Tro Bro Cyclo : L’enfer en terre cycliste

Appelez les « ribin » (prononcez ribine) et ribinoù au pluriel. Ce sont des chemins de terre, connus dans le Nord Finistère et rendus populaires par le Tro Bro Leon dans les années 80. Au départ réservé aux amateurs, la course est, depuis 1999, ouverte aux professionnels. Cette année à Lannilis, l’Italien Andréa Vendrame (Androni) a remporté l’épreuve le lundi de Pâques. Nous avons participé, la veille, à la cyclo, longue de près de 120 km et regroupant les principaux secteurs.

Par Sylvain Pigeau – photos et vidéos : @3bikes

Cette course hors du commun est parfois surnommée « l’enfer de l’Ouest » en rapport avec l’enfer du Nord, à Roubaix. Mais les comparaisons avec la reine des classiques s’arrêtent là. Ce sont deux courses très singulières. L’une avec des secteurs pavés, ses histoires et ses légendes. L’autre avec son palmarès, conséquent également et son patrimoine. Frédéric Guesdon et Jacky Durand s’y sont notamment imposé.

Poussière et crevaisons étaient au programme cette année chez les pros.

De plus, les ribinoù font partie de la difficulté de la course et des moments les plus stratégiques. Le vent, les successions de bosses, la longueur de l’épreuve (200 km), donnent au « Tro Bro » l’étiquette d’une épreuve professionnelle très difficile, à part. Aujourd’hui beaucoup de coureurs aimeraient inscrire leur nom à son palmarès mais les hasards du calendrier font également que beaucoup de têtes d’affiche ne se risquent pas à partir dans l’Ouest à Pâques.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.