours acheté des Northwave à plus de 300 euros et ces Van Rysel RoadR 900 m’ont convaincu que le prix ne faisait pas tout. De plus on ne risque rien de les essayer puisque l’on peut les rendre dans les 365 jours de leur achat, qu’elle marque fait elle ça ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :