Une technique pour améliorer la force mentale

Même si vous prenez du plaisir à rouler, nager ou courir, il arrive que passée une certaine distance, le mental lâche et vous vous épuisez. Alors à ce moment-là, comment faire de votre mental votre meilleur partenaire ? Nous vous proposons une technique pour dépasser vos limites et aller plus loin dans l’effort.

Par Jean-François Tatard – Photos : flickr.com / pxhere.com / DR

Avez-vous déjà entendu parler de la vision périphérique ? Je vous l’annonce d’emblée : la vision périphérique est de tous les outils dont on vous a déjà parlé, le plus puissant de tous. Il s’agit là aussi d’un état d’hypnose. Mais en faisant du sport ? Oui en roulant, en courant ou en nageant !

Stop aux idées reçues. L’hypnose n’est pas réservée à Messmer ! Arrêtez de fermer les yeux ! Et ne vous laissez pas bercer par cette voix suave ! Bougez de votre fauteuil aussi. Ici nous allons apprendre à entrer dans un état dynamique, par nous-même, sans entendre la moindre voix ! Prêt ? On essaie ? 

Se recentrer sur soi-même

Le secret de ce concept qui ressemble à la technique d’Emile Coué (vous savez, la fameuse méthode Coué) est qu’il vous permet de vous recentrer sur vous-même et de faire le vide. L’objectif est d’aller chercher au fond de vous une ressource d’énergie d’une puissance inouïe. 

La technique est celle d’induction. C’est à dire une phase permettant d’entrer en état d’hypnose. C’est un outil de motivation excessivement puissant qui peut être couplé à d’autres exercices simples d’auto-hypnose permettant de stimuler votre pas de course et de réduire votre rythme cardiaque… 

L’objectif est d’aller chercher au fond de vous une ressource d’énergie d’une puissance inouïe. 

Comment « défocaliser »?

Focalisez-vous d’abord sur… la défocalisation ! Allez, je vous aide ! Allez courir à votre rythme habituel. Les jambes sont fluides, le corps est détendu, les bras restent souples…

  • La première étape consiste à choisir un point loin devant vous. Fixez-le sans forcer, ni sur vos yeux, ni sur la position de votre tête. Inutile donc de chercher un point en l’air. Vous l’avez compris, vous ne devez faire aucun effort pour fixer ce point.
  • Créez ensuite un lien imaginaire entre ce point et vos yeux ; comme si vous étiez relié à celui-ci par ce fil imaginaire. Imaginez que ce point vous attire fortement, qu’il vous aspire vers lui et que rien ni personne ne peut modifier cette attraction.
  • Imaginez la couleur de ce fil, donnez lui une épaisseur, une texture particulière, une matière que vous aimez. Ajoutez le maximum de données sensorielles, de détails même s’ils vous semblent superflus. Il s’agit d’imaginer, alors faites-vous kiffer !

Désormais, vous allez apprendre à défocaliser. Je m’explique : vous allez apprendre à utiliser consciemment la vision périphérique. C’est celle qui s’oppose à la vision fovéale et donc celle qui vous permet d’avoir une vue en haute résolution. Rassurez-vous, l’acuité visuelle moins performante sera largement compensée par cette faculté de mieux percevoir les objets en mouvement.

Maintenez votre vision sur ce point et maintenant choisissez un point à gauche puis à droite du point principal. Puis vous allez continuer à choisir un point encore plus à gauche et un autre point encore plus à droite. Petit à petit vous allez élargir l’horizon tout en restant focalisé sur le point central. Vous me suivez ?

Ce travail de défocalisation horizontale sera terminé lorsque vous percevrez un horizon grossièrement à 180 degrés. Par contre vous allez apprendre de la même manière à défocaliser de manière verticale. L’idée est ici de reprendre le même processus et d’élargir votre horizon de bas en haut progressivement jusqu’à percevoir un panorama complet vous permettant d’être totalement défocalisé. 

Les bénéfices concrets

Lorsque vous arrivez à proximité du point principal, vous n’avez qu’à en choisir un autre et recommencer le processus. Cela va devenir naturel et intuitif rapidement avec un peu de pratique et de répétition. C’est comme la course : c’est l’entraînement qui vous rendra performant. 

Vous allez me demander les bénéfices ? Ça va 5 minutes de jouer avec sa vision mais sans bénéfices concrets à quoi bon ? Ainsi la vision périphérique vous offrira bon nombres d’atouts pendant l’effort.

  • L’exploitation de cet « outil » va vous permettre d’être beaucoup plus sensible aux mouvements des choses et des personnes qui évoluent autour de vous mais également d’être plus centré sur vous.
  • Je vous le rappelle, la vision périphérique est une méthode inductive, c’est-à-dire qui vous permet de rentrer en état d’hypnose. C’est souvent la première étape d’un travail plus profond. 
  • En attendant le simple fait d’utiliser cet outil est en soi suffisant pour vous procurer du plaisir et un appréciable confort dans votre pratique du running, du vélo, de la nage.

On se pose moins de questions

En vision périphérique, si vous êtes bien attentif à ce qui se passe en vous, vous pouvez percevoir que le dialogue intérieur a disparu et que le fil des pensées est lui aussi complètement coupé ! Au revoir tout ce qui pollue votre esprit ! Terminés tous ces wagons de croyances limitantes ! Finies les mauvaises ondes !

Le fait de favoriser un canal sensoriel comme ici le canal visuel laisse moins de place aux canaux kinesthésiques et donc les émotions et les sensations et auditifs. 

De nombreuses possibilités

Les possibilités d’utilisation de cet outil formidable sont, finalement, nombreuses. Ainsi laissez désormais libre court à votre créativité pour déterminer dans quelle circonstance elles vous seront le plus utile ! Immédiatement, je ne sais pas pourquoi mais je pense au fameux mur du marathon. Le fait est qu’avec la pratique, cet état deviendra un réflexe. Comme un automatisme, vous saurez vous plonger dans cet état au moment où vous l’aurez déterminé et mieux : y rester pour en tirer encore plus profit. Et maintenant que vous détenez la méthode, allez sans appréhension escalader les montagnes qui vous semblent les plus hautes !

-> VOIR AUSSI : Tous nos articles Coaching

Jean-François Tatard

Jean-François Tatard

Jeff TATARD - 38 ans. - consultant sport - athlète multidisciplinaire (running, cyclisme, route, VTT, Run & Bike) Facebook : Jeff Tatard Insta : Jefftatard

Vous aimerez peut-être :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *