Pourquoi bien voir pour faire du sport ?

Parmi toutes les possibilités de progression auxquelles vous avez pu vous intéresser, avez-vous déjà pensé à la vision ? Certains sports ont déjà intégré l’importance de la vue pour optimiser la performance et éviter les blessures. Pourquoi ne pas explorer cette voie en cyclisme, course à pied et triathlon ?

Par Jean-François Tatard – Photos : pxhere.com / yeppon.it / picryl.com / DR

Bien voir ? Pour un escrimeur, un tennisman, un tireur à l’arc ou à la carabine ou encore un biathlète, je comprends, mais pour un cycliste, un coureur à pied, un triathlète, l’intérêt est-il si évident ? C’est mon coach en posturologie, Baptiste Lacourt, qui a réussi à me convaincre de prendre un billet d’avion aller-retour dans la journée en direction de Genève pour aller rencontrer un Ophtalmo. Mais pas n’importe lequel, comme vous vous en doutez. 

Certaines disciplines sportives réclament des compétences visuelles particulières.

À la question « faut-il nécessairement bien voir pour faire du sport ? », la réponse est non, puisqu’il existe une fédération internationale pour handicapés visuels. Néanmoins, certains sportifs développeront une acuité visuelle et une latéralisation corporelle plus marquée que les autres. D’autres semblent posséder une meilleure vision stéréoscopique et une rapidité de mise au point supérieure. En revanche, d’autres athlètes encore qui évoluent dans un sport où le coup d’œil n’est pas un facteur déterminant de la performance, rencontrent des problèmes de vision binoculaire avec une mauvaise distinction du relief. Mais je me pose encore la question de savoir si c’est le sport qui a fait développer à chacun ce type de qualité visuelle ou si c’est parce que l’athlète a cette capacité visuelle qu’il est bon dans son sport.

L’importance de la vision

C’est la première fois qu’un entraîneur me met sur la piste de l’ophtalmologie, je l’avoue. C’est Baptiste qui m’a fait prendre conscience de l’importance de la vue et de la vision dans la course à pied. Il a réussi à me convaincre qu’il fallait en faire une arme. « La vision n’est pas inée. La vision s’acquiert ». En clair, ça se travaille… Récemment, j’ai découvert que l’équipe du champion cycliste Peter Sagan y consacrait une large place dans le programme d’entraînement de ses coureurs. 

La vue est innée. Pas une bonne vision.

Le système de régulation posturale utilise des informations transmises par les yeux notamment. Les yeux ont ainsi pour rôle d’informer le cerveau de la nature de l’environnement et lui permettre d’adapter le travail de chaque muscle afin que la station debout ou la marche se fassent dans les meilleures conditions. Dans ce système complexe, l’œil est avec le pied la porte d’entrée principale de la régulation posturale.

L’impact sur le corps

L’œil ce n’est pas moins de six muscles, et un mouvement et une vitesse qui peuvent sans cesse être améliorés. Un défaut de positionnement des yeux ou une légère divergence oculaire vont donc créer un déséquilibre des chaînes musculaires posturales et par voie de conséquence une modification de la posture (rotation des épaules, bascule du bassin… ). De nombreuses pathologies (douleurs lombaires, cervicales, articulaires, musculaires, maux de tête, vertiges… ) qui seront la conséquence et non la cause d’une mauvaise posture vont alors apparaître.

Un défaut de positionnement des yeux ou une légère divergence oculaire vont donc créer un déséquilibre des chaînes musculaires posturales et par voie de conséquence une modification de la posture.

Grâce à des tests cliniques reproductibles, le docteur Loïc Rollin, l’orthoptiste que nous sommes allés retrouver avec Baptiste et sa team en plein centre de Genève, nous avons évalué l’intégration du capteur visuel et des autres capteurs sensoriels et sensitifs et leurs liens avec les asymétries du tonus musculaire de chacun.

Voici à quoi ressemblent ces tests :

Autant vous dire qu’il s’agit d’un One man show. On assiste à un spectacle ! Cet orthoptiste cathodique est un personnage qu’on n’oublie pas. Néanmoins, il est le pionnier de cette activité. Des athlètes du monde entier viennent le voir pour cette compétence rare et singulière qui va permettre à tout le monde de régulariser bien des problèmes. 

Les objectifs des tests

• Comprendre le rôle du système visuel au sein de la régulation posturale et du contrôle moteur.
• Evaluer la répercussion fonctionnelle des différents capteurs sensori-moteurs sur le tonus global et oculomoteur
• Acquérir les tests cliniques reproductibles
• Savoir s’orienter grâce à une meilleure communication transdisciplinaire.

L’évaluation du tonus postural

Son premier job consiste à l’analyse morphostatique et posturo-cinétique. Cela passe par des tests simples comme des tests sur les réflexes nucaux et monopodaux. Ensuite, le praticien manœuvre au niveau posturodynamique pelvi-pédieux du rachis. Bref, c’est technique mais ce qu’il faut retenir c’est que par cette ouverture thérapeutique et ses modes d’actions, le médecin va aller agir sur les prismes posturaux initiaux. De là où tout démarre. Et ainsi  faire une correction optique et optimiser une bonne réfraction/réception et gommer tous les parasites au niveau des capteurs posturaux.

Des athlètes du monde entier viennent consulter Loïc Rollin.

Juste pour rappel, l’anatomo-physiologie de la vision se constitue en deux axes majeurs au niveau de la rétine : exocapteur perceptif (Le système oculomoteur) et l’endocapteur (proprioceptif). L’orthoptiste agit ainsi par voie de conséquence sur d’autres capteurs tel que l’oreille interne, le pied, la proprioception, la bouche et tous les récepteurs et leurs fonctions. Cela impacte également les réflexes archaïques : oculo-vestibulaire, vestibulospinal, optocinétique, vestibulo-oculaire.

Des bénéfices rapides

Rapidement le rôle des yeux dans le contrôle moteur de ma posture a pris un sens jusqu’alors ignoré. Immédiatement, le travail de l’expert a permis une stabilisation posturale par une optimisation de l’orientation visuelle. Jamais je n’avais pris conscience à ce point de cette connexion et de la puissance de cette interaction œil/pied. Des dysfonctionnements majeurs dans ma posture ont ainsi été réglés en une seule séance et juste par le fait de passer par les yeux pour ajuster l’équilibre de mon ensemble physiologique.

Jamais je n’avais pris conscience à ce point de cette connexion et de la puissance de cette interaction œil/pied.

Espérons ainsi que vous puissiez élargir vos connaissances en matière d’interactions possibles aux niveaux sensitifs et sensoriels. Je ne m’étais pas encore rendu compte à ce point de l’importance de la fonction oculomotrice. Ainsi que l’impact de la vision avec l’ensemble du corps dans notre régulation posturale. Alors si vous voulez repartir bon pied / bon œil, et que vous voulez traiter la cause plus que la conséquence de la majorité de vos ennuis physiques et de vos blessures récurrentes et chroniques, au minimum, pensez à un moment de la saison, à aller checker vos yeux et à en profiter pour visiter la Suisse…

Faire vérifier ses yeux pour éviter les blessures ultérieures.

CENTRE OPHTALMOLOGIQUE

15, Rue Pierre-Fatio
1204 Genève
www.ophtarive.ch
Tel : 022 959 75 75

Rollin@ophtarive.ch

-> VOIR AUSSI : Tous nos articles Coaching

Jean-François Tatard

Jean-François Tatard

Jeff TATARD - 38 ans. - consultant sport - athlète multidisciplinaire (running, cyclisme, route, VTT, Run & Bike) Facebook : Jeff Tatard Insta : Jefftatard

Vous aimerez peut-être :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *