Test des chaussures Shimano RC7

Juste en dessous des chaussures très haut de gamme RC-901 S-Phyre, on trouve les RC7 (ou RC-701 selon leur nom de code) dans la gamme Shimano, mais à un prix nettement plus abordable de moins de 200 €. Elles perdent quelques fonctionnalités – pas toujours indispensables – mais s’affichent compte tenu de leur confort et de leurs performances à un excellent rapport qualité-prix. 

Par Béatrice Barralis – Photos : BB/@3Bikes.fr

Les nouvelles RC7 évoluent tout en restant abordables.

En 2019 Shimano fait évoluer sa gamme de chaussures de vélo, avec le modèle phare hyper tendance et flashy en couleur, les S-Phyre. Mais c’est aussi un gros budget avec un prix de vente de près de 350 €, comme la plupart des modèles de haut de gamme de la concurrence d’ailleurs. Les RC7 arrivent juste derrière dans la gamme, à un tarif nettement plus abordable, sans toutefois perdre l’essentiel : l’ajustement, le confort, et le rendement. Situées dans le haut de gamme accessible, les RC7 se différencient nettement des modèles de premier prix, et ce, à tous les niveaux. Elles sont disponibles en trois couleurs, avec un noir mat et un rouge dégradé en plus du blanc perlé de ce modèle d’essai.

Une femme et ses chaussures… de vélo

J’aborde ma quatrième année de pratique du vélo, et il s’agit là de ma quatrième paire de chaussures. Heureusement que je ne fais pas comme pour les chaussures de ville, sinon je ne saurais plus où les mettre ! La règle en vélo, c’est une seule paire dans laquelle on est bien sinon on perd ses repères. Ma première paire de Shimano, c’était le modèle triathlon à scratch… un peu chausson sur les bords, et pas franchement sexy, je dois le reconnaitre (en 2016).

La semelle carbone assure rigidité et précision au moment du réglage des cales.

Ici on remarque une semelle externe en carbone avec un indice de rigidité de 10 sur 12 sur l’échelle Shimano (Les S-Phyre sont à 12). La semelle interne est relativement basique, avec un léger soutien de la voûte plantaire, là où ce même soutien est ajustable sur les S-Phyre. La talonnette est moulée sur la semelle extérieure, et donc non remplaçable. Enfin, les nouvelles RC7 gagnent un deuxième serrage Boa par rapport à la précédente mouture, mais il s’agit là de molettes L6 ou lieu des IP1 des modèles phare.

Les deux serrages Boa se manipulent aisément.

La différence se situe au niveau du fonctionnement, car si le serrage est toujours micrométrique en tournant dans un sens, il faut tirer sur le disque pour débrayer le système si on veut desserrer. Des fonctionnalités légèrement en retrait par rapport à du très haut de gamme, mais largement suffisantes pour une utilisation intensive et sportive.

Une finition impeccable

Pour le reste, les chaussures s’appuient sur une empeigne en cuir synthétique avec de petites perforations pour l’aération. Pour le serrage au niveau du cou-de-pied, le Boa est placé sur une languette indépendante qui vient recouvrir le pied. L’autre Boa agit sur les parties inférieures et du milieu du pied. La languette intérieure est légèrement rembourrée pour éviter que le câble vienne couper la circulation sur le dessus du pied. Au niveau du talon, on remarque une bonne épaisseur de mousse et une partie arrière qui remonte assez haut pour venir pincer le talon d’Achille au moment du serrage, et assurer ainsi un très bon maintien du pied lors de la phase de remontée du cycle de pédalage.

Le rembourrage autour du talon offre un bon maintien du pied dans la chaussure.

La semelle externe bénéficie de la technologie Dynalast, avec une forme censée favoriser le passage des points morts haut et bas du cycle de pédalage. Elle est graduée et facilite le remplacement des cales.

Enfin, les RC7 sont particulièrement légères, avec un poids de 221 g en pointure 39 (258 g avec la cale Look), soit un poids souvent inférieur à une paire de baskets.

La semelle interne assure un soutien de la voûte plantaire assez basique, mais souvent suffisant.

Confort et performances

Bien ajustées au niveau de la taille, ces chaussures sont assez rigides grâce à la semelle carbone.  La double fixation Boa permet un maintien vraiment optimal du pied. Il n’y a rien qui se balade dedans et avoir le pied maintenu sur un vélo c’est important, car on fait beaucoup plus corps avec sa machine.

Le confort reste bien présent, même après trois heures de selle.

Qui dit ajustées ne veut pas dire compressé et serré. Il y a une différence entre être maintenu et avoir la sensation d’étouffer. Un pied dans l’effort, ça gonfle, et être trop serré dans une chaussure au bout de 2 h, cela peut devenir un vrai problème et une source de souffrance. Je fais des séances de parfois plus de 3h, et ça se passe très bien avec les RC7.

On ressent vraiment un transfert de puissance au moment du pédalage, l’impression d’avoir un peu plus de force et de mieux répartir l’appui sur la pédale.

Ce que je peux en dire pour les avoir essayées et adoptées sur mes deux vélos (un vélo de route et un vélo de contre-la-montre, deux pratiques qui ont leurs propres exigences), c’est que l’on ressent vraiment un transfert de puissance au moment du pédalage, l’impression d’avoir un peu plus de force et de mieux répartir l’appui sur la pédale. C’est le genre de détail qui là aussi pèse lourd dans la balance.

Des chaussures unisexe, qu’il suffit d’assortir avec des chaussettes pour changer son look.

Pour ce qui est du look, la chaussure est fine et ne donne pas une impression de pied gigantesque. Que ceux et celles qui ont l’impression d’avoir des péniches à la place des pieds dans des chaussures trop larges avancent d’une cale ! Concernant la couleur, le blanc tire légèrement sur le perlé pour la petite touche esthétique. Pour l’argument du « c’est beau mais salissant « , je suis d’accord mais j’ai ma petite astuce : une fine couche de glycérine liquide sur l’ensemble de la chaussure me permet de la protéger des différentes poussières et autres rencontres qui pourraient la tâcher. Une opération à réaliser en fonction de la fréquence d’utilisation.

Notez enfin que cette chaussure est unisexe. Pas de discrimination, vous pouvez donc vous lâcher sur les chaussettes, l’accessoire incontournable du cycliste dans le vent !

Les nouvelles Shimano RC7 sont donc des chaussures qui maintiennent parfaitement, qui sont suffisamment rigides pour la plupart des pratiquants et pratiquantes, légères et confortables même après de longues heures de selle. Et pour un prix public inférieur à 200 €. Si vous hésitez encore, le mieux est d’aller les essayer.

SHIMANO RC-701
Les + : rigidité, confort, finition, prix
Les – : coloris blanc un peu salissant
Conception : semelle composite en fibres de carbone (indice de rigidité 10/12), tige en cuir synthétique, talon enveloppant, deux serrages Boa L6 indépendants pour un micro-ajustement, perforations pour le drainage ou l’aération, semelles intérieures avec technologie Silvadur™, plage de réglage de la cale étendue de 11 mm.

Couleurs disponibles :
blanc, noir mat, rouge dégradé

Pointures : du 38 au 50 par demi-pointures, large ou normal.
Poids : 222 g en pointure 39
Prix public conseillé : 199 €
Contact : bike.shimano.com

-> VOIR AUSSI : Tous nos articles Matos

->9.5

Vous aimerez peut-être :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *